dimanche, 27 avr. 2014. 16:19

BROSSARD, Qc - Les Bruins de Boston ne semblent pas intimider Thomas Vanek.

Depuis la saison 2008-2009, l'Autrichien a amassé 34 points en 27 matchs de saison régulière et trois de plus en autant de parties éliminatoires contre les prochains adversaires du Canadien.

« Parfois, les statistiques sont simplement des statistiques. Oui, j’ai connu du succès contre eux, mais en séries, les chiffres prennent le bord, car le style de jeu est complètement différent », relativisait toutefois l'ailier droit du premier trio montréalais dimanche.
 

Vanek a récolté trois points, dont une mention d'aide sur le but qui a permis aux siens d'éliminer le Lightning de Tampa Bay, en première ronde. Comme ses partenaires Max Pacioretty et David Desharnais, il a terminé la deuxième ronde avec un but à sa fiche. Les succès collectifs le réjouissent, mais il sait que ses deux comparses et lui devront en faire davantage pour la deuxième étape du parcours.

« En première ronde, notre trio n'a pas été à son mieux, a-t-il jugé. Parfois, tu veux trop et ça va dans l'autre sens. »

« On a obtenu beaucoup de chances dans les trois premiers matchs, sans qu'on puisse en profiter. La frustration nous a gagnés dans la quatrième partie, mais la victoire a rendu le tout plus facile à accepter. Les Bruins ne donnent pas beaucoup de chances, alors il faudra rester patients et persévérants. »

La troupe de Claude Julien propose effectivement une forme d'opposition fort différente de ce que pouvait offrir le Lightning. Gros et forts, les Bruins en imposent, c'est vrai. Mais leurs 886 minutes de pénalité en saison régulière les placent au 16e rang de la LNH à ce chapitre, loin derrière le Canadien qui en a cumulé 1063.

Les Bruins, c'est aussi l'équipe qui a dominé l'Association Est cette saison avec une faste récolte de 258 buts - grâce notamment à la contribution de cinq marqueurs de 20 buts - tout en n'en concédant que 171.

« Les Bruins ne sont pas juste une équipe robuste, loin de là, rappelle Josh Gorges avec justesse. Ils ont de gros joueurs, mais ces joueurs ont aussi beaucoup de talent. Je dirais même que leurs gros joueurs sont leurs plus talentueux. C'est encore plus dangereux. »

« C'est une équipe qui a un peu de tout, convient Daniel Brière. Pour nous, ça va être important d'être disciplinés dans tous les aspects du jeu. C'est sûr qu'on va jouer un style physique, mais d'un autre côté ce n'est pas nous qui allons sortir les Lucic et Chara de la patinoire. Il va falloir être plus intelligents et les faire patiner. C'est là qu'on peut être dangereux. »

« En première ronde, on a été bon pour s'adapter à la vitesse du Lightning. Cette fois, on devra composer avec une grosse équipe qui joue bien. On devra bien jouer dans notre territoire, ne pas leur donner le moindre espace et lorsqu'on obtiendra un avantage numérique ou un surnombre, il faudra profiter de nos chances », résume Vanek, qui a 23 points en 40 matchs de séries.

« Nous savons que le défi sera encore plus grand que le précédent, mais à partir d'ici, le coefficient de difficulté ne fera qu'augmenter », prévoit Brendan Gallagher.