jeudi, 1 mars 2007. 11:35 (Dernière mise à jour: mercredi, 26 nov. 2014. 14:40)

En janvier 2007, (du 24 au 30) à Whistler-Blackcomb BC, vous ne pouviez manquer votre coup indépendamment de la nouvelle neige fraîche.

La station enregistrait déjà des chutes de neige totalisant les 30 pieds et janvier est réputé pour la fréquence des précipitations. Toutefois cette année, le doux temps en journée (+4C à +6C), le gel de la nuit (-4C à -8C) mêlés avec 30 cm de neiges mouilleuses, 24 heures avant notre arrivée ont impliqués une bonne connaissance du vaste domaine skiable, pour faire de magnifiques descentes dans des conditions printanières. En effet, avec ces 3,307 hectares, ces 4 glaciers, ces nombreux cirques alpins « bowls », ces 200 pistes balisées, ces sous-bois, ces 4 à 5 snowparks, ces 38 remontées, sa douzaine de restaurants-bars sur les pistes, nous nous sommes amusé à parcourir ce domaine, selon les heures d'ensoleillement et les différents versants, afin de s'assurer des conditions de neige variant de poudreuses fines à granuleuses dans des panoramas dignes de contes de fées.

Le premier jour, nous avons fait de la planche en compagnie de pros riders sur la montagne de Whistler et comme la neige recouvrant les deux tiers du domaine skiable avait figée, nous nous sommes attaqués aux différents cirques alpins desservis par la chaise Peak Chair. À cette altitude, soit 2,182 mètres, la neige était restée poudreuse et nous avions une excellente visibilité, ce qui est très rare dans les cirques alpins, notamment avec le faible éclairage et les nuages plus fréquents en janvier.

Après, 5 à 6 descentes dans cette section, nous nous sommes offert un burger sur le BBQ au soleil de la terrasse du Roundhouse lodge, un des imposants chalets (mini centre commercial de bouffes, cadeaux, services) situé à 1,850 mètres. L'après midi a été consacré au secteur d'Harmony avec plus d'une dizaine de corniches Harmony ridge à sauter au dessus des cirques alpins appelés Horseshoes et à l'Amphitéatre de Symphony desservi depuis cette année par une nouvelle remontée Symphony Express. Encore là, il y avait lieu de concentrer sa glisse sur les sections de la montagne situées entre le sommet de 2,280 mètres et 1,800 mètres d'altitude, où la neige n'avait pas figée comme dans les parties moins élevées.

Au retour nous avons traversé la montagne jusqu'à la base de Creekside (1,530 mètres de dénivellation). En fin de journée, les chauds rayons du soleil avaient substantiellement ramollis la texture de la neige, ce qui a donné une chance aux jambes qui n'ont pas l'habitude de tant de kilomètres avec tant de dénivellation.

Les autres jours ont été consacrés à la montagne de Blackcomb pourvue d'un sommet de 2,440 mètres. Nous commencions la journée dans le Nintendo Snowpark avant d'exploiter le terrain de 7 Heaven; un glacier qui se termine dans d'innombrables îlots d'arbres et pistes intermédiaires. Bien réchauffé, nous partions affronter les nombreux couloirs et chutes qui seront satisfaire les plus experts, comme le Couloir Extrême, dans lequel il vous sera impossible de vous arrêter pour les premiers 400 mètres, la pente étant si verticale. Les fins de journées, nous avons vraiment aimé visiter les endroits qui avaient reçus le plus de soleil, notamment en partant de la chaise Glacier Express presque au sommet du glacier, tous le terrain autour de la Crystal Traverse, et de Fraggle rock pour contourner la montagne jusqu'en bas, un parcours de plus ou moins 45 minutes (haltes inclues).

En janvier 2007, nous avions planifié notre séjour pour la neige, les nuages et les sous-bois, mais finalement, nous avons fait le plein de soleil et panoramas époustouflants à travers des cirques alpins, des couloirs et des chutes, mettant réellement à l'épreuve notre côté compétitif. Whistler-Blackcomb, c'est tellement GROS que vous y trouverez votre compte quelque soit votre niveau. Vous pouvez donc aller à Whistler-Blackcomb sans vous casser la tête avec la neige, expérience à l'appui, en empruntant les bons parcours aux bonnes heures, nous avons fait un merveilleux voyage de planche, malgré l'absence de nouvelles précipitations.

Philippe Lusinchi