vendredi, 27 juil. 2012. 12:09

Tous les détails sur Femmes Fatales IX, des statistiques entourant WWE Monday Night Raw, les Québécois et Montréal, la 1000e de Marc Blondin, une revue de mi-année au Québec, des humoristes présentent un show de lutte, Franky the Mobster au Festival Juste Pour Rire, plusieurs nouvelles sur la lutte féminine et sur la scène indépendante au Québec, Kevin Steen et son ami The Rock, plusieurs moments historiques et beaucoup plus.

Femmes Fatales IX est maintenant chose du passé et il va s'en dire que le gala a fait parler de lui. En effet, la grande nouvelle qui en est sortie est le changement de titre par équipe de SHIMMER. Il avait été annoncé la semaine avant le show que le match opposant Sweet Cherrie et Cherry Bomb aux Canadian Ninjaz, Nicole Matthews et Portia Perez était maintenant pour déterminer les aspirants aux titres par équipe de SHIMMER, match qui aurait lieu le 3 novembre lors de Femmes Fatales X. La nouvelle pouvait sembler bizarre lorsqu'elle est sortie, surtout que ce match était annoncé depuis longtemps et il était dans les plans depuis encore plus longtemps, alors qu'il n'avait comme seul but initial que de continuer la rivalité entre Sweet Cherrie et Portia Perez et de faire tourner Cherry Bomb en heel.

Ce qu'on ne pouvait pas divulguer comme information à ce moment-là et même au lendemain du show, c'est la réelle raison derrière ce changement de titre.

Cependant, la nouvelle est finalement sortie lundi après-midi, alors que Mike Johnson du PWInsider a été le premier à noter que la lutteuse Sara Del Rey avait une entente avec la WWE pour un contrat de développement et qu'il ne lui restait que les tests médicaux à passer. Évidemment, rien ne peut être confirmé avant les résultats de ces tests, mais il sera surprenant que Del Rey ne les passe pas. Il y a eu des cas comme Nigel McGuinness et Chris Hero qui n'ont pas passé leurs tests - dans le cas de Hero, ça a juste retardé le processus - mais pour Del Rey, j'ose croire qu'il ne s'agit que d'une formalité.

Del Rey, qui lutte un peu partout, mais principalement pour CHIKARA, SHIMMER et elle venait de faire un retour aux enregistrements télés de ROH, en a nécessairement avisé Dave Prazak, le propriétaire de SHIMMER. La Canadienne Courtney Rush et Sara étaient les championnes par équipe de SHIMMER et Prazak devait faire quelque chose rapidement s'il ne voulait pas se retrouver avec les ceintures vacantes, étant donné que si tout va bien, Del Rey devrait terminer ses bookings indépendants au début août.

Prazak a alors regardé l'horaire de ses lutteuses et le seul show où Rush et Del Rey se trouvaient au même endroit était à Femmes Fatales. Écrit ainsi, on dirait qu'il n'avait pas le choix, mais en fait, un promoteur a toujours le choix. Il y a deux choses que SHIMMER n'avait jamais vécuees à propos de leurs titres : une ceinture vacante et un changement de titre à l'extérieur de leur promotion. Prazak avait donc le choix de mettre ses titres vacants et de déterminer des nouveaux champions devant ses fans, une situation que ceux-ci auraient compris, même si d'avoir une ceinture vacante n'est jamais l'idéal, parce que ça ne met jamais over les nouveaux champions. Cependant, lorsque c'est la première fois et que c'est pour permettre à ses fans de voir le changement de titre en direct, c'est quelque chose avec laquelle il aurait pu facilement s'en tirer.

Mais son choix en fut autrement.

Il a décidé d'y aller avec un changement de titre à l'extérieur de sa compagnie. Pourquoi ? Pour aider une organisation dans laquelle il croit, avec qui il a de très bons rapports et en qui il a 100% confiance. Stéphane Bruyère et Geneviève Goulet (LuFisto) sont de dignes ambassadeurs non seulement de Femmes Fatales mais de la lutte féminine au Québec, peut-être même au Canada. Ils entretiennent de bons liens avec toutes les promotions et les lutteuses pour ainsi avantageusement maximiser la qualité et surtout la rentabilité de leurs shows.
Un exemple frappant est celui de SHIMMER qui choisit ses dates de shows en lien avec celles de Femmes Fatales, en essayant toujours d'être une semaine avant ou après le show de Montréal pour ainsi leurs permettre d'obtenir de meilleurs deals sur certaines lutteuses. Par exemple, jamais Femmes Fatales ne pourraient faire venir une Saraya Knight d'Angleterre si ce n'était du fait qu'elle sera en Amérique du Nord la semaine précédente.

