lundi, 9 avr. 2012. 14:00

Aucun doute dans mon esprit, il y aura des surprises cette saison dans les séries éliminatoires en raison de la parité qui prévaut dans la Ligue nationale de hockey.

Dans l'Ouest, il n'y a que 16 points qui séparent la première de la huitième position.

La première surprise surviendra dans la série qui oppose les Coyotes de Phoenix aux Blackhawks de Chicago.

Sans savoir pourquoi, j'ai eu un doute sur la formation des Blackhawks tout au long de la campagne. L'équipe a pris son envol très tard et la situation des blessés m'inquiète, surtout celle entourant le capitaine Jonathan Toews. Même s'il a recommencé à patiner, il n'y pas de nouvelles concrètes concernant son retour au jeu, ce qui pourrait coûter cher à Chicago.

Bien que les Blackhawks soient plus talentueux que les Coyotes, le gardien Mike Smith permettra à son équipe de sortir grand gagnant de cette série.

Il faut dire que le système de jeu déployé par l'entraîneur Dave Tippett avantage Smith. Grâce à Tippett, on se souviendra des bonnes performances d'Ilya Bryzgalov au cours des dernières saisons. À Philadelphie, peut-être est-ce un hasard, mais le gardien russe n'a pas connu la saison dont on s'attendait de lui.

En raison de la saison de misère qu'il a connue à Tampa Bay, on croyait tous que la carrière de Smith était terminée. Sans se tromper, on peut affirmer qu'il est un des cinq meilleurs gardiens cette saison dans la LNH. Il a connu une fin de parcours tout simplement extraordinaire.

Il s'agira peut-être de la dernière présence des Coyotes à Phoenix en séries éliminatoires, ce qui servira possiblement de motivation aux joueurs.

L'avantage de la glace à l'avantage des Predators

La série qui oppose les Red Wings aux Predators sera une série de homers. Grâce à trois victoires de suite en fin de saison, Nashville a devancé Detroit au classement.

Les Red Wings, qui n'ont pas tellement connu une bonne fin de saison, sont tellement dominants à domicile, qu'ils forceront la présentation d'un septième match. Par contre, sur la route, c'est une autre histoire et la troupe de Barry Trotz profitera de cette situation.

Nashville a été actif à la date limite des transactions et ces ajouts seront profitables. Alexander Radulov a beaucoup de talent et aura été la carte cachée du directeur général David Poile. De son côté, Paul Gaustad apporte un élément de robustesse et est très efficace dans son rôle. Employé au sein d'un troisième trio, il remporte des mises en jeu importantes. Il y a aussi Hal Gill et Andrei Kostitsyn qui viennent complémenter les joueurs de talent qui étaient présents. Je crois que cette équipe causera des surprises au cours des séries.

Comme les Blues le feront contre les Sharks, les Predators rendront la vie difficile aux joueurs des Wings. Ces derniers devront égaler l'intensité physique de celle de Nashville. À long terme, il sera difficile pour Detroit de rivaliser avec les Predators.

Avec Shea Weber, Ryan Suter et Pekka Rinne devant le filet, les Predators prendront l'avantage sur les Red Wings.

L'expérience des Canucks

J'ai hésité longuement avant de choisir les Canucks comme étant les favoris pour remporter leur série contre les Kings.

Cependant, l'expérience vécue l'an dernier et l'avantage de la patinoire me font pencher du côté de la troupe d'Alain Vigneault.

Ce qui me fait hésiter, c'est ce que le gardien des Kings Jonathan Quick, qui pourrait être un candidat aux trophées Vézina et Hart cette saison, sera difficile à déjouer. Cependant, le manque d'attaque des Kings me fait penser que les Canucks se sauveront avec la série lors du match ultime.

Depuis l'arrivée de Jeff Carter, les Kings marquent tout près d'un but de plus par rencontre, mais ce ne sera pas suffisant.

Les Canucks pourront probablement compter sur la présence de Daniel Sedin assez tôt dans la série. La profondeur des Canucks est supérieure à celle des Kings, mais ce sera une guerre de tranchées très serrée.

Devant le filet, Roberto Luongo devrait être l'homme de confiance chez les Canucks. Par contre, Cory Schneider a injecté une dose de confiance à ses coéquipiers cette saison et je ne suis pas certain que la corde sera très longue pour Roberto. S'il connaît un ou deux mauvais départs, Schneider pourrait voir de l'action plus tôt qu'anticipé. Luongo aura donc un poste à perdre.

Les Sharks ont eu leurs chances

Au cours des dernières campagnes, les Sharks n'ont pu profiter de leurs chances et, selon moi, la fenêtre commence à se refermer. Dans cette optique, ce serait une surprise si les Sharks venaient à bout des Blues.

Le style de jeu des Blues fera la différence dans cette série. Ces derniers mettront beaucoup de pression en zone offensive et les défenseurs des Sharks auront le nez dans la baie vitrée tout au long de ce duel.

Chez les gardiens, Brian Elliott et Jaroslav Halak sont supérieurs à Antti Niemi. Lorsque les deux équipes sont nez à nez, on regarde généralement du côté des gardiens pour départager. Dans ce cas-ci, il n'y a aucune question à se poser.

Les Blues présentent un meilleur jeu d'ensemble, et en raison de la présence de Ken Hitchcock qui s'est amené au cours de la saison, l'effet de la première saison est toujours vivant.

Selon moi, malgré le fait qu'ils ont peu d'expérience en séries, les Blues sont bâtis pour la dance du printemps, grâce à un bon mélange de jeunes et de vétérans. Il est cependant trop tôt pour parler d'une équipe qui peut aller jusqu'au bout puisqu'ils n'alignent pas vraiment de super vedettes offensives.

Bref, Hichcock est un maître tacticien et un fin stratège, ce qui permettra à ses troupes de combler certaines lacunes.

Consultez mes prédictions et celles de mes collègues

Propos recueillis par Luc Dansereau