mardi, 19 avr. 2011. 18:54

MONTRÉAL - «Ce n'est pas physique, c'est mental», a lancé à un certain moment Jacques Martin, lundi soir, après la défaite du Canadien subie au Centre Bell.

Les joueurs du Canadien ont justement eu l'occasion de donner congé à leur mental, mardi, alors qu'ils ont tous été exemptés de l'entraînement qui avait été initialement prévu au Complexe sportif Bell à Brossard.

À Lake Placid, loin des distractions de Montréal, les joueurs réguliers des Bruins ont eu droit au même privilège, alors que le prochain match de la série du premier tour n'aura lieu que jeudi au Centre Bell.

Les hommes de Claude Julien avaient donc l'occasion de savourer le fait qu'ils ont réduit à 2-1 l'avance du CH dans la série au meilleur de sept matchs, à la suite de leur victoire fort méritée de 4-2 acquise lundi sur la patinoire montréalaise. Les équipiers de Martin, eux, avaient le temps de réfléchir à ce qu'ils devront faire pour retrouver la recette à succès qui leur a permis de rafler les deux premiers duels de la série, à Boston.

«Il y aura deux jours avant le prochain match et on veut certes continuer à peaufiner notre jeu. Mais on veut aussi profiter d'un petit repos, et revenir prêts pour le quatrième match», a souligné Julien avant d'accompagner ses joueurs à Lake Placid, là où l'équipe s'entraînera mercredi avant de revenir à Montréal.

Julien ne craignait pas que la journée supplémentaire de repos refroidisse les ardeurs de ses joueurs, alors que ceux-ci ont enfin donné une performance à leur mesure après avoir failli à la tâche lors des deux matchs à Boston.

«Il ne faut pas se préoccuper du calendrier. Ce sont des choses qu'on ne peut pas contrôler, a affirmé l'ancien pilote du CH. S'attarder à ça est une perte de temps, selon moi. Le calendrier est fait, tu vis avec ça et tu t'ajustes en conséquence.

«C'est la même chose pour l'autre équipe. Ils auront deux jours de congé eux aussi, qu'ils en aient besoin ou non. Quand les gars donnent tout ce qu'ils ont, un peu de repos n'est jamais une mauvaise chose.»

Et ce ne sera certes pas une mauvaise chose pour les joueurs montréalais.

«Le but dans les séries, c'est de ne jamais prendre de soirée, de période ou de présence sur la glace de congé. Nous allons relaxer, récupérer, refaire le plein mentalement et revenir jeudi prêts à jouer», a déclaré le défenseur du CH James Wisniewski.

Cette trêve ne sera pas superflue puisque les Bruins semblent avoir renoué avec leur propre recette à succès.

«C'est un rappel à quel point c'est une bonne équipe, et que si nous ne jouons pas comme nous l'avons fait à Boston, nous n'allons pas l'emporter», a dit Carey Price de la défaite de lundi.

«Les Bruins ont fait preuve de discipline, a dit Wisniewski en commentant le match de lundi. Ils n'ont pas perdu leur temps à courir partout pour essayer de nous intimider. Je crois qu'ils ont réalisé que ça ne fonctionnera pas. Mais ils sont restés patients et ils ont profité de leurs occasions, comme nous l'avions fait dans les deux premiers matchs.»

«Il faut se rappeler ce que nous faisons de bien et continuer à le faire, a de son côté affirmé Hal Gill. C'est-à-dire qu'il faut s'atteler à la tâche, se soutenir les uns les autres. S'il faut donner trois coups de patin de plus pour se mettre en bonne position, il faut le faire. Il ne faut pas prendre des raccourcis. Ça, nous l'avons fait trop souvent (lundi).»

Il y a malgré tout lieu d'être optimiste, chez le Canadien, puisque même face à des Bruins revigorés, l'équipe montréalaise a failli renverser la vapeur.

«Nous nous sommes retrouvés à un bond chanceux ou deux d'égaler le score (lundi) et de revenir dans ce match-là», a fait remarquer Gill.

«Il faut qu'on bâtisse sur cette fin de match-là, a affirmé Mathieu Darche. On a quand même bien attaqué en troisième. On n'a pas vraiment fait d'ajustements, c'est juste l'exécution qui a été meilleure. On est revenu à notre façon de jouer.

«Il s'agira maintenant d'être prêt en début de match», a ajouté Darche, en pensant aux deux premières rencontres de la série, disputées à Boston, alors que le Canadien a connu des départs en trombe et marqué le premier but à chaque fois.

«Personne ne pensait qu'on allait l'emporter facilement en quatre. C'est le temps de se retrousser les manches», a résumé Darche.