Comme souvent le destin fait bien les choses, non seulement les deux championnes étaient présentes à Femmes Fatales, mais deux anciennes championnes l'étaient aussi en Matthews et Perez. Il devenait alors facile d'y aller avec ce changement, qui en plus faisait des Ninjaz les premières à remporter le titre une deuxième fois.

En agissant ainsi, Dave Prazak permet à Femmes Fatales de faire parler d'elle au niveau international. Femmes Fatales devient la première promotion à accueillir un changement de titre de SHIMMER et on se souvient toujours plus facilement d'une première que d'une seconde. Ce changement met aussi Montréal sur la mappe de la lutte féminine, alors qu'en plus d'être le premier changement de titre à l'extérieur de SHIMMER, il s'agit du premier à l'extérieur des États-Unis. Pour les plus initiés, ils auront vite compris que SHIMMER et Femmes Fatales sont deux compagnies qui se tiennent et qui n'hésiteront pas à s'entraider au besoin, pour le bien de la lutte féminine. Ce faisant, ça donne une crédibilité supplémentaire à l'organisation, à une moins grande échelle, un peu comme si Ring of Honor permettrait à un changement de titre lors d'un show de la NCW ou de la NSPW. Finalement, SHIMMER aide ainsi une encore jeune promotion à prendre de plus en plus de place au sein de son créneau.

Que Dave Prazak se soit donné le choix ou pas de faire le changement importe peu. Je pense sincèrement qu'il n'y a qu'à la toute nouvelle promotion floridienne SHINE que ce changement aurait pu avoir lieu mis à part Femmes Fatales. Si Del Rey et Rush s'étaient retrouvées sur ce show, il y a fort à parier que le changement de titre y aurait eu lieu, et ce pour deux raisons. Premièrement, SHINE est ouvertement appelée depuis sa création la promotion sœur de SHIMMER et deuxièmement, les shows étant sur iPPV, cela aurait permis aux fans réguliers de SHIMMER de voir en direct le changement de titre s'ils le désiraient.

Dans quelques mois, voire quelques années, on ne se souviendra pas du comment et du pourquoi. Cependant, dans les historiques de titres, Montréal et par conséquent Femmes Fatales seront liés à jamais à ce titre, qui est le plus prestigieux en Amérique du Nord dans sa catégorie.

J'avais écrit il y a quelques temps que la GEW avait demandé à Femmes Fatales de faire un changement de titre lors de leur gros gala Uprising, sans quoi, il ne serait pas intéressé à avoir la championne International Femmes Fatales Kalamity sur le gala. J'avais écrit que je ne comprenais pas en quoi c'était pour bénéficier Femmes Fatales de faire ça.

Je fus surpris de lire suite au gala de Femmes Fatales que certaines personnes comparaient les deux événements. Premièrement, si on veut y aller d'une version courte, avec la situation de Sara Del Rey, tous les autres arguments deviennent soudainement futiles. Comme quoi il faut essayer de voir plus loin que ce qu'on nous présente dans une telle situation et certaines décisions ont bien souvent une raison bien logique derrière, même si cette raison ne nous apparait pas évidente au tout début.

Cependant, même si la raison n'aurait pas été Sara Del Rey, la situation est complètement différente. SHIMMER et Femmes Fatales partagent le même bassin de fans et ont un but commun, le bien être de la lutte féminine. Si ça demande à la grande cousine d'aider la plus jeune cousine, c'est correct. Les DVD de Femmes Fatales sont vendus à SHIMMER, donc la promotion pourrait et va certainement pousser pour que ses fans achètent le DVD pour y voir le match. Mais le point important dans tout ça est qu'on mélange les rôles ici. Si SHIMMER avait eu le choix de le faire à domicile, elle l'aurait fait. Est-ce que ce changement a bénéficié plus Femmes Fatales que SHIMMER ? Tout à fait.

