lundi, 28 nov. 2011. 16:44

Je ne suis pas étonné que Kirk Muller ait obtenu une promotion pour devenir entraîneur dans la LNH, mais je suis surpris qu'il ait été nommé entraîneur aussi rapidement cette saison.

En fait, on pensait qu'il aurait peut-être sa chance dès le début du calendrier 2011-12, mais il a dû commencer l'année dans la Ligue américaine.

Il faut tout de suite mentionner que ça ne s'annonce pas facile pour lui en Caroline puisque les Hurricanes ne représentent pas une force de frappe. Ce n'est pas vrai qu'ils vont compter cinq buts par match grâce à un changement d'entraîneur!

Par contre, je crois qu'il pourrait être en mesure de relancer Eric Staal tout en permettant à Jeff Skinner et Cam Ward de jouer à la hauteur de leur talent. Les Hurricanes possèdent un petit noyau intéressant et il s'agit de trouver de la profondeur.

La priorité de Muller sera de communiquer le message qu'ils peuvent redevenir compétitifs afin de voir l'avenir d'un bon œil et de développer des joueurs intéressants. Je présume que son embauche aura un impact dès les premiers matchs, mais on jugera réellement de la qualité de son travail vers la fin de la saison.

Muller est un ancien capitaine donc il est reconnu pour ses qualités de leadership. Bien sûr, ses connaissances du hockey sont exhaustives et il sait faire la part des choses dans la gestion d'une équipe grâce à son expérience derrière le banc. De plus, il connaît bien la LNH et il a vécu des choses pertinentes en tant qu'adjoint à Jacques Martin.

Muller est aussi reconnu pour son côté positif et c'est sans doute l'une des raisons pour lesquelles il a été capitaine. Cet aspect de sa personnalité sera utile, mais sa plus grande responsabilité sera de remettre Staal sur la bonne voie puisqu'il est l'élément le plus important.

À mon avis, il n'existe pas vraiment une journée que tu te lèves et que tu es prêt pour devenir entraîneur dans la LNH; tu dois faire le saut et tenter ton coup.

Hunter doit convaincre Ovechkin

Tout comme Paul Maurice chez les Hurricanes, Bruce Boudreau a été sacrifié par les Capitals de Washington. En fait, il s'est congédié lui-même à partir du moment qu'il a laissé Ovechkin sur le banc en fin de match et qu'il n'a pas été capable de garder ses autres gros canons (Alexander Semin, Nicklas Backstrom et Mike Green) de son côté.

Il avait bien agi au camp d'entraînement en rencontrant ses joueurs pour insister sur l'importance de l'intensité. De plus, les Capitals n'avaient pas une fiche désastreuse, mais ils visent la coupe Stanley donc les décisions sont parfois drastiques.

Est-ce que Boudreau était le bon candidat? Il a prouvé qu'il était capable de vivre avec des joueurs vedettes à court terme, mais il a échoué à long terme alors ses jours étaient comptés.

Quant à Dale Hunter, j'ai joué avec lui chez les Nordiques de Québec et il est un guerrier, un homme de caractère qui ne craignera pas de dévoiler ses pensées.

Dans son style de jeu, il avait des similitudes avec Guy Carbonneau dans le sens qu'il ne marquait pas beaucoup de buts, mais il était utile à son équipe de différentes façons (défensive et robustesse) en plus d'être le capitaine.

Je ne crois pas qu'il aura de la difficulté à gérer une équipe de la LNH. De plus, il aura carte blanche en commençant et ce sera à lui de livrer la marchandise puisqu'Ovechkin demeure le joueur de concession. Hunter comprend que s'il attire Ovechkin dans son camp, il gagnera d'autres joueurs. Par contre, pour gagner Ovechkin, il doit l'aider à produire et Hunter sera exigeant envers lui.

