vendredi, 14 déc. 2012. 15:00

Ce dimanche lors du PPV TLC de la WWE, Antonio Cesaro défendra son titre US face à R-Truth. Malgré qu'il n'ait pas de bons mots pour le peuple américain depuis quelques semaines, il ne s'agirait pas d'une guerre entre sa Suisse natale et les États-Unis. Selon le champion, il tente simplement de prouver autre chose.

« Ceux qui pensent qu'il s'agit d'une guerre entre les États-Unis et la Suisse sont ceux qui croient ce que R-Truth essaye de leur faire croire, me racontait en entrevue hier Antonio Cesaro. Ce match est moi qui désire prouver que je suis meilleur que R-Truth. Les amateurs vont assister à un match excitant. Je n'ai pas besoin de tables, d'échelles ou de chaises et je vais démontrer ce que je peux faire avec simplement mes habiletés de lutte. »

Ces habiletés de lutte, Cesaro les a obtenues en travaillant pendant de nombreuses années sur la scène indépendante au moment où il luttait sous le nom de Claudio Castagnoli.

« Devenir une Superstar de la WWE est l'équivalent de devenir docteur. Tu as besoin de passer plusieurs années à étudier à l'université avant d'obtenir ton diplôme. Et bien pour la lutte professionnelle c'est le même processus. La scène indépendante est comme une université. Elle m'a beaucoup aidé à me développer et à devenir le lutteur que je suis aujourd'hui. Je peux maintenant dire que je suis un docteur en lutte à la WWE ! » explique Cesaro, qui dit encore regarder la lutte indy le plus souvent possible.

Dans les dernières années la WWE semble donner plus de chances aux lutteurs indépendants. Des lutteurs tels que CM Punk, Daniel Bryan, Cesaro lui-même ainsi que plus récemment Seth Rollins et Dean Ambrose font tous partie de l'alignement régulier de la WWE. Mais pour Cesaro, ça n'a rien de nouveau.

« La WWE a toujours fait ça. Ils reconnaissent l'effort qu'un individu fait et de bonnes choses surviennent dans ce temps-là. La situation a certes changée, mais les lutteurs indépendants luttent à travers la planète tout comme les Eddy Guerrero et Dean Malenko faisaient il y a des années. Alors je crois que la WWE a toujours pris la peine de voir ce qui se faisait ailleurs afin de dénicher de bons prospects », raconte l'ex-membre des Kings of Wrestling, équipe qu'il formait avec Chris Hero, maintenant Kassius Ohno à NXT.

Depuis qu'il est avec la WWE, Cesaro a su capitaliser sur ses origines suisses et européennes. Puisque la Suisse est un pays où les gens parlent plusieurs langues, Cesaro a su incorporer cet élément dans son personnage.

« Je parle cinq langues. L'anglais, l'allemand, l'italien, le français et ce qu'on appelle le suisse. C'est dans les faits du suisse allemand. » S'il avait à classer les langues avec lesquels il est le plus confortable, laquelle serait-ce ? « En ordre, je dirais le suisse, l'allemand, l'anglais, le français et l'italien », affirme Cesaro.

Parlant de ses racines suisses, en novembre dernier, à Zurich, il a eu la chance de performer pour la première fois devant les siens en tant que lutteur de la WWE.

« C'était vraiment spécial. Mes amis et ma famille y étaient. J'ai quitté mon pays d'origine il y a maintenant huit ans pour devenir ce que je suis aujourd'hui. Alors j'ai vraiment eu une bonne réaction, celle que je croyais juste de recevoir. »

Le prochain Wrestlemania au New Jersey pourrait être son premier, mais Cesaro n'a pas de but précis pour cet événement. Sauf peut-être une chose.

« Je suis confiant que je serai encore champion US rendu là. », dit-il avec confiance.

Cela restera à voir. Avant d'en arriver là, Cesaro devra battre R-Truth ce dimanche au tout nouveau Barclays Center de Brooklyn, alors qu'il s'agira d'un premier événement pour la WWE dans cet établissement.

En terminant, Cesaro avait un message pour ses fans francophones de Montréal et de la province de Québec. Message qu'il a insisté pour dire en français.

« À tous mes fans de Montréal, j'espère que je viendrai à Montréal très bientôt ! »
______________________________

Si vous avez des questions ou commentaires, n'hésitez pas à communiquer avec moi au patric_laprade@videotron.ca, via les réseaux sociaux au www.facebook.com/patlaprade et www.twitter.com/patlaprade, ainsi que sur mon site Web au www.lutte.com

Le livre sur l'histoire de la lutte professionnelle au Québec, intitulé « Mad Dogs, Midgets and Screw Jobs : The Untold Story of How Montreal Shaped the World of Wrestling » et écrit par Pat Laprade et Bertrand Hébert, sera disponible à compter de février 2013. Il est présentement disponible en pré commande sur au www.amazon.ca. Vous pouvez visiter la page Facebook du livre au https://www.facebook.com/pages/Mad-Dogs-Midgets-and-Screw-Jobs/305810539537453