jeudi, 1 mai 2014. 14:46

BOSTON - Un match dans la tanière des Bruins n'est jamais de tout repos, peu importe les circonstances.

En saison régulière, les équipes visiteuses n'ont glané que 14 points en temps réglementaire au TD Garden de Boston. Les Bruins sont la seule équipe de la Ligue nationale à avoir remporté plus de 30 matchs à domicile en 2013-2014.

« On est très conscient qu'on joue contre la meilleure équipe de la Ligue nationale », est d'ailleurs allé jusqu'à dire Michel Therrien, beaucoup plus bavard que son confrère Claude Julien à quelques heures du premier match de la série de deuxième ronde que le Canadien disputera à ses grands rivaux du Massachusetts.

La pression sur les Bruins

Le Canadien a gagné deux fois à Boston cette saison, une victoire de 4-1 le 30 janvier et une autre de 2-1, en tirs de barrage, le 24 mars. Mais à plusieurs égards, le match de jeudi n'en est pas un comme les autres.

On saura bientôt si la longue attente à laquelle les joueurs du Tricolore ont dû se plier et dont on ne fait que parler depuis plus d'une semaine aura des effets néfastes sur la performance des troupes. Pour ceux qui n'ont pas encore fait le compte, voilà maintenant neuf jours que le Canadien n'a pas joué. Depuis dimanche, on attend que Rene Rancourt pousse la dernière note de l'hymne national américain, que tout le monde puisse enfin passer à autre chose.

« Pour nous, le début de match sera l'une des clés, autant mentalement que physiquement. Ça ne sera pas facile », admet Daniel Brière.
 

Les échos de l'entraînement du CH et des Bruins

« Ça fait neuf jours que je regarde des matchs assis sur mon divan. C'est très différent de les regarder dans ton salon et d'avoir à les jouer. Mentalement, ça va être un gros défi de retrouver le plus tôt possible le bon état d'esprit. »

Il n'est pas difficile de s'imaginer un scénario où les premières minutes du retour au boulot seront particulièrement ardues pour les visiteurs. Brière le concède, mais il est exagéré selon lui d'avancer que la première période du match de ce soir pourrait dicter l'allure du reste de la série.

« Mon expérience des séries me dit que le momentum, il se fait à chaque match, et parfois même à chaque période. Tu ne peux pas te fier aux cinq ou dix premières minutes pour prédire le reste. »

« Nous ne serons pas surpris si les Bruins sortent en force, nous y sommes préparés. Et puis nous avons nous-mêmes connu de bons débuts de matchs dernièrement et règle générale, nous faisons bien en première période », note sans s'inquiéter Lars Eller.

Une étude statistique non exhaustive donne raison au Danois. Le Canadien n'a alloué que 53 buts en première période en saison régulière; seulement cinq équipes ont fait mieux. Montréal a aussi marqué 68 buts au premier tiers, le neuvième plus haut total parmi les équipes de la Ligue.

Le Canadien a connu des débuts de matchs supérieurs au Lightning en première ronde. Il a concédé le premier but à une seule occasion, à mi-chemin de la première ronde de la série, et a répliqué 19 secondes plus tard. Ce fut la seule fois où le Lightning put porter le premier coup.

Dans les troisième et quatrième parties, respectivement, ce sont des buts rapides de Rene Bourque et Daniel Brière qui ont pavé la voie du succès au CH.
 

Qui remportera le duel Canadiens-Bruins?

Mais les Bruins, qui attendent leurs vieux ennemis depuis samedi soir dernier, sont généralement prêts dès le son de la cloche. Aucune équipe n'a été plus hermétique cette saison dans les vingt premières minutes d'un match, circonstance dans laquelle les hommes de Claude Julien n'ont concédé que 45 buts, si on compte le seul marqué par les Red Wings de Detroit dans les cinq matchs qui ont mené à leur élimination. 

« Le plus longtemps on pourra s'en tenir au statu quo, le mieux ce sera, je crois », estime Eller.

Bien sûr, on peut faire dire ce qu'on veut aux chiffres.

« On a assez parlé. On a hâte que ça commence », a bien résumé Michel Therrien, qui a refusé de vendre la mèche sur la formation qu'il enverra dans la mêlée en soirée.

Max Pacioretty est le seul joueur du Canadien à s'être absenté de l'entraînement matinal, mais Therrien a spécifié que la séance était optionnelle et que son meilleur buteur avait tout simplement décidé de passer son tour.

Le son d'un nouveau chapitre
« Les Bruins respirent la confiance »
La prédiction de Steve Bégin
« Carey est prêt »