RDS.ca dimanche, 25 août 2013. 17:53

Les événements importants se bousculent pour Carey Price qui s’est présenté au camp d’orientation de l’équipe olympique canadienne de hockey masculin seulement quelques heures après avoir épousé sa conjointe de longue date.

Price a donc été forcé de renoncer au projet d’un voyage de noces en compagnie de sa femme Angela Webber, mais cette dernière comprenait la situation.

« C’est une femme très compréhensive et c’est l’une des raisons pour lesquelles je l’ai marié. Elle comprend les enjeux de mon métier; c’est la femme parfaite. Elle réalise que c’est une opportunité exceptionnelle de pouvoir participer aux Jeux olympiques », a raconté Price à son arrivée à Calgary.

Sourire aux lèvres même s’il n’avait pas dormi de la nuit, Price était emballé à l’idée d’amorcer ce processus menant à la sélection olympique.

« C’est une bonne idée de regrouper les joueurs pour développer plus de liens surtout que le tournoi est très court. La chimie s’avère une clé du succès et c’est excitant de faire partie de ce procédé », a confié Price.

Carey Price et P.K. Subban« Nous avions prévu le mariage depuis longtemps et bien avant que ce camp soit annoncé. Au moins, j’ai été chanceux que le camp ne commence que le lendemain. Nous avons pu avoir quelques heures de bonheur avant que je doive quitter », a ajouté Price.

Le gardien du Canadien s’est donc assuré de profiter de toutes les minutes à sa disposition avant de quitter ses proches.

« Pour être honnête, je n’ai pas dormi à part dans l’avion. On se marie une seule fois dans une vie donc il faut savourer le moment avec notre entourage. Le mariage s’est très bien passé, c’était agréable de passer du temps en famille et je suis un homme très heureux », a avoué l’athlète qui a fêté son 26e anniversaire le 16 août.

Une compétition ouverte

Steve Yzerman, le grand manitou de la formation canadienne, a déclaré que la lutte était ouverte pour le poste de gardien numéro un. Outre Price, Roberto Luongo, Corey Crawford, Mike Smith et Braden Holtby seront en compétition pour ce prestigieux poste.

« Je trouve que c’est juste comme affirmation. J’ai toujours pensé que les dirigeants allaient choisir les joueurs qui sont à leur meilleur et c’est motivant. Les gardiens doivent mériter le poste de numéro un et nous avons tous une chance égale pour le devenir », a commenté Price à ce propos.

« Tout le monde connaît la pression qui vient avec un tel mandat, mais c’est aussi très amusant d’enfiler le chandail du Canada », a ajouté Price qui entend utiliser ses expériences internationales pour ce défi.

S’il obtient son billet olympique, les conversations seront amusantes avec sa femme pour une raison évidente.

« Elle est Américaine donc on risque de se taquiner à propos de cela, mais elle m’appuie à 100% », a-t-il raconté avec le sourire.

Par ailleurs, Price a confirmé qu’il était complètement rétabli de sa blessure subie en séries éliminatoires. Il a recommencé à patiner depuis trois semaines et il a eu l’occasion de discuter au téléphone avec Stéphane Waite, son nouvel entraîneur des gardiens.