mercredi, 26 oct. 2011. 00:43

Depuis que l'ex-premier ministre Jean Chrétien nous a embourbé dans un contrôle des armes à feu, sans en connaître les coûts et les conséquences, plus de deux milliards de dollars furent puisés dans les goussets des contribuables pour être dilapidés aveuglément.

Aujourd'hui, il nous est permis de nous réjouir et réaliser, que tous les efforts collectifs que nous avons mis de l'avant auront enfin atteint leur but et se concrétiseront positivement. Nous conserverons ces droits et coutumes, que nous ont légué nos ancêtres. Nous, utilisateurs d'armes à feu sportives, ne seront plus considérés comme hors la loi !

C'était toute la considération que nous apportaient ces mesures du Registre en place depuis 1995 - mais ayant débuté ses tentatives d'application il y a au moins quatre décennies. Je me suis toujours opposé au contrôle des armes sportives utilisées par les chasseurs et tireurs. J'ai rencontré et interviewé presque tous les ministres de la Justice, qui se sont impliqués dans ce marasme. Deux d'entre eux avaient même quitté le studio de Radiomutuel en furie, parce qu'ils ne pouvaient justifier leur position...Ils croyaient tout simplement se mériter des votes au sein d'individus ignares, de ce que représentait cette mesure, pour nous honnêtes citoyens, impliqués dans le monde cynégétique.

Réjouissez-vous! Nous serons à nouveau respectés, pour cette contribution que nous apportons à l'économie de notre pays. Il en sera de même pour les éléments positifs que nous représentons dans le monde du loisir ou récréatif et que dire d'activités, qui sont même de l'essor du monde olympique. Nos sports, car ils sont grands, seront à nouveau considérés. Ils reprendront les places qui leur reviennent dans une société, pour laquelle nous sommes des éléments méritant cette forme de considération. Certains politiciens négatifs se doivent d'aussi considérer les contributions que nous apportons au commerce, à l'industrie touristique, à la conservation de la faune et à son aménagement.

De grandes sociétés comme la Fédération des Chasseurs et Pêcheurs du Québec, Canards Illimités, la Fédération des Pourvoyeurs de Chasse et Pêche et nombre d'autres impliquées dans le milieu, se sont prononcées régulièrement. Je m'en voudrais d'oublier les organismes de l'essor du gouvernement, qui ne peuvent s'impliquer, mais qui aimeraient bien pouvoir le faire. Pour elles, la chasse et d'une extrême importance. Elles aménagent, assurent l'entretien, la conservation, la protection et possèdent des services de réservations, pour la pratique de la chasse. Nous tous, citoyens du Québec, en profitons sur des territoires, qui sont nôtres.

Le projet de loi déposé à Ottawa le 25 octobre dernier aurait pour but de retirer complètement du registre, les armes longues, donc les fusils et carabines, que nous utilisons pour la chasse et le tir sportif.

Après avoir pris connaissance des éléments important de ce projet de loi, nous devons toutefois demeurer sur nos gardes, quant aux mesures, que tenterait, par la suite, de nous imposer le provincial.

Croyant s'attirer la sympathie du public...

Le gouvernement du Québec avait laissé sous-entendre qu'il désirait un maintien du Registre, même si le gouvernement Harper manifestait son intention de le détruire complètement. Ottawa agirait ainsi dans le but d'éviter que certaines provinces l'utilisent, pour établir leur propre contrôle. Par contre, selon Annie Mathieu du Soleil :

Le gouvernement du Québec a aussi réagi, par la voix de Robert Dutil, ministre de la Sécurité publique Il a affirmé qu'il voulait le maintien du Registre, mais n'a pas confirmé, si le Québec ira de l'avant, avec une version québecoise de l'enregistrement des armes à feu, après l'abolition du système fédéral.

Dans le contexte actuel de la société québecoise, à cause du grand nombre des utilisateurs d'armes de chasse et de tir sportif, le gouvernement provincial actuel ne peut se permettre de se mettre à dos cette importante partie de contribuables que nous représentons.

Ce serait une erreur monumentale, tout comme cette autre peut-être de moindre importance, mais où j'étais intervenu directement auprès du ministère de la Justice.

Vous vous souviendrez sans doute que Québec désirait faire interdire les fusils "automatiques", ceux qui tirent en rafales, toutes les munitions de la chambre, tandis qu'un fusil "semi-automatique", ne peut tirer qu'un coup à la fois. Les responsables du ministère concerné de Québec et leurs conseillers n'en connaissant même pas la différence. On aurait ainsi pénalisé les milliers de chasseurs de sauvagine, dont je suis, nous qui utilisons des fusils semi-automatiques, chargés de trois cartouches.

D'ailleurs ce fût un sujet d'une de nos rubriques.

Important: d'autres mesures...et vos suggestions

Il ne faudrait pas croire qu'à la suite de l'abolition du Registre, les armes à feu se vendront sur le coin des rues. D'autres mesures restrictives et contrôles seront mis de l'avant. Cette fois-ci, les chasseurs et tireurs sportifs seront considérés. J'ose espérer que les organismes et journalistes spécialisés du domaine seront concernés. Les suggestions que je recevrai seront remises aux ministres responsables.

EXPRIMEZ-VOUS! Je vous invite à réagir à ce texte via mon blogue dans le Grand Club