mercredi, 9 mars 2011. 17:04

BROSSARD - Max Pacioretty s'était forgé une réputation d'athlète ayant une forte résistance à la douleur cette saison chez le Canadien. Il avait vécu des frayeurs à au moins deux reprises, ces dernières semaines, sans rater de match. On avait notamment craint des fractures aux côtes en janvier.

Malheureusement pour lui et le Canadien, ce ne sera pas le cas cette fois.

Le jeune attaquant a subi une grave commotion cérébrale ainsi qu'une fracture sans déplacement de la quatrième vertèbre cervicale lorsqu'il a été mis en échec par le défenseur des Bruins de Boston Zdeno Chara, mardi, au Centre Bell.

C'est ce qu'a fait savoir l'entraîneur Jacques Martin après l'entraînement de son équipe, mercredi midi, à Brossard.

Martin a indiqué que Pacioretty demeurait sous observation à l'Hôpital général de Montréal et qu'il serait absent pour une période indéterminée. L'entraîneur a fait savoir que le premier souhait de l'organisation était de voir le hockeyeur de 22 ans retrouver la santé.

« L'important, c'est qu'il n'y a pas de déplacement. S'il y en avait eu, ç'aurait été plus grave. Mais il est sous observation et il demeurera sous observation pour une certaine période », a indiqué Martin.

« Mon premier souci, c'est de voir l'homme retrouver la santé, a-t-il ajouté. Quand tu diriges des joueurs, tu apprends à les connaître en tant qu'êtres humains. Tu espères que (lorsqu'ils subissent de graves blessures), ils vont s'en remettre et être capables de poursuivre leur carrière. »

Martin a ajouté qu'aucun autre diagnostic ne serait avancé à brève échéance et que les dirigeants du Canadien suivraient à la lettre les recommandations des médecins.

L'entraîneur n'a pas voulu donner d'échéancier quant un éventuel retour à la santé de Pacioretty, voire à un retour au jeu.

S'il devait s'avérer un cas-type, il pourra espérer que sa fracture se résorbe en l'espace de deux à quatre semaines. Par le suite, il faudra fort probablement que sa tête reste immobilisée pendant une certaine période de temps, au bout de laquelle il devra enfiler un collet cervical.

Compte tenu qu'il sera sous supervision médicale soutenue, en circonstances optimales il pourrait espérer pouvoir recommencer à patiner aussi tôt qu'en septembre et commencer à s'entraîner en vue d'un retour au jeu à l'automne.

En contrepartie, lorsqu'il est question de blessures à la tête, que ce soit pour une fracture cervicale ou une commotion cérébrale, les cas diffèrent tellement les uns des autres qu'il devient très hasardeux de prédire le temps de guérison. Même les médecins affectés au dossier de Pacioretty ne sont pas en mesure de le faire à l'heure actuelle.

La direction du Canadien a annoncé la nouvelle de l'état de santé de Pacioretty aux joueurs, à la suite de la séance d'entraînement.

« Quand j'ai entendu ça, des frissons m'ont parcouru le corps au grand complet, a déclaré le défenseur James Wisniewski. C'est la grande peur de tout athlète professionnel qui s'adonne à un sport de contact. Tu veux être capable de marcher le reste de vie, de faire des activités normalement. En espérant que Max pourra retourner à une vie normale. Je suis certain que ce sera le cas. »

« Il va nous manquer en tant que hockeyeur, mais c'est de l'être humain dont nous nous soucions », a dit le capitaine Brian Gionta de celui qui a inscrit 14 buts et 10 aides en 37 matchs depuis son rappel du club-école des Bulldogs de Hamilton, plus tôt cet hiver.

Pas d'autres sanctions

Chara, qui a écopé d'une pénalité majeure de cinq minutes et d'une inconduite de partie, ne sera pas suspendu ni mis à l'amende. C'est ce qu'a annoncé la LNH, quelques heures après que les membres du Canadien eurent rencontrés les journalistes à Brossard.

Sans s'avancer sur la nature des sanctions que Chara méritait à ses yeux, Martin a alors souligné la gravité de l'incident et dit souhaiter que la LNH prenne « les mesures appropriées ».

« Ce n'est pas à moi de décider, a-t-il dit, avant de connaître le verdict de la LNH. Il est important de comprendre la gravité de l'incident et que la ligue agisse en conséquence.

« La ligue doit examiner les différents incidents qui sont survenus (cette saison) et évaluer où se trouvent les limites acceptables, ainsi qu'étudier les répercussions graves que ça peut causer chez certains joueurs. Et à un certain moment, il faudra chercher à régler la situation », a ajouté Martin.

C'est Benoît Pouliot qui a remplacé Pacioretty aux côtés de Scott Gomez et Brian Gionta à l'entraînement, mercredi, à la veille du match que le Canadien disputera jeudi à St. Louis contre les Blues.

Martin a préféré garder intacte l'unité composée de Lars Eller, Andrei Kostitsyn et Travis Moen, qui a produit sept buts et 12 aides en sept matchs depuis qu'elle a été réunie, le 22 février, à Vancouver.

Un son « différent »

Pacioretty s'est blessé en se heurtant violemment la tête sur le rebord cousiné de la baie vitrée séparant les bancs des joueurs après y avoir été poussé par Chara. Une scène qui avait de quoi rendre mal à l'aise même la plus insensible des personnes.

« Le son que ç'a fait, c'est ce qui va me rester, a indiqué Scott Gomez, mercredi. (Brian Gionta) et moi, on s'est d'ailleurs regardé en se disant, 'As-tu entendu ça?' Ce n'était pas le genre de son qu'on entend habituellement. »

« Ce sont des moments angoissants », a dit Martin, un homme qui partage très rarement ses états d'âme, en évoquant les pensées qui lui ont traversé l'esprit pendant les longues minutes où Pacioretty est resté étendu sur la glace.

« Tu ne sais pas vraiment, lorsque tu vois un joueur sur la glace, qui ne montre aucune réaction... Ça fait peur. »

« Quand tu vois un gars étendu comme ça, tout le monde pense à la même chose sur les deux bancs, a noté Gomez. C'est quand même une grande fraternité, et c'est le genre d'accident qu'on ne souhaite à personne. »

Martin a dit toutefois dit avoir trouvé «réconfortante» la réaction rapide du personnel médical du Canadien, qui a vite entouré Pacioretty sur la glace et pris toutes les mesures de précaution nécessaires.