vendredi, 15 févr. 2013. 20:40

Je suis impressionné par les récentes performances de Lars Eller. L’an dernier, j’avais des doutes quant à sa vision du jeu, mais cela montre qu’il faut être patient avec les jeunes.

Lorsque Michel Therrien l’a retiré de l’alignement, j’ai croisé le jeune joueur danois dans un ascenseur du Centre Bell. Il ne me connaît pas, mais je lui ai dit que la meilleure chose qu’il pouvait faire était de prendre son mal en patience. Je lui ai conseillé de montrer à son entraîneur qu’il n’aurait pas dû l’asseoir dans les gradins lorsque celui-ci le réintégrerait dans la formation.

Quand un entraîneur-chef prend des décisions, il faut que le joueur concerné comprenne le message. Therrien voulait qu’Eller soit plus intense et qu’il travaille plus fort. Depuis son retour, on peut voir la différence dans son jeu.

Même chose pour P.K. Subban. Le jeune défenseur a fait une grosse erreur qui a coûté un but contre Tampa Bay. Therrien l’a gardé sur le banc pendant quelques minutes. Il n’a finalement joué que 18 minutes 25 secondes dans la rencontre. Contre les Panthers, il a compris son erreur et il a bien fait. Il a joué pendant 21 minutes 27 secondes.

C’est la différence cette année. Dans le passé, quand un joueur commettait une erreur, il retournait tout de suite sur la glace. C’est de cette façon que les joueurs prenaient de mauvais plis. Maintenant, la philosophie a changé et Therrien fait passer son message.

Je fais confiance à Michel Therrien par rapport à l’utilisation d’Eller. Dans un avenir rapproché, je ne serais pas surpris de le voir aux côtés d’Alex Glachenyuk et de Brendan Gallagher.

Pour l’instant, je crois qu’il faut encore faire confiance au trio de David Desharnais, Max Pacioretty et Erik Cole. Il ne faut pas le briser tout de suite. Actuellement, l’équipe gagne, donc il n’y a rien qui presse.

Se présenter chaque soir

De nos jours, la parité entre les équipes est très forte. Il n’y a pas beaucoup de différence de points entre les équipes de l’Association de l’Ouest et de l’Association de l’Est. À l’intérieur des deux associations, les classements sont serrés. Si une formation n’est pas prête pour un match et que l’autre l’est, elle va perdre.

Le Canadien a failli se faire jouer un tour par le Lightning. Contre les Panthers, l’équipe a bien répondu. Therrien a parlé d’apprendre à gagner en troisième période et beaucoup de points positifs sont ressortis de la victoire de 1-0 en prolongation.

Lors du dernier vingt, les joueurs ont continué à peser sur l’accélérateur et ils ont suivi le plan de match. N’eût été du brio de José Théodore, le Tricolore l’aurait emporté avant la prolongation.

Les deux victoires en Floride sont bonnes pour le moral et la confiance de l’équipe. Les joueurs ont du plaisir et ils savent maintenant ce qu’ils doivent faire pour l’emporter. C’est beaucoup plus plaisant de jouer au hockey quand on gagne! Maintenant, Michel Therrien recherche de la continuité.

Samedi, le CH affronte les Flyers, une formation qui a toujours été indisciplinée. C’est leur style. Les joueurs du Canadien ne doivent pas embarquer dans ce jeu et ils devront faire attention aux pénalités avec le bâton.

*Propos recueillis par Christian L-Dufresne

Eller la merveille
Eller la merveille