mardi, 22 mars 2011. 21:45

MONTRÉAL - Il y a toujours des leçons à tirer d'une défaite, même s'il s'agit de leçons qu'on a déjà apprises par le passé.

Face aux Sabres, les joueurs du Canadien ont oublié l'importance de commencer un match en lion. Et aussi, l'importance de bien jouer en zone neutre.

Ce sont là deux éléments qui ont fait défaut, mardi, et qu'il faudra corriger en vue de l'affrontement contre les Bruins à Boston, jeudi, ont souligné Jacques Martin, Brian Gionta et Travis Moen à l'issue de la défaite de 2-0 aux mains de Ryan Miller et compagnie.

«On a commis trop de revirements en zone neutre, a noté l'entraîneur du CH. Contre une équipe qui protège aussi bien la zone neutre, il aurait fallu chercher davantage à mettre la rondelle derrière leurs défenseurs, ce qu'on n'a pas fait assez.»

Le résultat, c'est que le Tricolore n'a pas passé assez de temps en zone adverse. Ç'a provoqué un effet domino.

«Quand tu ne réussis pas à mettre la rondelle en zone adverse, tu te retrouves nécessairement à jouer souvent dans ta propre zone. Donc, tu finis par te fatiguer et par écoper des pénalités. Ce n'est pas de cette façon qu'on peut gagner un match», a résumé Martin.

«Nous avons obtenu des tirs en périphérie, mais nous n'avons pas réussi à récupérer les retours. Ils ont fait du bon travail pour dégager la rondelle», a indiqué Gionta.

«On n'a pas provoqué grand-chose comme occasions en première et deuxième périodes, a ajouté le capitaine. Une équipe comme celle-là provoque bien des choses en défensive, dans notre propre zone et en zone neutre, et dans ces moments-là il faut placer la rondelle derrière leurs joueurs. Quand on l'a fait, ç'a permis de créer des surnombres. Mais on ne l'a pas fait assez souvent.

«Nous n'étions pas prêts pour le début du match, de toute évidence ça nous a fait mal», a par ailleurs affirmé Gionta.

«Quand on vole partout sur la patinoire en début de match, on dirait que ça nous permet de prendre le contrôle du jeu, a souligné Moen. Mais ce soir, nous avons connu un lent départ. Il faudra s'ajuster à Boston.»

Encore une fois, le Canadien a dû se débrouiller sans Tomas Plekanec, Jeff Halpern, Brent Sopel et Mathieu Darche, mardi. Mais il ne s'agit pas là d'une excuse, a affirmé Gionta.

«On a plusieurs blessés et c'est sûr que c'est difficile, mais on a gagné des matchs sans eux et il faut y aller avec l'équipe que nous avons en ce moment», a-t-il tranché.

Carey Price a failli s'ajouter à la longue liste des blessés quand il a reçu un tir sur la jambe lors de l'entraînement matinal, mardi. Il a toutefois affronté les Sabres comme prévu et il a été solide.

«C'est juste un claquage. Je suis correct maintenant», a assuré le jeune gardien.

Crédit aux Sabres

Malgré les carences dans leur jeu, les joueurs du Canadien ont aussi donné crédit aux Sabres.

«Ils ont une bonne équipe, a dit Moen en reconnaissant que les Sabres pourraient jouer le rôle de trouble-fête dans les prochaines séries. Avoir un gardien qui est en forme et une bonne défensive, c'est toujours bien utile dans les séries.»

«(Les Sabres) doivent lutter présentement pour une place en séries, ils doivent disputer leur meilleur hockey pour se qualifier, a noté Gionta. Ils ont bien fait ce soir.»

Miller, lui, a rappelé que les Sabres tenaient à racheter leur défaite en prolongation de dimanche, subie après qu'ils eurent bousillé une avance de deux buts avec 2:30 à jouer en troisième période face aux Predators de Nashville.

«C'était important de rebondir après notre dernière rencontre, a affirmé le gardien des Sabres. Les gars ont fait du bon travail. Nous devions peaufiner certains aspects de notre jeu et nous l'avons fait.

«C'est sûrement le genre de match auquel nous devrons nous habituer. Car c'est le genre de match auquel nous aurons droit d'ici la fin de la saison.»