jeudi, 16 oct. 2008. 18:55

Lorsque les Blackhawks de Chicago ont vaincu les Coyotes de Phoenix mercredi soir, Denis Savard était rassuré. Il venait de voir sa formation disputer son meilleur match de la saison et enfin, il pouvait respirer un peu. Mais la nouvelle qu'il a reçue jeudi matin l'a assommé. Pourtant le scénario était déjà connu d'avance.

En septembre dernier, les Hawks avaient fait de Joel Quenneville un dépisteur. Lorsque Denis Savard a appris la nouvelle, il a immédiatement demandé à son directeur général, Dale Tallon, de lui expliquer cette décision. Ce dernier l'a rassuré, mais pourtant ce n'était qu'une indication qu'il devait absolument connaître du succès dès le début de la saison parce qu'il allait probablement perdre son poste.

C'est qu'au cours des derniers mois, plusieurs indices démontraient que les données avaient changé. D'abord, Savard pensait bien obtenir un nouveau contrat, mais il ne l'a jamais eu. Ensuite, Scotty Bowman a été nommé consultant afin de rejoindre son fils, qui est l'adjoint de Tallon. Il était évident que Bowman ne se retrouvait pas avec l'équipe simplement pour ses beaux yeux. Il allait avoir un mot à dire sur les opérations de l'équipe.

Et lors de la saison estivale, Savard a aussi senti que les données avaient changé lorsque le président des Blackhawks, John McDonough, a complètement changé d'attitude à son endroit et semblait plus distant.

La surprise

Ce qui est surprenant, c'est que le congédiement arrive au lendemain d'une victoire. Mais ceux qui ont décidé que Savard ne faisait plus l'affaire ont eu peur. Comment congédier un entraîneur si l'équipe remporte un deuxième ou un troisième match de suite? La décision aurait été plus difficile à prendre, surtout que Savard est quand même un joueur qui a grandement marqué l'histoire de cette formation.

C'est pourquoi on n'a pas attendu plus longtemps avant d'annoncer la nouvelle.

Mais il y a quand même un point important dans toute cette histoire. Savard n'a pas été congédié sans raison. Certains membres de la direction de l'équipe n'aimait pas comment certains joueurs étaient utilisés. Il y a des vétérans qui ne jouaient pas à leur plein potentiel parce que c'était connu que Savard leur avait tourné le dos. L'entraîneur-chef n'aimait pas l'attitude et la façon de jouer de certains vétérans. C'est surtout ce point qu'il faut retenir dans toute cette histoire.

Prochaine étape

Maintenant, que feront les Blackhawks? Est-ce que le poste de tous les membres de la direction est assuré? Qui sera le prochain à partir? Ce qui est évident, c'est que le président des Hawks a étudié son équipe depuis sa nomination en novembre 2007. Il a une bonne idée de ce qui doit être fait et le congédiement d'un héros à Chicago est la preuve que personne chez les Hawks n'a le droit de s'asseoir sur ses lauriers.

Étrangement, on a l'impression que d'autres annonces seront faites au cours des prochains mois si cette équipe ne participe pas aux séries. La victoire sera donc très importante pour une équipe qui est incapable de participer à la danse du printemps depuis des années.