RDS.ca lundi, 28 févr. 2011. 22:55

Parce que son groupe de défenseurs a été décimé par les blessures, le directeur général du Canadien Pierre Gauthier n'avait tout simplement plus les ressources nécessaires pour faire l'acquisition de l'attaquant pouvant jouer sur les deux premiers trios tant réclamé.

« Je me suis senti comme le gars qui ramasse tout son argent pour aller en vacances et qui se rend finalement compte que son toit coule », a imagé Gauthier lors d'un point de presse tenu dans un hôtel d'Atlanta. « Les atouts que nous avions ont été utilisés pour combler certaines blessures. »

Le directeur général du Tricolore a ainsi avoué que les pertes des services d'Andrei Markov et Josh Gorges l'ont obligé à bouger plus tôt cette saison, si bien qu'il n'a jamais eu l'intention d'y aller d'un coup d'éclat en cette dernière journée pour effectuer des transactions, se contentant d'un échange - extrêmement mineur - qui a envoyé le défenseur Brett Festerling aux Thrashers en retour du gardien Drew MacIntyre.

« Depuis un an, nous avons déjà remplacé dix joueurs », a précisé Gauthier. « Il n'y était absolument pas question de faire du changement uniquement pour en faire. Je ne crois pas que cela aurait été une bonne idée. »

Le successeur de Bob Gainey a également profité de sa rencontre avec les journalistes pour réitérer son vote de confiance envers ses ouailles qui occupent le sixième rang de l'Association de l'Est avec 73 points, respectivement trois et six points de plus que les Rangers de New York et les Hurricanes de la Caroline. « Nous formons une équipe compétente, qui mise sur un bon groupe de vétérans et plusieurs jeunes qui s'améliorent », a dit Gauthier.

Ce dernier a également rejeté du revers de la main les commentaires voulant que son club n'a pas la robustesse nécessaire pour rivaliser avec les Bruins de Boston ou Flyers de Philadelphie de ce monde.

« Nos adversaires disent que nous sommes une équipe difficile à affronter », a répondu Gauthier. « Notre vitesse, notre style de jeu et notre cohésion sont nos grandes forces. »

Gionta et Gomez débordent de confiance

Plus tôt dans la journée, les vétérans ne s'étaient pas gênés pour affirmer qu'ils se voient très bien aller à la guerre avec tous les soldats déjà en place.

« Nous sommes à l'aise avec le groupe de joueurs que nous avons », a lancé Brian Gionta après l'entraînement des siens. « Lorsque nous jouons comme nous sommes capables de le faire, nous sommes difficiles à battre. »

Le capitaine a également avoué que les heures précédentes l'heure limite ont été pénibles pour certains de ses coéquipiers.

« C'est une journée difficile pour plusieurs joueurs, car vous ne savez jamais ce qui va arriver », a expliqué Gionta. « Mais tout le monde a bien réagi, personne ne s'attendait à ce que quelque chose de majeur survienne. »

Une opinion semblable à celle de son compagnon de trio Scott Gomez, qui est aussi optimiste pour la suite des choses.

« C'est une journée où il faut demeurer calme, car une transaction peut changer une vie », a ajouté Gomez. « Nous avons tous confiance en ce groupe, il y a une belle atmosphère dans ce vestiaire. »

Par ailleurs, le statut de Jaroslav Spacek devrait se préciser au cours des 24 prochaines heures. L'arrière tchèque a raté les six derniers matchs des siens en raison d'une blessure au bas du corps.