Dans l'idée de la GEW, je mentionnais que ça ne donnerait rien à Femmes Fatales de faire faire un changement de titre à la GEW. Pourquoi ? Parce que le bassin n'est pas le même, le seul lien entre Femmes Fatales et la GEW c'est qu'ils partagent le même territoire qu'est le Québec. Parce que les DVD de la GEW ne sont pas vendus lors de galas de Femmes Fatales. Donc les avantages étaient uniquement pour la GEW qui elle en contrepartie, essayait de vendre l'idée à Femmes Fatales en disant qu'elle aussi en bénéficierait, ce qui n'est aucunement le cas. Si Femmes Fatales avait accepté, cela aurait demandé que les DVD de la GEW soient disponibles au prochain show de l'organisation féminine, disponible aussi sur le site Web de la promotion, ça aurait fait parler de Granby un peu plus et par conséquent de la GEW. Tous des avantages pour eux et aucun pour Femmes Fatales, même si ceux-ci auraient probablement eu une cote sur les DVD.

Ce que les dirigeants à Granby ont mal évalué, c'est que les fans de lutte féminine aiment leur produit, aiment dépenser pour leur produit, mais c'est un public qui sait ce qu'il aime. Alors je suis convaincu qu'ils n'auraient pas nécessairement acheté le DVD de la GEW, parce que les autres combats ne les auraient pas intéressés. Ils se seraient contentés de lire les résultats et d'imaginer ce qui s'est passé ou espérer que Femmes Fatales mettent le match en bonus sur l'un de leur DVD. Dans la situation avec SHIMMER, il s'agit du même produit. Plusieurs fans auraient acheté le DVD de Femmes Fatales de toute manière et sinon, bien il s'agit d'un bon incitatif pour le faire, car ils ne l'achèteraient pas pour un seul match. L'équation est simple. Si Femmes Fatales est prospère, ça aide la grande famille de la lutte féminine à être prospère et par conséquent, ça aide SHIMMER à être prospère.

Œuvrant dans la finale, Sara Del Rey a perdu face à la championne Kalamity dans un match qui fut solide. Pas un match potentiel de l'année - aucun ne l'était sur ce show - mais un bon match quand même, qui a permis à Kalamity de se mesurer à l'une des meilleures lutteuses au monde. Il ne manquait qu'un gros faux finish de Kalamity sur Del Rey pour augmenter le match d'une coche. À moins d'un malheur, ce sera le dernier match de Sara Del Rey pour un bon moment à Montréal, ou à tout le moins sur la scène indépendante.

Les commentaires les plus fréquents qu'ont émis les fans après le show sont à quel point ils ont adoré les storylines qu'on leur a présentées. En effet, sans compter le changement de titre de SHIMMER, on a profité d'un show plus tranquille en juillet pour préparer ce qui sera le plus gros show de l'histoire de la compagnie en novembre ainsi que la prochaine année.

Ainsi, Mademoiselle Rachelle s'est débarrassée de Mary Lee Rose après que celle-ci ait perdu une fois de plus, cette fois-ci face à Veda Scott. Le Midwest Militia composé de Jessicka Havok, Sassy Stephie et Allysin Kay ont envahi le ring pour donner un coup de main à Rachelle qui par le fait même devient leur nouvelle gérante, à tout le moins à Montréal. Rachelle est aussi la gérante de Stephie à SHIMMER. Il a fallu Courtney Rush pour venir aider Rose, qui par la fin du gala, était dans le coin de Rush Revolution et était maintenant redevenue babyface.

Ce 3 vs 3 a aussi permis le retour de Cat Power, qui s'était retiré de la lutte professionnelle après un combat de rue face à sa meilleure amie et protégé Courtney Rush (PJ Tyler à ce moment-là) lors de Femmes Fatales 5. Elle voulait prendre sa retraite à Femmes Fatales et lorsque l'envie de revenir s'est fait sentir, c'est à la même porte qu'elle a cognée. Elle a d'ailleurs été très bien accueillie de la part des fans.

