dimanche, 28 avr. 2013. 17:41

Il faut sans l’ombre d’un doute penser aux Blackhawks de Chicago pour représenter l’Association de l’Ouest en finale des séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Les Hawks ont encore montré cette saison qu’ils possèdent tous les éléments pour remporter le précieux trophée. Patrick Kane et Jonathan Toews sont aussi dominants que dans le passé et la rondelle sort particulièrement rapidement du territoire défensif.

En attaque, les Hawks peuvent jouer physique, tandis que les défenseurs sont très habiles avec la rondelle. Bref, ils possèdent des marqueurs, un excellent meneur et deux très bons gardiens. Il est possible d’affirmer que les Hawks devancent les Penguins de Pittsburgh à titre de meilleure équipe de la Ligue nationale de hockey.

Ce ne sera donc pas facile pour le Wild du Minnesota, qui tentera de racheter une saison régulière difficile. Malgré toutes les acquisitions effectuées sur le marché des joueurs autonomes cet été, l’équipe s’est qualifiée pour les séries dans la dernière semaine d’activités.

Un parallèle avec les Kings de Los Angeles de l’an dernier peut être dressé, mais il serait surprenant que le Wild parvienne à remporter la coupe. Pas de doute que les amateurs s’attendaient à beaucoup mieux. En cinq matchs maximum, ce sera terminé.

Les Ducks résisteront, mais peineront

Les Red Wings de Detroit ont terminé au septième rang de l’association, mais ont fini la saison en force en gagnant leurs quatre derniers matchs. Il va falloir réaliser un jour qu’ils ne possèdent plus la même brigade défensive d’antan.

Jonathan Ericsson et Niklas Kronwall sont d’excellents défenseurs, sauf qu’ils tardent à remplir les chaussures laissées vacantes à la suite du départ à la retraite de Nicklas Lidstrom. Il ne faut pas oublier que Brad Stuart et Brian Rafalski étaient de cette équipe jadis.

Les Red Wings peuvent néanmoins compter sur un excellent gardien de but en Jimmy Howard, lui qui a souvent été le meilleur joueur du club en infériorité numérique cette saison. Un gars comme Justin Abdelkader s’est également découvert des talents d’agitateur.

Pendant leur séquence victorieuse, les Red Wings ont retrouvé leur identité, c’est-à-dire qu’ils sont redevenus une équipe de possession de rondelle. Étant donné leur très grande expérience en séries, peu de clubs aimeraient être à la place des Ducks d’Anaheim.

Mais les Ducks sont très nantis au niveau offensif. Ils possèdent deux excellentes lignes d’attaque, dont la première menée par Ryan Getzlaf et Corey Perry. Cette série risque fort de se rendre jusqu’à la limite, avec un léger avantage aux Ducks.

Les Sharks profiteront des distractions des Canucks

La confrontation entre les Canucks de Vancouver et les Sharks de San Jose risque d’être excellente, et surtout robuste! Les statistiques sont presque toutes à l’avantage des Canucks, mais cette équipe n’a pas beaucoup de punch en attaque.

Les jumeaux Daniel et Henrik Sedin ont été plutôt décevants, et le retour de Ryan Kesler sera plus que le bienvenu. La formation des Canucks a été chamboulée à plusieurs reprises pendant la saison régulière et cela les rattrapera en séries.

La situation des gardiens de but risque encore d’être une distraction comme elle l’a été à la date limite des transactions. Tous ces facteurs font en sorte que les Canucks ne franchiront pas la première ronde et devraient être éliminés en six matchs.

Pendant des années, les Sharks n’ont jamais été en mesure de répondre aux attentes. Ils ont effectué un échange majeur en cédant Dany Heatley en retour de Martin Havlat et cela pourrait enfin permettre à Patrick Marleau et Joe Thornton d’être à l’aise. Contrairement aux Canucks, les Sharks ont une bonne deuxième ligne d’attaque et cela fera la différence.

La revanche des Blues

L’an dernier, les Blues de Saint-Louis se sont fait surprendre par les Kings en demi-finale. Jumelé à leur mauvais début de saison cette année, cela a peut-être été une bonne chose, finalement.

Dans l’Ouest, c’est assurément l’équipe qui s’est le plus améliorée à la date limite des échanges. Les Blues se sont bâti une équipe sur mesure pour les séries avec des joueurs que l’entraîneur-chef Ken Hitchcock aime, notamment Jay Bouwmeester.

Ce dernier n’est pas un vrai numéro un, sauf qu’il sera là pour remplir un rôle strictement défensif. Les deux hommes se sont connus avec l’équipe canadienne et sont faits pour travailler ensemble. Avec Alex Pietrangelo en tête, les Blues forment la meilleure brigade défensive de la ligue.

Les Kings forment un excellent club, sauf qu’il est difficile de les imaginer répéter leurs exploits deux années de suite. Les Blues prendront leur revanche en six matchs.

*Propos recueillis par RDS.ca