RDS.ca lundi, 2 juin 2014. 10:48

Ceux qui craignaient que la complaisance s'installe au septième étage du Centre Bell après que le Canadien eut connu sa meilleure saison en 21 ans seront rassurés. Marc Bergevin n’a pas l’intention de s’asseoir sur ses lauriers après deux années marquées d’un progrès certain comme patron des opérations hockey de l'équipe.

Satisfait d’une campagne qui s’est terminée à deux victoires d’une participation à la finale de la coupe Stanley, le directeur général montréalais ne se fait pas d'illusions : sa formation ne peut pas encore être considérée comme l’une des puissances de la Ligue nationale.

« Notre équipe n’est pas encore mature. On ne peut pas se comparer à celles de Chicago ou Los Angeles, on n’est pas là encore. Est-ce que je suis satisfait de notre saison? Aucun doute. Mais on a encore beaucoup, beaucoup d’ouvrage à faire », a attesté Bergevin lors de son bilan de fin de saison lundi à Brossard.

 « L’an prochain, on sera à la ligne de départ comme tout le monde. Notre but premier sera encore de participer aux séries éliminatoires », a-t-il ajouté.

Mais d'entrée de jeu, Bergevin s'est dit satisfait des résultats obtenus par l'équipe qu'il a mise sur pied. « Dans l’ensemble, c’est une très bonne saison, une saison de 100 points. Si on ajoute le fait qu’on ait atteint la finale d’association, c’est excellent. »

Réitérant que l’avenir de son équipe passait par le développement des jeunes et le repêchage, Bergevin a notamment noté les progrès observés chez Nathan Beaulieu et Dustin Tokarski dans leur contribution de fin de saison, deux recrues qui se sont bien greffées à un groupe établi qui prend de plus en plus d'aplomb.

« Dans l’ensemble, nos jeunes ont appris beaucoup. Ce qu’ils ont vécu lors des 17 derniers matchs éliminatoires, ça ne s’achète pas. Pour moi, le leadership de l’équipe change tranquillement vers ces jeunes-là. Ça ne veut pas dire qu’on est déçu des vétérans, pas du tout. Mais c’est une belle chose de voir que les jeunes vétérans prennent plus de place dans l’équipe. »

Joueurs autonomes : motus et bouche cousue

Cuisiné sur ses intentions au sujet de chacun des nombreux dossiers qu'il aura à régler au cours de l'été, Bergevin a refusé de céder. Toutes les discussions concernant les négociations de contrat à venir resteront à l'interne, a-t-il insisté à plus d'une reprise.

Thomas Vanek, Andrei Markov et Brian Gionta font partie d’un groupe de huit joueurs qui pourraient devenir autonomes sans compensation le 1er juillet. P.K. Subban pourrait également se retrouver sans contrat.

Le point de presse de Bergevin

Vanek s'est probablement sorti de Montréal avec des performances plutôt tiède dans le parcours éliminatoire de l'équipe. Auteur de 15 points en 18 matchs de saison régulière après son acquisition à la date limite des transactions, il a refroidi au point d'inciter l'entraîneur Michel Therrien à le déloger du premier trio au profit de Brendan Gallagher lors de la deuxième ronde contre les Bruins de Boston. Un essai comme ailier à Tomas Plekanec n'a pas été plus fructueux, de sorte que Vanek a terminé les séries sur le quatrième trio, avec Daniel Brière et Michaël Bournival.

Dans les six matchs qui ont précédé l'élimination du Canadien, le jadis prolifique marqueur n'a été crédité que de sept tirs au but. Il a terminé ses séries avec dix points en 17 parties.

« Il ne faut pas oublier que Thomas, dans l’ensemble, nous a aidés à nous rendre où on s’est rendus. Il est arrivé ici, a très bien joué et nous a aidés à rentrer dans les séries. C’est certain qu’il a eu des moments plus difficiles, mais dans l’ensemble, oui, on est satisfait de lui », a commenté son diplomate patron, précisant qu'il avait son opinion sur le sort qui devrait être réservé à l'attaquant mal-aimé, mais qu'il voulait « en discuter avec le reste du personnel ».

Gionta aussi a connu des séries difficiles après une saison régulière qui avait poussé plusieurs observateurs à militer pour son retour l'an prochain. Seul joueur arrivé lors des changements majeurs qui ont précédé la saison 2009-10 à avoir vu la fin de son contrat, le capitaine aura 35 ans au prochain camp d'entraînement.

« Je suis très fier. Un joueur qui donne tout à chaque présence, c’est ça Gio. Un excellent leader que vous ne voyez peut-être pas de l’extérieur, mais dans la chambre, c’est un gars que les joueurs respectent beaucoup. Et pour moi, c’est un rôle très important dans une équipe de hockey », a rappelé Bergevin, qui a jugé bon d'ajouter que Plekanec, Subban Josh Gorges, Carey Price et Max Pacioretty étaient tous des meneurs d'hommes à leur façon chez le Canadien.

Bergevin a aussi confirmé que Dale Weise avait été victime d’une commotion cérébrale dans le cinquième match de la finale de l’Est.

Un heureux problème devant le filet

La décision de Michel Therrien d’envoyer Dustin Tokarski aux fauves après la blessure subie par Carey Price a braqué les projecteurs sur la situation des gardiens de but du Canadien. À moins d’une transaction estivale, le sujet risque de rester chaud jusqu’à l’automne prochain.

Pour Marc Bergevin, il s’agit d’un heureux problème.

« C’est un beau puzzle à avoir. Je n’enlève rien à Peter Budaj, qui est à mon avis l’un des meilleurs gardiens réservistes de la Ligue, mais Michel a eu l’instinct de donner le filet à Dustin et sa décision lui a souri. C’est très positif. Ça donne de la force à l’organisation à la position la plus clé. »

Selon le DG, Budaj a encore toute la confiance des décideurs de l’organisation.

« Peter est un grand homme, adoré par ses coéquipiers. Il est demeuré positif tout au long de cette histoire et notre rencontre de fin d’année s’est très bien déroulée. Je le répète, il est l’une des raisons qui expliquent nos succès cette année. »