lundi, 30 mars 2009. 09:39

Le moins que l'on puisse dire est que la première ronde des séries éliminatoires de la Ligue junior majeur du Québec aura été expéditive : 37 petits matchs est le tour était joué! Quand on pense que le minimum était de 32, on se rend compte que le paroxysme est loin d'avoir été atteint. Heureusement, la deuxième ronde devrait nous donner un bien meilleur spectacle.

Que faut-il retenir de la première ronde? D'abord, dans chacune des séries l'équipe victorieuse a marqué au moins sept buts dans un match au minimum une fois. L'écart le plus petit entre deux équipes au terme de la série est au moins de 10 buts. Mentionnons aussi que seulement 14 des 37 matchs de la première ronde se sont soldés par la marge d'un but, rien pour écrire à sa mère.

De cette première ronde, on se souviendra notamment de la performance des Voltigeurs de Drummondville qui ont écrasé les MAINEiacs de Lewiston par un pointage combiné de 38 à 9. Trente-huit buts en quatre matchs, ça commence à faire pas mal de buts. Premier compteur en saison régulière, Yannick Riendeau a poursuivi sur sa lancée en récoltant 19 points face à la troupe américaine. Pour sa part, Mike Hoffman a trouvé le fond du filet à 11 reprises. Les gardiens des MAINEiacs Adrien Lemay et Peter Delmas terminent ce cauchemar avec des moyennes respectives de buts alloués de 8,38 et 11,96. Ayoye! On a appris la semaine dernière avant le match numéro trois que l'équipe allait finalement demeurer dans le Maine la saison prochaine. Toutefois, ne vous surprenez pas si le capitaine Danick Paquette et le gardien Peter Delmas sont échangés en juin prochain.

Pour le reste, l'Océanic de Rimouski a poursuivi sur sa lancée avec quatre victoires consécutives face aux Saguenéens de Chicoutimi. Rimouski compte 24 victoires à ses 25 derniers matchs. Keven Veilleux est toujours aussi solide, lui qui a accumulé 12 points face aux Sags. Il en a 39 à ses 14 dernières sorties. Shawinigan et le Cap-Breton ont aussi gagné en quatre matchs. Du côté des Cats, on a permis seulement sept buts aux Tigres de Victoriaville, qui ne franchissent pas la première ronde pour une septième année de suite.

Les Wildcats de Moncton, les Remparts de Québec et les Olympiques de Gatineau ont pour leur part eu besoin de cinq parties pour atteindre le deuxième tour.

Dans le cas des Wildcats, Nicola Riopel a réussi un jeu blanc et conservé l'excellente moyenne de buts alloués de 2,18 face au Rocket de l'île-du-Prince-Édouard qui, en 10 ans dans le circuit à Montréal et Charlottetown, n'aura gagné qu'une seule série.

À Québec, le gardien Charles Lavigne a aussi connu une bonne première ronde alors que chez les Olympiques on a eu besoin de deux victoires en prolongation pour battre le Titan.

Reste le Junior de Montréal qui est finalement venu à bout, non sans peine, des Huskies de Rouyn-Noranda. Le Junior l'a emporté en six matchs alors que la série a basculé dans la troisième période du match numéro 5, vendredi dernier à l'Auditorium de Verdun. Tirant de l'arrière 1-0 en début de troisième période, les Huskies ont fait preuve d'indiscipline et ont finalement échappé le match et la série. Sergey Ostapchuk, qui avait été un des meilleurs des siens lors des quatre premiers matchs, a perdu les pédales et a finalement été suspendu. Le gardien recrue Mikael Audette a bien fait pour l'équipe abitibienne, mais il a finalement été supplanté par Jake Allen, qui a bloqué 39 rondelles dimanche après midi pour assurer au Junior sa qualification au second tour, tout ça en dépit de l'absence d'Angelo Esposito et Luke Adam.

Le deuxième tour mettra donc aux prises, à compter de vendredi, les Voltigeurs de Drummondville au Junior de Montréal, les Wildcats de Moncton à l'Océanic de Rimouski, les Screaming Eagles du Cap-Breton aux Remparts de Québec et finalement les Cataractes de Shawinigan aux Olympiques de Gatineau. Dans ce dernier cas les Olympiques auront l'avantage de la glace sur les Cats en vertu de leur première position dans la section Ouest et ce, même si les Cats ont terminé 24 points devant les Olympiques. On s'en reparle bientôt!