On a aussi vu une nouvelle gérante dans le coin d'Angie Skye en Kath Von Goth, qui a fait du bon boulot. Dézirée a finalement fait ses débuts et ne les a pas manqués face à Missy. Cette dernière a très bien fait, beaucoup plus intense qu'à l'habitude, elle semble plus à l'aise dans son nouveau personnage et la foule lui a réservé un bel accueil. Cherry Bomb a fait un heel turn sur Sweet Cherrie, après la victoire des Canadian Ninjaz. Mais la storyline qui a suscité le plus de réaction est bien entendu l'histoire captivante entre LuFisto et Mercedes Martinez.

Ces deux vétérantes se sont livrées une solide bataille où l'honneur était à l'enjeu alors qu'aucun tombé ne fut effectué dans le match, un fait assez rarissime et qui va habituellement à l'encontre de la théorie, mais qui dans ce cas-ci collait parfaitement à l'histoire. LuFisto y est même allée d'un premier moonsault en 7 ans et pas n'importe lequel, du haut du 3e coin à l'extérieur sur Martinez.

Femmes Fatales X, le 10e show de la compagnie, se veut en voie de devenir le plus gros show de son histoire. En effet, la compagnie a annoncé que l'événement sera un double enregistrement, un peu sous le même principe que SHIMMER.

Les portes ouvriront à 15h, le pre-show débutera à 15h30, le show principal à 15h45 et on prévoit la fin du gala vers les 18h30. De 18h30 à 19h30, il y aura une pause repas et le meet & greet avec les lutteuses. Vers 19h30, le 2e show devrait commencer et encore une fois, on prévoit 2h30 pour le gala, qui devrait se terminer vers les 22h.

Une autre nouveauté est l'après-gala, alors qu'une soirée sera organisée par Femmes Fatales à laquelle les fans, staff et lutteuses seront invités à boire et manger au même endroit. Exactement le même système utilisé par SHIMMER depuis des années.

Il est fort probable aussi que le restaurant de la NCW soit amélioré afin de maximiser le nombre de fans qui vont vouloir demeurer sur place pour profiter pleinement du meet & greet. Bien évidemment, cela permettrait aussi aux lutteuses et à l'organisation de vendre plus de marchandise.

La première rangée se vend 50$ pour les deux galas et ne peut être vendu pour un seul des deux shows. L'admission générale est 30$ pour les deux shows, 25$ pour un seul. De plus, la première rangée recevra une affiche spéciale qui ne sera pas mis en vente. Jusqu'à présent, 36 des 40 billets VIP sont vendus, ce qui augure très bien. Jamais un gala de Femmes Fatales n'a vendu ses billets VIP si vite, alors qu'à l'habitude, ils se vendent dans les quelques semaines avant l'événement.

Les deux cartes devraient être très solides. Je ne m'étendrai pas sur chacune des lutteuses maintenant, j'aurai le temps d'y revenir, mais voici à tout le moins les lutteuses confirmées pour les deux shows.

La finale du 2e show sera un match de cage entre LuFisto et Mercdes Martinez.

Les autres lutteuses sont : la championne Internationale Femmes Fatales Kalamity, Cheerleader Melissa, Hailey Hatred, la championne SHIMMER Saraya Knight, la co-championne par équipe de SHIMMER Portia Perez, Athena, Kellie Skater, Courtney Rush, Cherry Bomb, Sweet Cherrie, X-Cute Sweet, She Nay Nay, Xandra Bale, Angie Skye, Pink Flash Kira, Mary Lee Rose, Missy, Dézirée et Serphantina. Bien entendu, d'autres lutteuses seront annoncées dans les semaines à venir. Rien ne peut être encore annoncé, alors que Stéphane Bruyère attend toujours les confirmations de certaines.
********************************************
La WWE a présenté lundi dernier sa 1000e de Raw. Loin d'être l'émission hebdomadaire ayant le plus de longévité, que ce soit dans le sport, dans le divertissement ou même dans le monde de la lutte professionnelle, il s'agit tout de même d'un chiffre notoire et d'un plateau important dans l'histoire de la WWE.

Lors de la première année de Raw, en 1993, un total de 5 Québécois y avaient performé.

La première présence québécoise à Raw fut l'œuvre de Rick Martel, lors du Raw diffusé le 1er mars 1993, dans un combat face à Mr. Perfect. Ce combat était d'ailleurs la finale de ce show.

À compter d'avril 1993, c'est Luna Vachon et son exceptionnelle rivalité avec Sensational Sherri qui faisait son entrée à Raw.

