Il n’y a jamais eu de doutes que Winnipeg allait avoir son équipe de la LNH, mais il fallait d’abord et avant tout que les négociations entre les parties impliquées se terminent.

On peut maintenant vous dire qu’il y a une entente sur la table qui satisfait True North, Atlanta Spirit et la LNH.

True North et Atlanta Spirit s’étaient entendus sur la somme de 170 millions pour l’achat des Thrashers.

Toutefois, la LNH exigeait 60 millions de dollars en frais de relocalisation. Une demande qui a évidement ralenti le processus.

L’argument des propriétaires des Thrashers c’est qu’il n’y a pas eu de frais de relocalisation lorsque les Rockies du Colorado ont quitté vers le New Jersey, même chose avec les déménagements des Jets vers l’Arizona et des Nordiques à Denver.

Sauf que la ligue avait le gros bout du bâton puisqu’elle avait le droit de refuser l’entente entre True North et Atlanta Spirit, comme elle l’a fait avec Jim Balsillie, en 2009, lorsque ce dernier voulait acheter les Coyotes.

En refusant la proposition de Gray Bettman, Atlanta Spirit s’exposait à des pertes de 30 à 40 millions de dollars la saison prochaine. Le dos au mur, Atlanta Spirit a donc accepté l’exigence de la LNH, mais à contre cœur.

La ligue nationale de hockey a quand même mis de l’eau dans son vin lors des négociations et a accepté de faire passer les frais de relocalisation de 60 à 40 millions de dollars.

Voici donc à quoi l’entente devrait ressembler.

True North versera 130 millions à Atlanta Spirit pour acheter les Thrashers.

True North versera 40 millions à la LNH en frais de relocalisation.

QUAND L’ENTENTE SERA-T-ELLE CONFIRMÉE ?

Maintenant la grande question est de savoir quand la LNH va confirmer qu’il y a une entente.

La dernière chose que la ligue souhaite, c’est que toute l’attention soit tournée sur le retour du hockey à Winnipeg et non sur les séries.

C’est pourquoi, une fenêtre de 5 jours environ est disponible entre le dernier match de la série Bruins-Lightning et le début de la finale de la coupe Stanley.

Mais Gary Bettman aime mieux attendre encore. Son premier choix serait de confirmer l’entente entre le dernier match de la finale et le repêchage. Mais le risque, c’est qu’en laissant trainer les choses, l’attention médiatique sera partagée entre Winnipeg et la finale.

Il faut évidement s’attendre à ce que la LNH continue de démentir qu’il y a une entente, tant et aussi longtemps qu’une date pour confirmer le retour du hockey à Winnipeg ne soit déterminée.

Mais une chose est maintenant certaine. Winnipeg est de retour dans la LNH.