lundi, 10 mars 2008. 20:44

L'égo des athlètes est souvent immense. Lorsqu'un hockeyeur est échangé, il veut immédiatement prouver à sa nouvelle formation qu'elle a fait le bon choix. Lorsque vous êtes un joueur de "deuxième ordre" dans une transaction et que les journaux ne parlent que du joueur de premier plan qui vient d'être acquis, il est évident que l'égo est encore plus touché.

Pascal Dupuis, lui, a compris qu'il pouvait faire bien des choses avec sa nouvelle formation, les Penguins de Pittsburgh.

Pour ceux qui ne sont pas encore au courant, Dupuis évolue sur les deux premiers trios des Penguins. À son premier match avec la formation de Pittsburgh, il a évolué en début de rencontre avec Petr Sykora et Evgeni Malkin et a été le seul marqueur des siens dans une défaite de 5-1 face aux Bruins. Comble du bonheur, depuis que Sidney Crosby est revenu au jeu le 3 mars, il évolue à l'aile de Sid the Kid.

Bref, difficile de demander mieux pour un joueur qui évoluait sur le troisième trio des Thrashers depuis le départ de Bob Hartley.

"C'est évident que mon accueil à Pittsburgh fut spécial, de dire Dupuis lorsque rejoint à son domicile d'Atlanta où il profitait d'une journée de congé. J'avais l'impression d'être le deuxième joueur de la transaction. On ne parlait que de Marian Hossa partout. J'ai vraiment pris ça comme un défi. Lorsque Marian s'est blessé à son premier match avec les Penguins, je me suis dit que je devais profiter de la situation pour démontrer ce que je suis capable de faire. C'est évident que la situation actuelle est très valorisante pour moi. C'est beaucoup plus facile de faire ses preuves. D'ailleurs je m'entends très bien avec Sidney. On est allé manger ensemble quatre fois et je suis son nouveau clown de service! Il en avait besoin d'un nouveau depuis le départ de Colby Armstrong."

Justement, les dirigeants des Penguins voulaient absolument que Dupuis soit impliqué dans la transaction. Son agent Allan Walsh, qui est basé à Los Angeles, lui a clairement souligné que cette transaction était parfaite pour lui.

"J'ai dit à Pascal que Pittsburgh avait une organisation solide. L'attaque de cette équipe est basée sur la vitesse, ce qui est parfait pour lui. Après les premiers matchs avec sa nouvelle formation, on note qu'il joue sur les deux premiers trios et qu'il passe plus de 19 minutes sur la glace. Mais je sais aussi que la direction à Pittsburgh a insisté pour qu'il fasse partie de la transaction. C'est un très bon signe."

Si les Penguins ont insisté, c'est parce que Dupuis a été poussé par un de ses anciens entraîneurs. En fait, il doit une fière chandelle à Bob Hartley.

"C'est évident que Bob a eu son mot à dire. Il a parlé à Michel Therrien et a souligné qu'il avait bien aimé le boulot que j'avais accompli à la fin de la dernière saison et lors des séries", dit Dupuis.

Maintenant, Marian Hossa, blessé à un genou, devrait effectuer son retour au jeu mercredi ou dimanche. Et ceci ne veut pas dire que Pascal Dupuis va se retrouver sur un troisième ou quatrième trio. "J'ai l'impression que je vais jouer avec Hossa et Sidney. Je vais simplement me retrouver à l'aile gauche", croit Dupuis.

On parle ici d'un joueur qui a la chance de prouver ce qu'il est en mesure de faire comme attaquant offensif et il le fera avec les meilleurs joueurs au monde.

Pauvre André Roy

S'il y a un joueur québécois que tous les hockeyeurs aiment dans la LNH, c'est bien André Roy. Malheureusement, il est bien probable qu'il ait disputé son dernier match de la saison en raison des derniers incidents avec son entraîneur John Tortorella, qui ne veut plus le voir.

Tous les joueurs du Lightning ont contacté Roy pour le supporter. Et sans blague, c'est la goutte qui fait déborder le vase présentement lorsqu'on parle de l'attitude de Tortorella envers ses joueurs.

Ruslan Fedotenko n'en pouvait plus. Vaclav Prospal n'en pouvait plus. Brad Richards non plus, sans compter qu'il a détruit Marc Denis. À un certain moment, il faut que ça arrête. Il me semble que la prochaine décision du nouveau propriétaire sera facile à prendre…pour le bien de cette organisation.