vendredi, 8 mars 2013. 19:27

À mon tour de procéder à un bilan de mi-saison, mais je me concentrerai surtout sur les autres équipes de la LNH au lieu de décortiquer le parcours du Canadien.

Amorçons ce tour d’horizon des surprises et déceptions avec l’Association Est.

Même si je procède à une évaluation à travers la LNH, je n’ai pas le choix de choisir le Canadien comme la grande surprise dans l’Est. Au niveau des joueurs, je dois souligner le travail de Brandon Prust qui est l’une des raisons derrière les succès du Tricolore.

Au moment de publier cette chronique, les Penguins occupent le deuxième rang, mais c’est normal de les retrouver aussi haut dans le classement.

Quant aux Hurricanes, je dois commencer en glissant un mot sur Alexander Semin. On dirait que les Russes produisent davantage avec un contrat d’un an seulement en poche. C’est évident aussi que la transaction de Jordan Staal s’est avérée bénéfique pour cette formation. Ils ont mis la main sur un élément important et les frères Staal sont utiles de plusieurs façons à une équipe.

Au niveau des déceptions, je dois nommer le Lightning et les Sabres parce que j’ai le sentiment que la descente avait commencé l’an dernier pour les Capitals.

Selon moi, ça prendra un changement drastique à Washington et il faut même se demander si Alex Ovechkin peut demeurer dans cet uniforme. Ils ont toujours bâti un peu à l’image des Rangers en se disant que ça prend un joueur vedette ou un excellent premier trio pour que ça fonctionne, mais le concept d’équipe n’est pas présent et ça leur coûte cher.

Les Rangers représentent également une certaine déception. Quand Rick Nash est présent, cette formation demeure dangereuse, mais c’est l’inverse quand il est absent. Je suis obligé de dire que Brad Richards en arrache. Non seulement, son nom n’apparaît pas sur la feuille de pointage, mais on ne le remarque pas du tout. On dirait qu’il ne fait pas partie de l’équipe! L’avantage numérique serait sans doute l’endroit idéal pour le stimuler, mais le jeu de puissance des Rangers croupit dans les bas-fonds de la LNH.

En ce qui concerne les Sénateurs d’Ottawa, ce n’est guère une surprise de les voir dans le top 8 parce que Paul MacLean effectue de l’excellent boulot. Il a établi un concept d’équipe et il est parvenu à le conserver malgré la perte de plusieurs joueurs importants et c’est ce qui sauve la situation.

Parmi 15 matchs décidés par un but, ils ont obtenu seulement six victoires. Vous comprendrez que c’est une équipe qui manque de punch offensif et ils ont perdu des piliers de première qualité en Jason Spezza et Erik Karlsson. Avec une formation en santé, je suis convaincu que cette organisation serait plus menaçante.

Au sujet des Leafs, j’espère qu’ils ne sont pas un feu de paille. Ce serait agréable parce que ça ajouterait de la compétition dans l’Est qui manque de diversité. Bref, c’est rafraîchissant de les voir à cet endroit.

Leur philosophie semble maintenant de développer les jeunes au lieu d’échanger les choix au repêchage pour des vétérans. Le résultat fonctionne pour le moment et Nazem Kadri s’avère le plus bel exemple après avoir fait la navette entre la LNH et la Ligue américaine de hockey. Il s’est établi et il est devenu l’un des meilleurs joueurs de ce groupe.

À tout seigneur, tout honneur

Dans l’Ouest, je n’ai pas le choix de me prosterner devant les Blackhawks de Chicago qui sont tout simplement sensationnels. À mon avis, Jonathan Toews est le Steve Yzerman de l’ère moderne! Il est complet et il respire la droiture ainsi que la confiance.

Quand tu es père, tu te dis qu’il serait le chum idéal pour ta fille de 20 ans (rires).

Il travaille fort et il démontre aussi de la hargne quand c’est nécessaire. Il est un exemple pour les autres et il cimente ses coéquipiers. C’est spectaculaire de voir les Hawks toujours trouver une façon de l’emporter.

Ils sont rendus comme les Red Wings des belles années dans le sens qu’ils prennent un joueur ordinaire et il paraît bien soudainement. Je pense notamment à Ray Emery qui accomplit des miracles devant la cage de Chicago.

C’est également plaisant de les voir réussir à l’aide d’un système qui n’est pas basé sur la défensive, mais plutôt le contrôle de la rondelle. Ils ne sont pas mauvais défensivement, mais ils veulent surtout contrôler la rondelle et ils donnent tout un spectacle quand c’est le cas.