Lors du Raw diffusé le 13 septembre au Manhattan Center de New York, c'était au tour des Quebecers, Jacques Rougeau Jr. et Carl Ouellet de faire leurs débuts les lundis soirs, alors qu'ils ont remporté les titres par équipe de la WWF face aux Steiners. C'était aussi la première présence de Johnny Polo dans leur coin. Polo deviendra quelques années plus tard Raven à la ECW. La décision de donner la victoire aux deux Québécois, acquise dans un Quebec Rules match, c'est-à-dire sans disqualification, avait été prise car la WWF devait suspendre les deux frères et on ne voulait pas les faire mal paraître non plus en les faisant battre clean.

Puis, lors de la diffusion du 6 décembre, c'est Dink (Claude Giroux, Tiger Jackson), qui faisait ses débuts à Raw, alors qu'il accompagna Doink dans un match face à Tony Devito.

Après les Quebecers et leur victoire pour le titre, c'est Rick Martel qui a su se démarquer le plus à Raw. Le 4 octobre 1993, il remportait une bataille royale en compagnie de Razor Ramon pour déterminer le prochain champion Intercontinental, le titre ayant été laissé vacant par Shawn Michaels. La semaine suivante, le 11 octobre, Ramon défaisant Martel pour remporter le titre.

Si Martel n'a pas eu la chance de remporter un titre à Raw, plusieurs autres ont eu cette opportunité, notamment Chris Benoit et Sylvain Grenier. Benoit a d'ailleurs remporté les titres par équipe et Intercontinental un certain lundi soir. Le 21 mai 2001, Chris Benoit et Chris Jericho remportaient les titres par équipe de la WWE défaisant Steve Austin et Triple H. Le 19 avril 2004, Benoit et Edge battaient Ric Flair et Batista pour remporter ces mêmes titres. Le 31 mai 2004, dans un moment spécial localement parce qu'il se déroulait à Montréal, Sylvain Grenier et Rob Conway, La Résistance, remportaient leur premier titre par équipe ensemble. Raw avait lieu à Montréal et après le match, qui était le tout premier de la soirée, les deux nouveaux titrés avaient été célébrer dans la foule, une foule 100% pro Grenier ce soir là. Après avoir perdu les titres face aux mêmes Benoit et Edge, ils allaient les rebattre lors du Raw du 1er novembre 2004. De plus, en simple cette fois-ci, Benoit remportait le titre Intercontinental face à Chris Jericho le 8 mai 2000 et le 29 juillet 2002, il le remportait à nouveau cette fois face à Rob Van Dam. Pour conclure sur Benoit, il ne faudrait pas oublier son entrée en scène à la WWF, alors que le 31 janvier 2000, avec Eddie Guerrero, Perry Saturn et Dean Malenko (The Radicalz), il faisait ses débuts alors que les quatre étaient assis dans la foule en première rangée, l'un des plus importants moments non seulement de Raw, mais dans l'histoire de la WWE.

Luna Vachon s'est aussi distinguée, principalement le 11 janvier 1999, alors qu'elle battait Gillberg (Duane Gill), le champion Light Heavyweight de l'époque, dans un rare match homme vs femme à la WWE. Le 13 septembre de la même année, elle battait le champion Intercontinental Jeff Jarrett par disqualification, au moment où Jarrett avait une rivalité avec Chyna pour ce titre.

Parlant du titre Light Heavyweight, le 17 novembre 1997, Eric Shelley, fils de l'ancien lutteur Len Shelley, participait au tournoi Light Heavyweight de la WWF, alors qu'il perd son match de première ronde face à Scott Taylor. Il avait fait ses débuts à Raw le 7 juillet 1997 dans une cause perdante face à Brian Christopher. Ce fut ses deux seules apparitions.

Plus récemment, le 22 février 2010, la dernière Québécoise (hommes inclus) à lutter lors d'un enregistrement de Raw, Maryse Ouellet, remportait le titre Divas, vacant à ce moment-là, en défaisant Gail Kim.

