lundi, 17 mai 2010. 16:34

PHILADELPHIE - Pour le vétéran Brian Gionta, se faire humilier 6-0 dans le premier match d'une série n'est pas suffisant pour céder à la panique.

Alors même si le Canadien de Montréal semblait au tapis à la suite de cette défaite à sens unique face aux Flyers de Philadelphie, Gionta a indiqué que plus d'efforts et quelques ajustements à leur plan de match pourront les remettre sur les rails dans cette série finale de l'Est.

Il pense voir ces changements dès le deuxième match de la série, mardi, au Wachovia Centre.

"Une défaite est une défaite, a dit Gionta lundi. Vous tentez de trouver ce qui n'a pas fonctionné et comme c'est le premier match de la série, vous devez regarder plus attentivement ces détails.

"Je ne pense pas qu'on soit si loin que ça. Ce fut un difficile début, mais c'est plus nous qui avons mal joué. Il ne s'agit pas de quelque chose qu'ils font et à laquelle nous ne sommes pas capables de réagir. Il s'agit de nous préparer et d'exécuter ce que nous voulons faire. Rien de cela ne s'est produit dimanche. J'ai confiance que nous serons en mesure de rebondir et de fournir un meilleur effort."

Le Canadien a tenu une rencontre d'équipe afin de discuter de leurs nombreuses ratées du premier match et seulement huit joueurs ont patiné, surtout ceux qui n'ont pas joué ou n'ont pas vu beaucoup d'action.

Le constat général était que les Flyers, plus gros et plus physiques, ont épuisé le Canadien, ont été en mesure de créer de la circulation devant Jaroslav Halak et de rendre la vie du gardien du Tricolore misérable.

De son côté, le Canadien a rappelé qu'à chacune des deux rondes précédentes, contre les Capitals de Washington et les Penguins de Pittsburgh, ils ont subi une râclée, mais qu'à chaque fois, Halak et l'équipe ont rebondi pour remporter le match suivant.

"Ses coéquipiers et moi avons énormément confiance que Jaro sera en mesure de rebondir", a indiqué l'entraîneur-chef, Jacques Martin.

En saison régulière, Halak avait subi une sévère râclée aux mains des Flyers avant la pause olympique, mais les a blanchis à Philadelphie en avril. Alors le gardien de 25 ans ne semblait pas trop concerné.

"Nous avons dû affronter cette situation (d'avoir de gros joueurs devant moi) dans les deux premières séries, a dit Halak. On est en séries. Ils veulent gagner le match autant que nous le voulons. Nous devons être meilleurs à les sortir de cette zone et nous serons corrects. Je dois aussi m'assurer de mieux voir le disque."

Certains croient que Ryan O'Byrne, à 6 pi 5 po, sera de retour dans l'alignement pour tenter de contrer les gros joueurs des Flyers, ce qui voudrait dire que Marc-André Bergeron jouerait à l'attaque sur la quatrième ligne afin de pouvoir profiter de son tir sur le jeu de puissance.

Mais Gionta, le plus petit joueur du club à 5 pi 7 po, ne croit pas que son équipe ait été intimidée, même si les Flyers ont dominé 27-19 au chapitre des mises en échecs. Pour Gionta, l'intelligence peut triompher des bras.

"Ce qu'il faut, c'est de gagner nos batailles individuelles. Ça n'a rien à voir avec le nombre de mises en échecs données ou reçues. Nous n'étions tout simplement pas prêts dès le départ.

"Nous ne patinions pas. Ils pratiquent un échec avant soutenu et nous devons sortir la rondelle plus rapidement et les forcer à patiner davantage. Quand ils viennent rapidement en échec avant, si on peut placer une ou deux bonnes passes, ils viendront moins rapidement la prochaine fois."

En tant que groupe, le Canadien semblait fatigué, alors que les Flyers semblaient encore surchargés de l'énergie qui leur a permis de gagner le septième match contre les Bruins de Boston.

Pour Mathieu Darche, c'est bien d'avoir perdu le premier match de cette façon: ça permettra au Tricolore d'identifier rapidement ce qu'il doit corriger.

"C'est presque une bonne affaire, a-t-il dit. Si Jaro garde les buts au-dessus de sa tête et qu'on perd 2-1, ça aurait pu cacher certains des problèmes que nous avons rencontrés. Mais maintenant, ils ont été exposés au grand jour et nous pouvons nous ajuster et aller de l'avant."