vendredi, 22 mars 2013. 15:33

BROSSARD - Même si P.K. Subban est désormais moins flamboyant, il reste un pur-sang - pour emprunter l'expression de Michel Therrien - à qui il faut tirer la bride à l'occasion. Mais la bonne nouvelle, selon l'entraîneur du Canadien, c'est que le défenseur de 23 ans est disposé à se laisser dompter. Jusqu'à un certain point.

"Il a le potentiel pour être un défenseur dominant et on veut qu'il devienne un défenseur responsable, tant avec la rondelle que sans la rondelle, a dit Therrien de Subban, vendredi, au lendemain de la prestation de deux buts de ce dernier face aux Islanders de New York. Et c'est ce qu'il veut aussi. On est sur la même longueur d'onde.

"Quand tu n'es pas sur la même longueur d'onde avec un joueur, c'est là que tu commences à te gratter la tête. Mais dans le cas de P.K. - et c'est ce que je j'aime de lui -, on a les mêmes objectifs. C'est pour ça que c'est encourageant."

« J'aime jouer pour Michel Therrien  »
« J'aime jouer pour Michel Therrien »

"Quand tu discutes avec n'importe quel membre du personnel d'entraîneurs, tu dois te souvenir que son but est de te rendre meilleur, comme c'est le cas pour les autres joueurs", a commenté Subban.

Therrien a eu des propos durs à l'endroit de Subban cette semaine. Il l'a fait publiquement après que ce dernier eut écopé d'une pénalité douteuse, mardi, dans la défaite en prolongation contre les Sabres de Buffalo. Et il l'a fait dans le vestiaire entre les deuxième et troisième périodes, jeudi, après lui avoir fait sauter quelques tours de patinoire. Subban a ensuite marqué un des trois buts du CH au dernier engagement, en route vers la victoire de 5-2 contre les Islanders de New York.

"Il a bien répondu au message et c'est ce que je retiens. Il a joué une excellente troisième période", a dit Therrien de P.K. et sa prestation face à la formation de Long Island.

"D'ailleurs, tout le monde a bien répondu au message qu'on a lancé", a ajouté l'entraîneur en précisant qu'il n'a pas besoin d'être plus sévère avec Subban qu'avec les autres joueurs du Canadien.

"C'est le même message pour tout le monde, a-t-il souligné. On veut que tout le monde fasse preuve du même leadership, qu'un joueur ait 19 ans ou 37 ans."

"La meilleure chose à faire quand l'entraîneur te lance un message ainsi qu'à l'équipe, c'est de réagir de la meilleure manière possible, a affirmé Subban. La plus grande leçon, c'est de réaliser que l'important n'est pas la façon dont tu te sens personnellement, c'est plutôt ce qui est dans l'intérêt de l'équipe. Quand tu as cette mentalité, c'est bon pour l'équipe.

"La seule chose difficile quand un joueur est confiné au banc ou se fait rabrouer par l'entraîneur, c'est qu'il doit en parler devant les caméras par la suite, ce qui n'est pas nécessairement une bonne chose pour l'équipe, a reconnu le défenseur. C'est du sport professionnel, il faut être capable d'en prendre. C'est facile d'accepter tout le positif qu'on te lance, alors il faut accepter le négatif aussi."

À savoir si Subban trouve que Therrien est dur à son endroit, le défenseur a répondu... ni oui, ni non.

"Je ne m'attarde pas au fait que c'est dur ou non, je vois ça comme du coaching et c'est tout. Ce n'est pas l'individu qui compte, c'est l'équipe, c'est la victoire. Nous voulons être une équipe de première place, une équipe championne. Alors le ton qu'il emprunte n'a pas d'importance, c'est le message. Et une fois que tu le comprends, tu dois aller de l'avant."

Malgré tout cela, Subban n'a pas l'intention de perdre toute sa flamboyance.

"Jamais je ne vais laisser quiconque dicter ce que je dois dire ou comment je dois me sentir quand je me lève le matin, a-t-il assuré. Je vais continuer de sourire quand j'ai le goût de sourire, et je ne sourirai pas quand je n'en aurai pas le goût."