Hunter a la réputation d'avoir une poigne de fer, mais je ne suis pas certain qu'il se présentera avec cette approche. Il connaît trop le hockey d'aujourd'hui pour être sévère outre mesure. Il va sans doute dire à Ovechkin que c'est donnant, donnant afin de développer une belle relation avec lui.

Il faut dire que Dale, quand il était jeune, a vu Michel Bergeron travailler avec Peter Stastny dans le vestiaire des Nordiques. Il a aussi dirigé des vedettes dans le hockey junior à London et il a connu du succès. Bien sûr, la différence s'avère importante car il doit maintenant gérer des joueurs vedettes qui sont millionnaires.

Composer avec des joueurs de ce type fait partie de la réalité d'aujourd'hui. À titre d'exemple, Michel Therrien et Boudreau ont dirigé des joueurs vedettes. Michel a probablement un peu mieux fait à cet égard parce qu'il savait que si Sidney Crosby était heureux, les choses iraient bien pour son équipe et pour son poste. Ce n'est pas facile, mais il faut s'adapter à ce contexte.

Markov pourrait attendre à jeudi

Le retour au jeu d'Andrei Markov ne saurait tarder. Je ne suis pas médecin et je n'ai pas parlé à Markov, mais d'après ce que j'ai vu sur la patinoire, je crois qu'il ne jouera pas mercredi contre les Ducks. À mon avis, il renouera avec l'action jeudi à San Jose contre les Sharks.

Markov a beaucoup progressé grâce à une grande dose de travail, mais il semble encore manquer un peu de peaufinage. S'il joue, c'est que les médecins diront qu'il est à 100% et qu'il se sentira prêt.

Le retour de Markov n'est pas identique à celui de tous les joueurs parce que tu ne veux pas l'utiliser pendant 12 minutes lors de son premier match, mais tu veux plutôt l'envoyer dans la mêlée pendant 20 minutes en lui confiant des missions sur les unités spéciales et contre les meilleurs trios adverses.

Après une si longue attente, je ne crois pas que nous sommes à un match près surtout que je m'attends à un impact positif dès sa première rencontre alors vaut mieux s'assurer qu'il soit bien rétabli.

Je suis convaincu que les joueurs seront plus confiants défensivement avec sa présence. Sa relance de l'attaque et sa vision du jeu vont grandement aider le Tricolore à condition de ne pas diminuer l'effort.

Évidemment, l'impact ne sera pas de la même ampleur, mais sa présence dans la formation peut se comparer au retour de Sidney Crosby puisque le Canadien retrouvera un élément clé.

La décision dans le dossier de Max Pacioretty devrait tomber sous peu. Personnellement, je m'attends à une suspension d'une ou deux parties. À partir du moment que tu veux enrayer les coups à la tête, tu dois punir ces gestes même si ce n'était pas intentionnel et que Kristopher Letang avait la tête basse.

Je vis des situations semblables dans la Ligue Midget AAA alors que je dois parfois prendre des décisions ardues même si le joueur ne mérite pas une sanction. Tu ne peux pas prendre des décisions clémentes quand tu souhaites faire disparaître un fléau.

Par contre, je serais surpris qu'il soit suspendu pour plus de deux matchs. Il pourrait même s'en sortir si Brendan Shanahan comparait son coup à celui de Ryan Malone à l'endroit de Chris Campoli.

De plus, Pacioretty n'est pas un récidiviste et il ne joue pas du hockey salaud alors tous ces facteurs vont entrer en ligne de compte.

Je termine en glissant un mot sur Carey Price. Je suis content de l'avoir entendu exprimer sa frustration après la défaite contre les Penguins en raison d'un but controversé.

C'est très rare que je critique les arbitres, mais cette fois, on aurait dû siffler et l'arbitre était mal positionné. Price n'avait peut-être pas la main exactement à plat sur la rondelle donc l'arbitre a sans doute hésité un peu.

En bout de ligne, Price avait raison et quand tu as du caractère, tu dois parfois le démontrer. Il avait l'air serein lundi.

*Propos recueillis par Éric Leblanc