Parlons des Ducks d’Anaheim maintenant. Si ça continue, ce ne serait pas surprenant que Bruce Boudreau mérite le trophée Jack Adams pour l’entraîneur de l’année. Il a revigoré cette équipe talentueuse et expérimentée.

C’est vrai qu’il mise sur de bons éléments à sa disposition, mais il impressionne à la barre de cette équipe. Il a ramené l’effort collectif à Anaheim et il fait produire tous ses meilleurs joueurs. Bien sûr, je souhaite aux Ducks de pouvoir signer Corey Perry à long terme tout comme ce fut le cas avec Ryan Getzlaf parce que ce serait une grosse perte pour eux.

À Vancouver, Alain Vigneault continue de faire du travail exemplaire, il est régulier comme une horloge. Que ce soit au niveau junior, dans la Ligue américaine ou la Ligue nationale, il fait travailler ses équipes et il utilise ses quatre trios et ses six défenseurs. Il permet à tout le monde d’être impliqué même ses deux gardiens dans une controverse anticipée. Il trouve le moyen de bien gérer les situations.

Du côté de Detroit, on ne peut quand même pas remplacer Nicklas Lidstrom et Brian Rafalski du jour au lendemain. Ça prend du temps pour combler de telles pertes.

À Los Angeles, on dirait que les champions de la coupe Stanley reprennent tranquillement leur vitesse de croisière et les Kings appartiennent au top 8.

À propos des Sharks, cette équipe demeure une redoutable force de frappe en saison régulière, mais on ignore le rendement de celle-ci en éliminatoires donc il faut attendre avant de se prononcer.

Évidemment, les Blues se classent dans la catégorie des déceptions. Je fais partie des observateurs qui avaient placé cette équipe près du sommet dans l’Ouest. Je croyais que cette formation passerait au prochain niveau, mais ce n’est pas le cas.

Quelques joueurs sont responsables de cette situation. Je pense au défenseur Barrett Jackman qui est devrait être un leader, mais il n’a pas l’aplomb recherché. On le voyait succéder aux McInnis, Pronger et compagnie, mais il n’atteint pas le développement rêvé.

Ils peuvent compter sur deux bons gardiens de but, mais ils ne présentent pas les statistiques espérées contrairement à l’an dernier. Ils ne forment pas l’équipe dominante de la saison dernière et je me souviens d’ailleurs que le Canadien avait très mal paru contre eux dans une défaite de 3-0. En fait, je trouve qu’il manque de feu dans leur jeu.

Guy Boucher à pointer du doigt?

Au sujet de l’évaluation des entraîneurs, Bruce Boudreau, Michel Therrien et Joel Quenneville sont au haut de la liste présentement. Ceci dit, Todd McLellan, Alain Vigneault et Randy Carlyle se débrouillent très bien.

Dans le camp des déceptions, je n’appartiens pas au groupe qui prétend que Guy Boucher est en danger à Tampa. Je considère plutôt que ça revient au directeur général Steve Yzerman de trouver des solutions et surtout en défense.

C’est un peu comme un pilote de course qui teste sa voiture et qui dit à ses mécaniciens qu’il ressent un problème quand il appuie sur le frein. Bref, ça prend des ajustements pour corriger la situation.

Le Lightning accorde trop de mauvais buts et les ennuis se poursuivent devant le filet. Mathieu Garon semblait en voie de devenir le numéro un, mais il s’est blessé. Je ne crois pas que les critiques doivent toutes se tourner vers l’entraîneur. Yzerman doit en faire un peu plus pour aider Boucher.

Même si je l’aime beaucoup, le contrat de Vincent Lecavalier commence à peser lourd pour cette organisation. Au moins, le Lightning a réussi quelques bons coups en attaque avec l’arrivée de Cory Conacher et Alex Killorn.

Victor Hedman se développe, mais trop lentement. Plusieurs défenseurs repêchés plus loin que lui comme Karlsson et P.K. Subban sont rendus beaucoup plus dominants que lui.

Pour moi, Adam Oates représente une plus grande déception que Boucher. Lindy Ruff aussi, j’en conviens, mais il a été congédié.

Mon top 3 des meilleurs entraîneurs de l’Est serait composé de Therrien devant MacLean et Carlyle comparativement à Quenneville, Boudreau et Vigneault dans l’Ouest.

Et vous, quelles sont vos surprises et vos déceptions à mi-chemin de la saison?

Propos recueillis par Éric Leblanc.