Robert Laflamme
vendredi, 10 mai 2013. 11:27

MONTRÉAL - À entendre Paul MacLean jeudi soir évoquer le cheminement des Sénateurs d'Ottawa au cours de la dernière année, on a bien saisi l'importance de l'ingrédient qui a surtout manqué au Canadien en séries éliminatoires: la robustesse.

L'entraîneur des Sénateurs a argué que la domination de ses troupiers sur le plan de la robustesse avait été un facteur dans le dénouement de la série de premier tour entre les deux équipes.

On peut difficilement contester son analyse, après avoir vu les joueurs du CH tomber au combat. Même son homologue Michel Therrien l'a corroborée, en ajoutant que le style des Sénateurs n'avait pris personne de court.

Le directeur général Marc Bergevin et ses adjoints ont sûrement fait le même constat, même si dans le très positif post-mortem de "l'an 1" qu'ils dresseront ils tiendront compte de l'absence du défenseur Alexei Emelin, blessé. Malgré cela, l'élément robustesse trônera au sommet de la liste des lacunes à combler.

Mais revenons à MacLean, et prêtons l'oreille à ce qu'il avait à dire au sujet des Sénateurs d'il y a un an.

"La saison dernière, nous misions sur notre vitesse. Nous pouvions afficher un rythme soutenu sur toute la longueur de la patinoire. Après notre élimination en séries (Rangers de New York, premier tour), nous sommes arrivés à la conclusion que nous devions préconiser un style plus physique. Nous avons ciblé des éléments qui pourraient nous aider en ce sens et nous avons fait leur acquisition. Et de plus, par un heureux concours de circonstances avec toutes les blessures qui nous ont éprouvés cette saison, nous avons fait la découverte d'autres joueurs utiles à ce chapitre."

Les Sénateurs sont donc allés chercher le défenseur Marc Methot (échange, Blue Jackets de Columbus) et l'attaquant Matt Kassian (ballottage, Wild du Minnesota), en plus de voir le jeune défenseur Eric Gryba graduer au sein de l'équipe. Trois colosses qui mesurent six pieds trois pouces ou plus chacun et qui pèsent au moins 220 livres.

"Nous sommes plus imposants physiquement et cet aspect, en plus de notre vitesse, sont deux atouts propres à notre identité", a repris MacLean, qui en est à sa deuxième saison à la barre des Sens.

Les Sénateurs ont mieux joué
Les Sénateurs ont mieux joué

"En séries éliminatoires, l'aspect physique est primordial. La robustesse que nous avons montrée contre le Canadien a été un gros facteur dans le dénouement de la série."

Qu'il suffise de rappeler la percutante mise en échec de Gryba à l'endroit de Lars Eller lors du premier match, qui a mis le Danois K.O. pour la série. Gryba a écopé une suspension de deux matchs pour son geste, mais le coup a ébranlé le Tricolore.

Mais la robustesse ne se mesure pas qu'en mises en échec. On a vu tout au long de la série comment les joueurs des Sénateurs ont réussi à s'imposer physiquement, en limitant l'espace et le temps de réaction de leurs rivaux à l'aide d'un bon positionnement sur la glace ou en créant de l'obstruction et de l'accrochage tout juste tolérés en séries.

Des trucs du métier que les jeunes joueurs du Canadien, les David Desharnais, Max Pacioretty et Raphaël Diaz entre autres, devront retenir pour l'avenir.