RDS.ca, Éric Leblanc mardi, 1 oct. 2013. 23:44

MONTRÉAL - Lorsqu’un incident regrettable comme celui de George Parros survient, on ne peut éviter que le débat sur l’abolition des bagarres refasse surface.

En voyant Parros étendu sur la glace, ceux qui prônent leur retrait ont gagné des arguments. Ceci dit, les membres du Canadien voient le tout d’un autre œil.

« C’est un accident, ce n’est pas différent d’un joueur qui heurte la bande. On ne peut pas contrôler de tels incidents. Les bagarres font partie de notre sport depuis longtemps et j’envoie mes prières à George et sa famille », a déclaré Travis Moen qui a aussi été impliqué dans une confrontation aux poings.

« C’est tout simplement une malchance et ça n’arrive pas souvent. Au moins, du côté positif, il était alerte quand il a quitté vers l’hôpital », a réagi son entraîneur Michel Therrien sur le sujet.

Le capitaine Brian Gionta partageait également cette opinion.

« Il est allé défendre un coéquipier et, malheureusement, il a fait une chute. C'est un gars qui arrive avec l'équipe et qui cherchait à s'établir. Il a bien fait son boulot en protégeant ses coéquipiers. »

Face à une telle situation, les joueurs du Canadien ne pouvaient que se retrousser les manches, mais les visiteurs ont tenu le coup.

« Tu ne peux pas seulement oublier ce qui vient d’arriver, mais nous avons essayé d’aller chercher la victoire », a soutenu Lars Eller.  

Therrien a été questionné sur l’identité souhaitée pour son équipe en perdant les services de Parros et il a rapidement refermé cette porte.

« George va revenir, ce n’était que le premier match alors il ne faut pas paniquer. »

Les deux clans du débat possèdent des arguments valables, mais cette sortie sur une civière ne peut empêcher les amateurs de se rappeler la virulente mise en échec encaissée par Eller durant les séries éliminatoires contre les Sénateurs d’Ottawa. Ces scènes effrayantes surviennent donc dans une courte période de temps.

« Ça fait quelques fois que ça arrive et ce n’est pas plus facile à encaisser, mais je veux donner du crédit à notre personnel médical qui a réagi très rapidement », a souligné Josh Gorges.

« Ne paniquons pas »
« Ne paniquons pas »

Quelques éléments positifs

Même si ce match ne s’est pas conclu selon le scénario désiré par le Canadien, les amateurs ont pu remarquer quelques indices intéressants en commençant par le brio d’Eller, Alex Galchenyuk et Brendan Gallagher.

« Ce fut définitivement notre meilleur trio parce que les trois joueurs ont patiné et ils étaient les premiers sur la rondelle », a vanté Therrien.  

« Nous avons bien fait dans l’ensemble, Alex et Brendan ont lutté fort pour la rondelle et nous avons pu amasser quelques points », a confié Eller sans pouvoir trop se réjouir.   

Le gardien Carey Price a également tenu le fort à quelques reprises et il s’est retrouvé à lui-même trop souvent dans cette partie.

« Il méritait un meilleur résultat parce qu’il a réussi des arrêts importants. Le problème c’est que notre exécution a fait défaut et ça nous a coûté des buts. Il faudra se regrouper rapidement pour notre prochain match.

Un autre aspect plus agréable a été celui de voir Guy Lafleur remettre le flambeau à Daniel Brière dans la cérémonie avant la rencontre.

« C’était un moment vraiment spécial de recevoir le flambeau de l’un des plus grands joueurs de l’histoire. Je me suis senti honoré par ce geste », a conclu Brière.