RDS.ca,
samedi, 9 oct. 2010. 22:45

En cette soirée de retrouvailles, les hommes de Jacques Martin ne se sont pas gênés pour reprendre là où ils avaient laissé le printemps dernier en infligeant un revers de 3-2 aux Penguins de Pittsburgh, samedi soir au tout nouveau Consol Energy Center.

Tirant de l'arrière 2-1 avec moins de cinq minutes à faire à la rencontre, Michael Cammalleri a nivelé le pointage en inscrivant son deuxième filet de la soirée.

Moins de 24 secondes plus tard, Scott Gomez a jeté la consternation dans les gradins du nouvel amphithéâtre des Penguins en déjouant Marc-André Fleury d'un faible tir d'un angle restreint.

Auparavant dans la rencontre, Cammalleri a complété une belle remise de Tomas Plekanec à 15:24 du premier engagement pour procurer les devants 1-0 au Tricolore. Plekanec s'est amené en zone ennemie et a contourné le défenseur du côté gauche avant de revenir vers le filet et de remettre la rondelle à Cammalleri, dans l'enclave, qui a déjoué Fleury d'un tir à ras la glace.

Sidney Crosby et Evgeni Malkin ont toutefois ramené les deux équipes à la case départ à 40 secondes de la période médiane. Après avoir mystifié la défensive du Canadien, Alex Goligoski a remis le disque à Crosby du côté gauche, qui l'a rapidement retourné à Malkin pour qu'il puisse effectuer un tir sur réception d'une trentaine de pieds qui a battu Carey Price de vitesse.

Mark Letestu a ensuite donné les devants 2-1 aux troupiers de Dan Bylsma en exploitant sa vitesse dans la zone du Canadien avant de battre Price d'un tir des poignets sec directement entre ses jambières. Paul Martin et Matt Cooke ont récolté une aide chacun sur la séquence.

Cammalleri est ensuite revenu à la charge et a créé l'égalité 2-2 à 17:48 de la troisième période pour le Canadien, qui n'avait jamais amorcé une saison avec deux défaites consécutives depuis la saison 2001-02.

Il a fait dévier un tir de la pointe de Josh Gorges derrière Fleury, en dépit du fait qu'il était surveillé de près par un défenseur des Penguins. Cammalleri a ainsi porté son total à neuf points au cours des huit derniers matchs contre les Penguins.

« Parfois la rondelle entre dans le but, d'autre fois non. J'ai toujours aimé affronter les Penguins, dont l'alignement comporte à mon avis quelques-uns des meilleurs joueurs au monde. J'ai beaucoup de respect pour leur style de jeu et ils savent faire ressortir le meilleur de nous-mêmes», a mentionné Cammalleri lorsqu'interrogé dans le vestiaire des siens après le match.

Scott Gomez a donné le coup de grâce aux Penguins 24 secondes plus tard en glissant la rondelle d'un angle restreint directement entre les jambières de Fleury, qui a paru faible sur la séquence.

Price a été brillant devant son filet, réalisant un total de 36 arrêts. Il a réalisé plusieurs coups d'éclats durant la soirée, repoussant notamment un tir sur réception de Crosby alors qu'il était étendu sur la patinoire lors du premier tiers.

L'entraîneur-chef du Tricolore, Jacques Martin, n'a d'ailleurs pas manqué de souligner la performance de son protégé.

« La deuxième et la troisième période appartiennent à Carey. Il a su faire les arrêts clés aux moments opportuns et il a apposé sa signature sur cette victoire», a déclaré Martin au terme de la rencontre.

Une rivalité est peut-être née

Moins de six mois après avoir été éliminés à la surprise générale par les hommes de Jacques Martin, les Penguins ont démontré leur rancoeur en présentant une hargne et une agressivité qui ne leurs sont pourtant pas habituelles.

Le match a notamment été marqué par de bonnes mises en échec, quelques mêlées et un combat entre Maxim Lapierre et Mike Comrie, qui rappelaient étrangement l'intensité de la série du printemps dernier.

Si le Canadien a offert une performance beaucoup plus inspirée que jeudi dernier contre les Maple Leafs de Toronto, il devra toutefois se remettre à la tâche rapidement. Le Tricolore a encore une fois été incapable de trouver le fond de la cage adverse en cinq supériorités numériques contre les Penguins.

Le Canadien, qui avait pourtant terminé en deuxième position à ce chapitre la saison dernière avec un taux d'efficacité de 21,8 pour cent, a désormais été blanchi en huit opportunités cette saison.

La foule n'a évidemment pas manqué de démontrer sa haine envers le défenseur P.K. Subban, le bourreau de Sidney Crosby lors des dernières séries éliminatoires, en le huant chaque fois qu'il touchait au disque.

Subban a aussi été coupé à l'arcade sourcilière par la lame du bâton de Mike Comrie en fin de première période, et bien que la coupure ait nécessité quelques points de suture, il y a eu plus de peur que de mal.

Même si Benoit Pouliot a entamé la rencontre sur le premier trio du Canadien, à la droite de Gomez et Brian Gionta, Martin a eu la mèche courte et n'a pas tardé à le remplacer sporadiquement par Lars Eller et Lapierre sur le premier trio.

Avec le retour de Cammalleri dans la formation, le Québécois Mathieu Darche a été laissé de côté par Martin. Par ailleurs, Martin a dû se passer des services de ses défenseurs Andrei Markov et Roman Hamrlik, qui séjournent toujours sur la liste des blessés.