lundi, 12 mai 2008. 18:10

PITTSBURGH - À vingt-trois ans, après un parcours pas toujours facile, Marc-André Fleury démontre finalement que les Penguins ont eu raison d'en faire le tout premier choix lors du repêchage de 2003.

Pourtant l'an passé, Fleury avait réussi à se forger une certaine reconnaissance à travers la LNH en remportant quarante parties au cours de la saison régulière. Mais le problème, c'est que les Sénateurs se sont vite inclinés en première ronde face Penguins, et Fleury avait conservé une moyenne de buts alloués peu reluisante de 3,76. Voilà qui n'était rien pour aider sa réputation. Malgré un talent indéniable, le jeune gardien originaire de Sorel n'avait jamais rien gagné en séries éliminatoires. Que ce soit avec les Scremaing Eagles du Cap-Breton dans la LHJMQ ou avec Wilkes-Barre dans la Ligue américaine. Son aventure avec l'équipe canadienne au Championnat du monde junior de 2003 avait aussi ajouté à se poser des questions sur sa capacité à bien gérer la pression. Il y a un mois, avant le début des séries, certains se posaient encore des questions.

De la façon dont il se comporte actuellement, Marc-André Fleury va vite effacer cette réputation. Depuis, le début des séries, le gardien des Penguins n'a rien à se reprocher et c'est encore plus valorisant après la saison difficile qu'il a connu. Blessé à une cheville au début du mois de décembre, le jeune Québécois a été contraint de rater deux mois d'activités et pendant son absence, un certain Ty Conklin s'est amené en sauveur à Pittsburgh. Après une courte période de remise en forme dans la Ligue américaine, Fleury est revenu avec les Penguins à la toute fin du mois de février…mais il avait perdu son poste de portier numéro un.

Plutôt que de s'abattre sur son sort, Fleury a travaillé fort et il a décidé de reprendre sa place avec comme résultat qu'il joue depuis le meilleur hockey de sa carrière. « La tenue de Conklin avait changé les données et c'était peut-être la meilleure chose qui pouvait arriver à Marc-André car il n'avait jamais vécu de compétition à l'interne » explique Michel Therrien en parlant de son gardien qui a eut un gros mot à dire présent dans les succès des Penguins depuis le début des séries. « Les gens oublient que Marc-André n'a que vingt-trois ans. Il est arrivé ici à dix-huit ans et il n'était pas encore prêt à faire le saut dans la LNH. On avait une mauvaise équipe ici et l'apprentissage a été difficile », poursuit Gilles Meloche, l'entraîneur des gardiens chez les Penguins.


Dans l'ombre de Crosby et Malkin

Avec la présence de Sidney Crosby et Evgeni Malkin, deux des joyaux offensifs de la LNH, les projecteurs ne retrouvent pas très souvent braqués vers Marc-André Fleury. Avec une offensive aussi terrifiante que celle des Penguins, il est rare que l'on s'attarde à travail des défenseurs et du gardien. Pourtant, depuis le début des séries, le portier québécois maintient un rendement pratiquement impeccable. Voici sa fiche. Dix victoires et un seul revers. Une moyenne de buts alloués de 1,80 ce qui le place au deuxième rang derrière Chris Osgood. Un taux d'efficacité de 93,7% et deux jeux blancs. « C'est correct comme ça pour moi, lance Fleury en affichant son éternel sourire un peu timide. Il y a tellement de vedettes dans notre équipe que c'est normal que l'attention soit sur eux », dit-il en toute sincérité.

« Les deux années où l'on a gagné la coupe Stanley, Mario Lemieux avait mérité le trophée Conn Smythe. Mais les Penguins n'auraient jamais pu gagner la coupe si Tom Barasso n'avait pas été là pour faire les gros arrêts, se souvient Meloche. Le travail de Marc-André est difficile car il arrive souvent qu'il ne voit aucun tir pendant cinq ou six minutes. Puis, tout d'un coup, l'adversaire profite de quelques bonnes chances de marquer mais il est quand même prêt ».

« Il retient peut-être l'attention que Sid et Geno mais nous on sait à quel point il est bon. Quand tu sais que ton gardien va être là pour faire les arrêts clés, c'est certain que ça aide beaucoup », de conclure Pascal Dupuis. Et c'est exactement ce que fais Fleury depuis son retour au jeu le 28 février.