jeudi, 21 févr. 2013. 11:38

MONTRÉAL - Jennifer Abel a les idées claires : maintenant qu'Émilie Heymans est la retraite, ce sera Pamela Ware... ou rien.

Forcée de se trouver une nouvelle partenaire au 3 mètres synchronisé en raison de la retraite de Heymans, la plongeuse lavalloise a commencé à s'entraîner avec Ware, une athlète qui a rejoint le circuit senior l'année dernière. Et c'est avec elle qu'elle compte aller aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016. Sinon, elle abandonnera tout simplement l'épreuve synchro.

« On va voir ce que ça va donner. Oui, c'est notre équipe. Mais si, malheureusement, ça ne fonctionnait pas avec Pamela - ce qui m'étonnerait fortement parce qu'on a déjà commencé à s'entraîner ensemble et ça va super bien -, je vais me concentrer seulement sur le 3 mètres individuel », a fait savoir Abel en primeur lorsque La Presse Canadienne l'a invitée à aborder le sujet.

Heymans, avec qui Abel a remporté le bronze au 3 m synchro des JO de Londres, n'a annoncé sa retraite qu'à la mi-janvier. L'athlète de Saint-Lambert avait toutefois annoncé ses couleurs bien avant, soit dès la fin des Jeux au mois d'août dernier, en fait. La décision de jumeler Abel et Ware s'est donc prise dès décembre.

Les deux jeunes plongeuses québécoises n'ont fait que s'entraîner jusqu'ici. Leur première compétition ensemble aura lieu à Pékin, à la mi-mars, lorsque s'amorcera la saison de la Série mondiale FINA. Abel en sera alors à son deuxième rendez-vous de l'hiver en compétition individuelle, après les Championnats canadiens d'hiver. Ceux-ci s'amorceront le 28 février, à Winnipeg.

De son côté, Ware a déjà commencé à plonger et elle se trouve présentement en Allemagne en prévision du Grand Prix de Rostock, qui aura lieu ce week-end.

« On va commencer avec les compétitions de la Série mondiale et voir ce qu'on est capable de donner, a indiqué Abel. J'ai changé mon saut d'appel pour qu'on soit vraiment pareilles, elle et moi, et ça devrait nous permettre d'être parmi les équipes les plus fortes.

« Pamela a démontré l'an dernier qu'elle pouvait jouer dans la cour des grands, elle aussi », a ajouté Abel en faisant allusion au fait que Ware, à sa première année à temps plein chez les seniors, en 2012, a terminé quatrième au 3 m individuel à la Coupe du monde FINA.

« Le but, c'est d'arriver aux Jeux olympiques dans le but d'aspirer à une médaille, pas seulement pour faire acte de présence », a souligné Abel.

À 21 ans, Abel a seulement un an de plus que Ware, mais elle a quatre années d'expérience supplémentaires à l'échelle internationale chez les seniors, alors qu'elle a percé à ce niveau dès 2008, à l'âge de 16 ans. Ware est donc clairement « la petite nouvelle ». Mais Abel veut quand même qu'il y ait, entre la plongeuse de Beloeil et elle, la même complicité d'égale à égale qu'elle avait avec Heymans.

« J'ai appris avec le temps qu'il faut vraiment que ça vienne des deux, a souligné Abel. Pam est un peu plus timide et elle a seulement eu sa soeur (Carol-Ann) comme partenaire en synchro, donc il va falloir vivre ça ensemble pour voir comment on va devenir une bonne équipe. On part de zéro, mais on essaie vraiment de partir du bon pied pour qu'elle soit autant à l'aise que moi. »

Abel recommence également à zéro sur le plan individuel. Elle a profité de la retraite de Heymans, ainsi que des leçons tirées du stress vécu en marge de la quête de cette dernière pour devenir la première plongeuse à gagner une médaille dans quatre JO d'affilée, pour remettre en question certains aspects de sa carrière. Cela l'a amenée à se détacher du club CAMO et à s'engager davantage au sein du programme de Plongeon Canada. Elle a délaissé son entraîneur César Henderson afin de travailler avec Arturo Miranda, ainsi qu'avec B2Dix.

« C'était important pour moi d'être à l'aise avec mon plan d'entraînement, et de m'assurer que je ferais du plongeon par plaisir, a expliqué Abel. Avec Arturo, on a tout recommencé à zéro, autant l'entraînement physique que dans l'eau. Ce n'est peut-être pas cette année que je vais exceller, mais le but c'est qu'à un an des Jeux, j'arrive à mon plein potentiel et que je sois capable de faire concurrence aux Chinoises. »