dimanche, 13 oct. 2013. 18:05

La victoire du Canadien contre les Canucks, à Vancouver, a assuré l’équipe d’une fiche d’au moins ,500 à
l’issue de ce premier long voyage de la saison. Sans l’avouer, il y a fort à parier que la direction s’était fixée, au minimum, un objectif semblable avant le départ. Donc, objectif atteint avant même la rencontre de mardi à Winnipeg!

Les trois derniers matchs auront apporté quelques conclusions intéressantes au directeur général Marc Bergevin et même si tout n’est pas parfait, il y a assurément des facteurs rassurants à mettre sur la table. Nous en retenons quatre, dans cette réflexion.

Les deux gardiens

Carey Price et Peter Budaj avaient tous les deux des défis importants à relever avant même le départ pour Calgary. Le premier savait pertinemment qu’il allait être le gardien partant pour trois des quatre matchs, qu’il allait évoluer devant parents et amis à Vancouver et que par ricochet, il allait aussi obtenir une audition importante pour une place au sein de l’équipe olympique canadienne. Le deuxième pouvait fort bien anticiper qu’il allait jouer à Edmonton, avec le mandat de maintenir une séquence victorieuse ou de faire oublier une défaite, ce qui fut le cas, finalement.

À Calgary, Carey Price a été laissé seul pendant deux périodes. Ses coéquipiers ont joué sans conviction jusqu'au but de P.K. Subban, tard en deuxième. Il n’a donc pas à porter l’odieux de la défaite sur ses épaules, même que s’il n’avait pas été aussi alerte à quelques reprises, les Flames auraient pu se donner une avance encore plus grande.

Contre les Canucks, Price a été magistral! Pendant deux périodes, il a résisté à l’une des meilleures attaques de la LNH, multipliant les acrobaties pour stopper des retours que ses coéquipiers avaient peine à saisir. Sa performance au cours des 40 premières minutes (30 arrêts sur 31 tirs) a assurément poussé le reste de l’équipe à appuyer sur l’accélérateur en début de troisième et porter le coup fatal à l’adversaire. La Canadien a décoché 18 tirs sur Roberto Luongo lors des 20 dernières minutes, un juste retour des choses pour Price.

Quant à Budaj, il a joué le rôle d’auxiliaire à merveille. En cédant le premier but aux Oilers, il s’est placé dans une situation de non-retour, soit celle de devoir projeter immédiatement après une image de calme et de contrôle. Ce qu’il a fait à merveille, du reste, ouvrant la porte aux quatre buts sans réplique du Canadien. Ce fut le genre de performance que toute équipe souhaite de la part d’un bon auxiliaire.

Les défenseurs passent à l’attaque

L’un des éléments importants dans les succès inattendus du Tricolore l’an dernier fut la contribution offensive des défenseurs. Or, cette facette du jeu fit cruellement défaut lors des deux premiers matchs de la saison, à Montréal. À compter du but de Subban, à Calgary, ce fut le grand déblocage! Depuis ce moment, le détenteur du trophée Norris a récolté cinq mentions d’assistance, Andrei Markov et Raphael Diaz en ont obtenu deux chacun, Francis Bouillon une et Josh Gorges a marqué à Vancouver. C’est un total de 12 points pour ce groupe de 5 défenseurs qui, au-delà des statistiques, a aussi démontré beaucoup plus de conviction en territoire offensif. À ne pas négliger, en toile de fond de cette analyse, la décision de Michel Therrien de réunir Andrei Markov et P.K. Subban. Non seulement cela a-t-il contribué à rehausser l’apport offensif des défenseurs, mais cela a aussi permis de mieux doser l’utilisation des quatre autres joueurs à la ligne bleue.

À n’en pas douter, le Canadien veut miser sur le talent de ses défenseurs pour faire jouer l’adversaire sur les talons. On souhaite autour d’une douzaine de tirs au but de leur part, à chaque match. Markov et Subban réunis, on peut facilement espérer atteindre plus de la moitié de l’objectif uniquement avec ce duo.

Les autres décisions de Michel Therrien

Outre le remodelage des duos de défenseurs, Michel Therrien n’a pas hésité à revoir aussi la composition de ses trios, et ce, dès le milieu du match à Calgary. Il fallait un certain cran pour démanteler le « trio des jeunes », mais l’entraîneur a compris qu’il avait besoin de mieux répartir ses forces en attaque, surtout avec l’absence de Brian Gionta à Vancouver. Le duo Galchenyuk-Gallagher n’a rien perdu de son mordant, mais petit à petit, les autres attaquants sont sortis de leur coquille, y compris le quatrième trio qui a donné de bonnes minutes de qualité à l’entraîneur. Notons par ailleurs que dans la foulée des changements, Lars Eller fut l’attaquant le plus utilisé à forces égales, lors des deux dernières rencontres, signe que le jeune Danois obtient de plus en plus de responsabilités de la part de Michel Therrien.

Le jeu de puissance

On retiendra en terminant le réveil du jeu de puissance. Le Canadien a affiché une efficacité de 50 % depuis le début du voyage, soit une récolte de quatre buts en huit occasions! En obtenant le 5e meilleur rendement la saison dernière, le Tricolore avait non seulement récolté quelques victoires supplémentaires, mais il en était venu du même coup à atténuer l’une des facettes du plan de match de l’adversaire. En effet, un jeu de puissance efficace ne peut que faire réfléchir l’opposition quant à sa volonté de « brasser » une équipe qui, comme le Canadien, compte plusieurs attaquants de petite taille.

On aura remarqué principalement que le duo Subban-Markov, au point d’appui, commence à trouver tout son synchronisme et s’il maintient le cap, il deviendra une véritable terreur pour les autres équipes. Et il donnera aux partisans du CH, plusieurs occasions d’émerveillement!