Le couple canadien de danseurs sur glace formé de Kaitlyn Weaver et d’Andrew Poje amorcera sa onzième saison de patinage dès l’automne prochain. Depuis maintenant 10 ans, ces deux individus passionnés par leur sport surmontent ensemble différentes épreuves avec persévérance et détermination, ce qui fait d’eux des athlètes inspirants du monde du patinage artistique.

 

À l’été 2006, à la suite d’un essai fructueux, Kaitlyn Weaver, alors âgée de 17 ans et provenant du Texas aux États-Unis, plie bagages pour rejoindre Andrew Poje, 19 ans, au nord de la frontière et ainsi représenter le Canada en danse sur glace. Entraînés par Paul McIntosh en Ontario, le jeune couple fait rapidement sa marque à sa première saison qui s’est déroulée en grande partie chez les juniors.

 

Lors de cette année, Weaver et Poje remportent deux médailles de bronze pendant la saison des Grands Prix juniors avant de terminer sur la troisième marche du podium au Championnat canadien tout juste derrière Marie-France Dubreuil et Patrice Lauzon ainsi que Tessa Virtue et Scott Moir. Cette troisième place surprenante a permis au couple de participer au Championnat du monde dans lequel il s’est placé au 20e rang quelques semaines après avoir remporté le bronze au Championnat du monde junior. Pendant la saison 2006-07, les amateurs ont donc pu observer un nouveau duo prometteur pour le futur en danse sur glace.

 

Plusieurs changements sont survenus durant les saisons suivantes pour Kaitlyn Weaver et Andrew Poje. En janvier 2008, Shae-Lynn Bourne qui a remporté 10 titres canadiens en danse sur glace avec Victor Kraatz, et Matthew Gates s’ajoutent à l’équipe d’entraîneurs du jeune couple qui grimpera de trois positions au Championnat du monde quelques semaines plus tard terminant ainsi au 17e rang à sa première saison chez les seniors.

 

Malgré une belle progression, Weaver et Poje ne participeront pas à ce Championnat mondial l’année suivante en raison de l’émergence d’un autre jeune couple composé de Vanessa Crone et Paul Poirier. Toutefois, ceci ne les empêche pas de continuer à persévérer. En juin 2009, Weaver reçoit la citoyenneté canadienne et le duo se relocalise au Detroit Skating Club au Michigan dans un environnement beaucoup plus compétitif. Tout en conservant Bourne dans leur équipe d’entraîneurs, ils travailleront avec Anjelika Krylova, médiallée d’argent en danse sur glace pour la Russie aux Jeux olympiques de Nagano, de même qu’avec Pasquale Camerlengo, ancien danseur sur glace pour l’Italie.

 

De déception à grande progression

 

À l’aube de la saison 2009-10, Weaver et Poje ont comme but de participer aux Jeux olympiques de Vancouver. Leur saison s’est d’ailleurs bien amorcée avec une troisième place aux Internationaux de Patinage Canada, leur première médaille en Grand Prix senior. Par contre, une médaille de bronze au Championnat canadien n’est pas suffisante pour participer aux Olympiques, le Canada ayant droit d’envoyer deux couples dans l’épreuve de danse sur glace. À ces qualifications, Weaver et Poje terminent troisièmes derrière Crone et Poirier, 0,3 dixième de point séparant les deux couples.

 

À la suite de cette médaille de bronze crève-cœur, le duo canadien aurait pu baisser les bras, mais a continué à travailler et a remporté son premier titre dans l’International Skating Union (ISU) en raflant la médaille d’or au Championnat des Quatre Continents tout juste avant que tous les yeux soient tournés vers les Jeux olympiques. En 2010-11, les changements survenus dans l’entourage de Kaitlyn Weaver et Andrew Poje portent fruit. Effectivement, une grande amélioration se voit sur la glace et dans les notes des juges. En décembre, ils participent à leur première finale des Grands Prix terminant 5e. Puis, en avril, à leur premier Championnat mondial depuis 2008, ils passent de la 17e à la 5e position, ce qui est une progression fulgurante. Un an plus tard, en 2012, ils grimpent au 4e rang grâce à une performance exceptionnelle sur la chanson « Je suis malade », un programme qui fait maintenant partie de la marque des danseurs canadiens.

 

La saison 2012-13 a également bien commencé, mais un événement survient en décembre 2012 et chamboule la saison de Weaver et Poje. En effet, en tombant pendant un entraînement, Weaver se fracture une fibula, ce qui a pour conséquence le retrait du couple du Championnat canadien et du Championnat des Quatre Continents. Nonobstant cet incident, Weaver et Poje ont comme but de participer aux Championnat mondial, ce qui se concrétisera finalement quelques semaines après que Weaver ait recommencé l’entraînement. La 5e place obtenue à cette compétition est ainsi un résultat inespéré pour les danseurs sur glace.

 

En 2014, ce qu’ils n’avaient pu accomplir quatre ans auparavant se réalise enfin: Weaver et Poje sont sélectionnés sur l’équipe olympique canadienne qui représentera le pays à Sochi. Dans une compétition relevée, ils terminent en 7e position réalisant un rêve en participant à ces Jeux. Environ un mois plus tard, ils remportent leur première médaille en Championnat du monde en terminant deuxièmes, seulement 0,02 point derrière les champions Anna Cappellini et Luca Lanote de l’Italie.

 

Le succès au rendez-vous

 

Les deux dernières saisons ont été remplies de succès pour les danseurs canadiens. Effectivement, Weaver et Poje remportent la médaille d’or à la finale des Grands Prix de 2014 et de 2015. De plus, ils gagnent leurs deux premiers titres canadiens en 2015 et 2016. En championnat du monde, ils remportent la médaille de bronze en 2015. En 2016, ils terminent 5e malgré une note de 110,18, un record personnel, lors de la danse libre, ce qui prouve que la compétition est relevée en danse sur glace et qu’il est difficile de se rendre sur la plus haute marche du podium.

 

Kaitlyn Weaver et Andrew Poje sont des athlètes qui font preuve de détermination et de persévérance en dépit des obstacles qui se présentent devant eux. Ils sont passionnés et savent transmettre cette passion lorsqu’ils performent. Le duo de danseurs sur glace canadiens en inspire plus d’un et la saison 2016-17 devrait être elle aussi prometteuse pour celui-ci.