mardi, 5 juin 2012. 14:01

Ce sera donc un deuxième tour pour Michel Therrien derrière le banc du Canadien, près de 10 ans après avoir complété son premier mandat avec l'équipe. A-t-il des atouts supplémentaires qui lui permettront de réussir le travail colossal qui l'attend à compter de maintenant?

Assurément. Au départ et outre toutes les qualités qu'on lui reconnaît déjà, tout homme qui approche de la cinquantaine atteint généralement son niveau maximum de rendement sur le plan professionnel, avec un heureux mélange de sagesse, d'expérience et de discernement. Puis, il y eut cette mise au rencart, trois longues années au cours desquelles il a observé l'univers du hockey professionnel avec une perspective différente, une forme de recul qui pourrait s'avérer hautement bénéfique pour lui.

On peut donc s'attendre à voir un Michel Therrien tout aussi passionné, intense, ferme, refusant le compromis, mais assurément plus souple sur certains plans, selon certaines circonstances.

Les jeunes d'abord

Je me souviens très bien d'un moment précis à Pittsburgh, en 2005. Nous étions en discussion avec Michel au beau milieu du minuscule salon des joueurs dans le vétuste Mellon Arena quand il eut ce commentaire assez savoureux en jetant un regard vers Sidney Crosby et compagnie. « Regardez ces jeunes, ils ont du plaisir, ils sont bien ensemble, j'ai même de la difficulté à les retourner à la maison », dit-il avec un sourire en coin.

Effectivement, l'ambiance semblait très sereine au sein de cette jeune équipe et malgré tout ce qu'on avait entendu sur son caractère, l'entraîneur des Penguins semblait avoir favorisé l'éclosion d'une très belle complicité dans son groupe de joueurs.

En regardant l'avenir du Canadien à court et moyen terme, il ne fait aucun doute que la place des jeunes sera prédominante et Michel Therrien aura l'occasion de mettre en place le même genre de structure qui assurera à la fois un encadrement serré et une latitude nécessaire à l'éclosion professionnelle et personnelle de tous ces jeunes. Ses adjoints éventuels et ses vétérans devront évidemment contribuer à la cause et ceux parmi ces derniers qui ne voudront pas le faire devront soit rentrer dans le rang, soit lever les pattes.

Un séjour productif à RDS

Sans en exagérer la portée, la présence de Michel Therrien à l'antenne de RDS au cours des dernières années a ajouté une dimension intéressante à son expérience. Possédant déjà une grande connaissance du marché montréalais, Therrien a découvert les coulisses d'un univers qui entoure quotidiennement, de façon presque étouffante, l'entraîneur-chef du Canadien de Montréal.

Il ne fait aucun doute qu'il en retirera quelques importantes notions de forme qui vont l'aider grandement dans la gestion du caractère public de son travail. Geoff Molson, en annonçant la venue de Marc Bergevin, a promis une organisation plus transparente, plus proche des amateurs, capable d'utiliser tous les outils modernes de communication pour les rejoindre.

Michel Therrien est assurément aujourd'hui, un meilleur communicateur, globalement. Publiquement, ce sera visible, sans le moindre doute. Mais comme l'écrit mon ami et collègue Marc Denis, dans sa chronique, ce sera aussi un atout supplémentaire à l'intérieur même de l'organisation, autant vers les bureaux que vers le vestiaire.

Bonne chance à notre ancien collègue.