mercredi, 4 mars 2009. 18:35

Bob Gainey a été fidèle à la philosophie du Canadien : il n'a pas procédé à une transaction dans le but de simplement faire plaisir aux partisans de l'équipe.

Et comme les dirigeants du CH n'ont jamais dévoilé sur la place publique le contenu de leurs discussions avec les autres clubs de la Ligue nationale de hockey, nous ne pouvons que spéculer… Chose certaine, Gainey, Pierre Gauthier et Julien BriseBois ont un plan et savent exactement où ils s'en vont.

Les trois hommes ont procédé à l'analyse de l'équipe et jugé qu'elle était en mesure de faire de bonnes choses. Je suis convaincu qu'ils ont tâté le terrain, mais n'oubliez pas que cela prend deux équipes pour conclure un échange. Et il n'était pas question que Gainey sacrifie des jeunes dans le but de répondre à un besoin à très court terme.

Transiger pour le simple plaisir de transiger, je ne crois pas du tout à cela!

Le destin du Canadien dans les mains de Price

Gainey a purement et simplement donné un vote de confiance aux joueurs déjà présents. Il leur avait déjà probablement dit que tout le monde pouvait dormir tranquille et que personne ne serait échangé. La balle est maintenant dans le camp des 23 joueurs.

Il serait également injuste de dire que Gainey a purement et simplement regardé la parade. N'oubliez pas qu'il a fait l'acquisition des services du défenseur Mathieu Schneider. Ce dernier ne représente peut-être pas le quatrième défenseur tant attendu, mais il a quand même réussi à relancer l'avantage numérique.

Dans le fond, le discours des partisans, des journalistes et des analystes aurait probablement été fort différent si Carey Price avait été à la hauteur depuis le début de la saison. Le Canadien n'occuperait pas le neuvième rang du classement général, mais bien le quatrième ou le cinquième.

Plus personne ne parlerait de carences en défensive ou du besoin d'un gros joueur de centre.

Finalement, je crois que l'avenir donnera raison à Bob Gainey et ses acolytes. Ils ne sont pas tombés dans la folie des contrats à long terme et sont plus que jamais prêts pour faire face à la baisse annoncée du plafond salarial.

*Propos recueillis par Francis Paquin