dimanche, 6 janv. 2013. 15:34

Finalement, le Canadien de Montréal aura l'opportunité de faire oublier sa dernière saison de misère alors que s'amorcera dans les prochains jours la première saison de l'ère Marc Bergevin et Michel Therrien.

Je ne vous apprendrai rien en vous mentionnant que le nouveau directeur général doit régler d'emblée le contrat de P.K. Subban dans un laps de temps assez court. Ce gros dossier, qui a traîné dans les semaines précédant le déclenchement du lock-out, doit être la première priorité de Bergevin, car il ne peut se permettre de commencer cette saison 2013 sans les services d'un défenseur aussi important que Subban.

J'ose donc croire que Subban commencera l'année à Montréal comme tous les autres joueurs du Canadien. Et comme ceux-ci, le jeune pilier de 23 ans doit mourir d'envie de voir de l'action au plus vite; j'imagine qu'il ne patientera pas inutilement avant de jouer après un si long lock-out. De plus, on sait qu'il ne peut pas se prévaloir de son statut de joueur autonome, alors ça ne lui servirait à rien de bouder.

Subban recherchait un contrat à long terme avant le lock-out. Il devra peut-être se contenter d'une entente d'une ou deux saisons avant de toucher le gros lot.

L'expérience de Therrien, un atout

Les joueurs du Canadien ne bénéficieront que d'une semaine pour s'adapter au nouveau système de jeu qu'implantera Michel Therrien. Vous conviendrez comme moi que c'est bien peu. Cependant, je suis loin d'être inquiet, car connaissant Michel, je sais que son plan de match est déjà bien établi dans son esprit.

Therrien est un coach de carrière, qui possède un grand bagage d'expérience. Et avec tout le temps qu'il a eu pour se préparer, il n'y a aucun doute que ce sera clair, net et précis dès que les joueurs poseront leurs patins sur la patinoire. Il sait déjà comment il veut que son équipe se comporte et je suis convaincu que ses trios sont déjà formés en vue du match inaugural.

En ce qui concerne la cohésion des joueurs, j'estime que ce sont des professionnels qui, pour la plupart, ont joué sous les ordres de plusieurs entraîneurs. Ils savent s'adapter rapidement à ce genre de situation. De plus, Michel n'arrive pas avec quelque chose de jamais vu, jamais entendu. Je le répète, je suis loin d'être inquiet.

Galchenyuk à Montréal?

Si, comme moi, vous avez jeté un coup d'œil sur les Bulldogs durant le lock-out, vous serez d'accord que le Canadien représente une formation qui n'a pas beaucoup de profondeur. Mis à part Brendan Gallagher, il est difficile de songer à un élément qui pourrait aider le Canadien à l'attaque si une fâcheuse blessure devait survenir à un des joueurs des deux premiers trios.

C'est pour cette raison que je crois que l'état-major du Canadien devrait donner une véritable opportunité à Alex Galchenyuk d'amorcer la saison à Montréal. Malgré son jeune âge, je pense qu'il peut tenir son bout dans la Ligue nationale. Je l'ai vu évoluer à Sarnia ou au Championnat du monde junior et il m'a impressionné. Galchenyuk est sérieux, il a de l'aplomb, il est solide et en plus il possède un bon coup de patin. Il y a même des dépisteurs qui m'ont dit que le Canadien avait fait le meilleur choix lors de la séance de repêchage. Le jeune homme connaîtra selon moi une très belle carrière dans la Ligue nationale et c'est le bon moment de lui donner sa première chance. De plus, si tu ne le prends pas tout de suite, tu ne pourras pas le rappeler de son équipe junior.

Et indépendamment de l'âge, il faut se questionner si le Canadien forme une meilleure équipe avec Galchenyuk dans l'alignement. À cette interrogation, je suis convaincu que oui. Les bons joueurs finissent toujours par connaître du succès à long terme, qu'ils aient passé par la Ligue américaine ou non.

Durant le bref camp, on devra tout de suite le placer dans une condition gagnante, c'est-à-dire de ne pas le faire jouer sur un quatrième trio où il ne pourra pas exploiter son grand talent. Il faut que le CH participe aux séries éliminatoires et dans le cas échéant, on ne peut pas se permettre de l'oublier tout simplement.

Toutes les équipes sur un pied d'égalité

Mis à part les Flyers et les Kings qui seront privés respectivement de Daniel Brière et Anze Kopitar, la plupart des formations seront intactes de sorte que tout le monde part sur un pied d'égalité. Et je ne crois pas que le camp écourté favorisera un grand nombre de blessures, car en temps normal, les joueurs sont prêts à disputer des matchs hors-concours après cinq ou six jours d'entraînement.

Le rythme sera peut-être différent au début, mais ce sont des athlètes de pointe et ça se replacera rapidement. Ce qui est certain, c'est que tous les éléments devront être prêts, car un début de saison dans une saison écourtée, ça ne pardonne pas.

Scott Gomez devra donc être prêt à se mettre en marche, s'il lui reste encore quelque chose dans le réservoir. Carey Price aura également un grand rôle à jouer. Le Canadien ira aussi loin que Price le mènera. Enfin, les éléments qui en ont arraché la saison dernière devront en donner un peu plus. Je pense notamment à Lars Eller : son développement tarde et il ne donne pas l'impression qu'il deviendra un joueur de premier plan. Je songe aussi à Rene Bourque, qui, espérons-le, pourrait devenir un atout important pour le trio de Tomas Plekanec .

Propos recueillis par Nicolas Dupont