RDS.ca dimanche, 12 févr. 2012. 22:14

Les Hurricanes de la Caroline sont en ville, en vue de leur affrontement de lundi contre le Canadien : deux équipes qui cherchent désespérément à améliorer leur sort au classement. Au-delà des points à l'enjeu, cette rencontre marquera le retour attendu de deux anciens de l'organisation du Canadien : Jaroslav Spacek et Kirk Muller.

Le vétéran défenseur a sauté sur la patinoire du Centre Bell pour la première fois depuis qu'il a été échangé aux Hurricanes en décembre dernier et il devra maintenant affronter la foule montréalaise.

«J'espère que les partisans ne vont pas me huer», a admis Spacek.

Pourquoi se ferait-il huer? En raison de sa déclaration effectuée le 20 janvier dernier quand il s'était dit heureux d'avoir quitté le cirque de Montréal qui était devenu un gros gâchis.

Spacek a d'ailleurs tenu à rectifier le tir tout en y allant d'une petite pointe humoristique envers les partisans du Canadien.

«Quand l'équipe éprouve des ennuis, ça devient un gâchis. C'est tout ce que j'ai voulu dire. Les partisans de Montréal adorent le hockey», a-t-il affirmé.

«Maintenant que l'équipe gagne, j'imagine que les amateurs ont commencé à prendre leurs mesures afin de se faire produire une bague de la coupe Stanley», a blagué le Tchèque.

Le défenseur des Hurricanes se plaît bien en Caroline et croit que son départ de Montréal était inévitable.

«Je ne crois pas que j'aurais signé un nouveau contrat avec le Canadien. C'était mieux pour moi de passer à autre chose et de prouver aux autres équipes que je pouvais encore jouer du bon hockey», a soutenu Spacek.

Si l'accueil risque d'être mitigé pour lui, il devrait en être tout autrement pour Muller pour qui le retour à Montréal est bien spécial.

«C'est vraiment agréable d'être de retour, mais c'est aussi un peu étrange. J'ai vécu de moments spéciaux en tant que joueur et entraîneur à Montréal. J'espère que les partisans se souviendront de ceux-ci», a mentionné Muller.

Lorsqu'il a quitté le Canadien en juin, personne n'aurait pu prédire que Jacques Martin serait congédié quelques mois plus tard. Certains croient que l'embauche de Muller n'aurait pas créé autant de remous que celle de Randy Cunneyworth, une situation que l'ancien du Tricolore a commenté du bout des lèvres.

«C'est difficile pour moi de commenter cette situation. Je suis content d'avoir fait partie de l'organisation du Canadien. Je ne pense pas vraiment à ce qui aurait pu arriver.

Même si son équipe est bonne dernière dans l'Est, Muller reste positif.

«On ne regarde pas notre situation en se disant qu'on se trouve au dernier rang. On joue du bon hockey présentement. Il y a beaucoup de points positifs dans notre équipe et je suis emballé par cela», a révélé l'entraîneur.

Ruutu apprend à vivre avec les rumeurs

L'attaquant des Hurricanes Tuomo Ruutu a fait l'objet de plusieurs rumeurs de transactions récemment.

Le centre de 28 ans deviendra joueur autonome sans compensation à la fin de la présente saison et il pourrait ainsi s'avérer être une bonne monnaie d'échange pour les Hurricanes.

S'il n'en tenait qu'à lui, Ruutu aimerait poursuivre sa carrière en Caroline.

«Selon les rumeurs, j'aurais été échangé à 29 équipes jusqu'à maintenant! On sait donc que les rumeurs ne sont pas tous véridiques. J'essaie de me concentrer sur les parties sans me soucier du reste», a évoqué Ruutu.