mercredi, 25 sept. 2013. 00:00

Même si les Panthers de la Floride viennent de lui jouer un vilain tour en offrant à Tim Thomas le poste qu’ils lui avaient promis, José Théodore n’a pas l’intention de prendre sa retraite.

Préférant demeurer discret à l’aube de la saison 2013-2014, Théodore a décliné une demande d’entrevue du RDS.ca. Par le biais d’un échange de courriels, le gardien québécois a toutefois admis qu’il espérait toujours se trouver un poste dans la LNH ou en Europe. Malgré ses 37 ans et le fait qu’il soit sans emploi à quelques jours de l’ouverture de la saison, Théodore entend garder la forme afin de répondre présent si un club lui fait signe à court ou moyen terme.

Plusieurs options sont sur la table :

Par l’entremise de son agent Don Meehan, l’ancien gardien du Canadien discute avec l’Avangard d’Omsk sur les paramètres d’un contrat d’une saison qui l’obligerait à s’expatrier dans la KHL. Un scénario dont le gardien ne raffolerait pas en raison du fait qu’il devrait abandonner son épouse et leur fille dans le sud de la Floride où Théodore s’est établi lorsqu’il s’est joint aux Panthers il y a trois ans.

Au lendemain de l’intervention chirurgicale subie par le vétéran Tomas Vokoun qui s’est fait retirer un caillot de sang au bassin en fin de semaine dernière, les Penguins de Pittsburgh et le clan Théodore ont eu des discussions préliminaires. Les Penguins attendront d’en savoir plus sur la durée de la convalescence de Vokoun avant de reprendre les discussions. Déjà aux prises avec une masse salariale qui fracasse le plafond fixé par la LNH cette saison – 1 098 333 $ de plus que les 64,3 millions permis selon le site spécialisé CapGeek.com – les Penguins devraient d’abord placer le nom de Vokoun qui touche un salaire annuel de 2 millions $ sur la liste des blessés à long terme avant de pouvoir courtiser Théodore.

S’ils sont incapables de s’offrir une marge de manœuvre sous le plafond, les Penguins feront confiance à Jeff Zatkoff – le gardien de 26 ans a été un choix de 3e ronde des Kings de Los Angeles en 2006 et s’est joint à l’organisation des Penguins l’an dernier – pour seconder Marc-André Fleury.

Outre les Penguins, les Predators et les Sharks ont signifié leur intérêt au clan Théodore au cours des dernières semaines. Les directeurs généraux David Poile, à Nashville, et Doug Wilson, à San Jose, profitent du camp d’entraînement pour évaluer les jeunes gardiens de leur organisation avant de déterminer s’ils leur confieront les rôles d’adjoint de Pekka Rinne et Antti Niemi.

Des blessures pourraient aussi ouvrir les portes d’un autre vestiaire de la LNH à José Théodore ou un autre gardien encore disponible comme le Russe Ilya Bryzgalov dont le riche contrat a été racheté par les Flyers de Philadelphie à la fin de la dernière saison.

Coup fourré des Panthers

S’il n’en tenait qu’à lui, José Théodore s’entraînerait en compagnie de Jonathan Huberdeau et de ses anciens coéquipiers des Panthers de la Floride plutôt que de suer en solitaire au gymnase où il est guidé par un entraîneur personnel.

Limité à 15 présences devant le filet des Panthers la saison dernière en raison d’une blessure, Théodore devait malgré tout revenir avec l’équipe du sud de la Floride cette année. Sans offrir un contrat en bonne et due forme au clan Théodore, le directeur général Dale Talon s’était engagé à embaucher Théodore afin qu’il guide le gardien suédois Jakob Markstrom vers le poste de numéro un qui l’attend en Floride.

Le contrat s’est fait attendre. Des rumeurs selon lesquelles le club était sur le point d’être vendu – les rumeurs se sont confirmées en fin de semaine et la transaction a été entérinée par les gouverneurs de la LNH, lundi, à New York – ont précédé d’autres rumeurs qui ont ouvert la voie au retour de Tim Thomas dans la LNH après une retraite d’une saison.

Débarqué au camp des Panthers la semaine dernière, il est déjà acquis que le rôle qu’on réservait à Théodore a maintenant été confié à Thomas. Des informations que je n’ai pas été en mesure de confirmer hier m’incitent d’ailleurs à croire que les Panthers seraient sur le point d’annoncer la mise sous contrat de l’ancien gardien des Bruins au salaire de 2 millions $ par année.

S’il a connu une saison timide l’an dernier – 4 victoires, 6 revers, 3 défaites en prolongation, moyenne de 3,29 buts accordés par match, efficacité de 89,3 % – Théodore avait agréablement surpris les Panthers et leurs fans il y a deux ans avec une fiche de 22-16-11, une moyenne de 2,46 buts accordés par rencontre et une efficacité de 91,6 %. Une fiche qui avait permis aux Panthers d’accéder aux séries en dépit du fait que l’attaque n’avait marqué que 203 buts en 82 rencontres. Seuls les Flames de Calgary et les Blue Jackets de Columbus avaient fait pire avec des récoltes de 202 buts.

Belle carrière

Peu importe qu’il se trouve de l’emploi ou non cet hiver, José Théodore sait très bien que la retraite qu’il repousse pour le moment approche.

Qu’il ait joué, ou non, son dernier match dans la LNH, Théodore aura connu une belle carrière.

Choix de deuxième ronde du Canadien (44e sélection) en 1994, Théodore compte 648 matchs disputés dans la LNH avec le Canadien, l’Avalanche du Colorado, les Capitals de Washington, le Wild du Minnesota et les Panthers de la Floride.

Il présente un dossier combiné de 286 victoires, 254 revers et 69 verdicts nuls, revers en prolongation ou tirs de barrage. Il a maintenu une moyenne de 2,68 buts accordés par rencontre et une efficacité de 90,9 %.

Théodore s’est hissé parmi l’élite de la LNH au cours de la saison 2001-2002 alors qu’il a non seulement guidé le Canadien de Montréal en séries éliminatoires, mais aussi soulevé les trophées Hart et Vézina remis au joueur le plus utile à son équipe en saison régulière dans la LNH et au meilleur gardien.

En 2009-2010, lors de sa deuxième saison à Washington, Théodore a été élu récipiendaire du trophée Bill Masterton après qu’il eut connu une très bonne saison en dépit du décès de son fils dès sa naissance.