RDS.ca mardi, 19 août 2014. 12:20

Pourtant critiqué à plusieurs reprises pour ses performances erratiques et individualistes, Alex Kovalev ne s’est pas gêné pour critiquer le jeu de P.K. Subban et son mirobolant contrat.

Chose certaine, Kovalev n’a pas perdu son franc-parler en prenant sa retraite du hockey professionnel.

« C’est un bon joueur, mais il demeure un défenseur risqué. Il peut procurer cinq buts, mais en permettre cinq donc le pointage serait égal. Je le compare toujours à Brian Leetch car il veut aussi jouer un style plus offensif. Il ne prend pas toujours les bonnes décisions et il joue seulement comme il le faisait dans la rue dans son enfance », a jugé Kovalev sans retenue.

Rencontré dans le cadre du tournoi de golf de sa fondation qui vient en aide aux enfants atteints de maladies cardiaques, Kovalev a poursuivi sur sa lancée.

« Je ne comprends pas comment les joueurs peuvent obtenir de tels contrats maintenant. C’est une époque différente et les joueurs qui ont précédé ma génération pensaient sans doute la même chose de nous », a déclaré celui qui était surnommé l’Artiste.

Kovalev n’avait pas fini son analyse du défenseur du Tricolore.

« Il a obtenu le trophée Norris donc c’est peut-être une raison qui explique pourquoi il a reçu ce contrat.

« Mais en ce qui concerne son jeu, je ne comprends pas pourquoi il obtient autant d’argent », a-t-il conclu sur celui qu’il ne voit pas comme le prochain capitaine du Canadien.

À ce sujet, Kovalev a également une idée bien arrêtée sur le chemin à emprunter.

« Max Pacioretty a déjà démontré tout ce qu’il pouvait accomplir pour aider l’équipe. Il serait le candidat parfait pour cela », a suggéré Kovalev qui croit que le leadership doit aussi être assumé par tous les joueurs.

L’auteur de 1029 points en 1316 parties dans la LNH estime que son compatriote russe, Andrei Markov, n’est pas intéressé par cette fonction.

« Il pourrait être un bon candidat, mais il n’est pas attiré par le poste de capitaine. Ce n’est pas lui qui s’exprime le plus. Je n’ai rien contre lui, mais on a besoin du joueur qui donne le plus l’exemple sur la glace comme Max qui montre la voie aux autres », a-t-il tranché.

Rapidement rejeté par les Panthers de la Floride après avoir signé un contrat avec eux, Kovalev a mal digéré la fin de sa carrière dans la LNH, mais il a pu terminer le tout sur une bonne note en Suisse.

« Je suis plus à l’aise avec cela maintenant. Je ne sais pas si les Panthers avaient leurs raisons, mais j’étais déçu d’avoir été amené là-bas pour qu’on mette ensuite fin à ma carrière. Après, je suis allé en Suisse et l’organisation respectait mes capacités donc j’ai pu aider les joueurs sur la façon de jouer. J’ai aussi aidé l’équipe à mériter le championnat donc c’est la meilleure façon de conclure », a détaillé Kovalev.

En dépit des critiques aucunement voilées sur le CH, Kovalev voue une grande confiance en Marc Bergevin pour le développement de l’organisation.

« Marc sait ce qu’il fait et nous avons vu comment l’équipe s’est améliorée depuis son arrivée donc je recommanderais de lui faire confiance », a répondu Kovalev à propos de son ancien coéquipier qui a choisi de se départir de Josh Gorges et Brian Gionta.

Le nouveau retraité désire maintenant s’accorder une année de repos durant laquelle il entraînera l’équipe de son plus jeune fils en plus de perfectionner son golf. En ce qui concerne l’avenir, Kovalev sait déjà qu’il voudra trouver une façon de demeurer près du hockey car il s’ennuiera toujours de ce sport qu’il a pu pratiquer malgré un problème cardiaque découvert pendant son enfance.

*D'après une entrevue effectuée par Philippe Lehoux.