Chris Benoit domine par beaucoup la liste des Québécois ayant le plus de matchs à Raw avec 113 matchs. Malgré ses succès au tout début de l'émission, Rick Martel n'a eu que 8 matchs présentés les lundis soirs, deux de moins que Pat Patterson, alors que ce dernier avait lutté à quelques reprises lorsqu'il était jouait la gimmick du stooge de Vince McMahon avec Gerald Brisco. Il faut aussi prendre en considération que Benoit, Grenier et Maryse ont lutté à Smackdown pendant leurs années à la WWE. Carl Ouellet y a lutté sous deux personnages différents, soit Quebecer Pierre et Jean-Pierre Lafitte. Luna Vachon a obtenu plusieurs présences à Raw, mais pas toujours dans des matchs, alors qu'elle était la valet entre autres de Bam Bam Bigelow. Pour ce qui est de Dink, aussi surprenant que ça puisse être, il n'a jamais lutté à Raw, accompagnant uniquement Doink.

Voici la liste des Québécois notoires à Raw :

Chris Benoit, 113
Maryse Ouellet, 51
Sylvain Grenier, 42
Carl Ouellet, 30
Jacques Rougeau Jr, 19
Pat Patterson, 10
Rick Martel, 8
Luna Vachon, 8

Montréal pour sa part a reçu Raw à 6 reprises, soit les 18 mars 2002 (le lendemain de Wrestlemania X8, Hogan & Rock vs Nash & Hall), le 14 octobre 2002 (Christian & Jericho qui remportent les titres par équipe et Kane qui raconte la vérité sur Katie Vick (sigh)), le 7 juillet 2003 (Booker T qui remporte le titre IC, la première présence de La Résistance à Montréal lors du Sunday Night Heat et Pierre-Carl Ouellet qui reçoit un gros pop pour son dark match), le 31 mai 2004 (La Résistance qui gagne les titres par équipe et Handsome JF & Éric Mastrocola qui luttent à Sunday Night Heat), le 15 août 2005 (Shawn Michaels qui appelle Bret Hart et le fameux chant à Lita, « tu pues d'la noune ») et le 18 septembre 2006 (Super Show, Cena fait équipe avec DX)

Avec ses 7 présentations (en comptabilisant celle du 10 septembre prochain), Montréal arrive deuxième au Canada derrière évidemment la ville Reine, Toronto, qui a reçu l'événement à 11 reprises. Derrière Montréal, on retrouve Calgary avec 4. À titre comparatif, New York a accueilli Raw 40 fois, Philadelphie 19 fois et Chicago 18.

Ces chiffres ont été comptabilisés par Arda Ocal de The Score à Toronto et toujours selon ses données, le Canada a reçu la WWE et son émission du lundi soir à 40 reprises, celui de Montréal devenant donc la 41e fois que le pays diffusera Raw. Montréal détient donc 17% des représentations canadiennes de Raw. Le tour premier Raw au Canada avait été diffusé le 31 juillet 1997, en provenance du Skydome de Toronto.
********************************************
Nous avons maintenant atteint la mi-année alors il est donc temps d'analyser un peu plus ce que le monde de la lutte professionnelle au Québec a donné à ses fans entre janvier et juin 2012.

La promotion qui a connu le plus de succès, autant au niveau des shows présentés, des matchs et surtout de la foule est définitivement la NSPW. L'équipe de Steve Boutet a fait un travail superbe pour garder une constance dans ses galas et la foule a bien répondu à chaque fois, avec pour terminer le tout, une foule record au mois de mai pour accueillir Lance Storm. La promotion avait pris une décision d'arrière-scène pour débuter l'année avec la venue de Stéphane Bruyère comme adjoint à Michael Bisson et je ne pense pas qu'on l'ait regretté. Les shows n'ont jamais été aussi mieux rodés et c'est beaucoup grâce à la venue de Bruyère.

La NCW à Montréal a connu une moitié d'année légèrement au-dessus de la moyenne. Leur premier show d'importance de l'année avec D-Generation X n'a pas attiré ce qu'on aurait espéré et on dirait que la promotion n'a jamais été capable de reprendre le dessus par la suite. Il y a aussi eu plusieurs changements à l'interne qui n'ont certainement pas aidé la stabilité de la compagnie. Cependant, Challengemania fut un succès et l'émergence de nouvelles stars comme Buxx Belmar, Surfer Mitch, Travis Toxic, la venue de Dru Onyx et la popularité d'Handsome JF permettent de croire que la deuxième moitié ne peut qu'aller en s'améliorant. Avec André Therrien comme scripteur et le retour de Stéphane Bruyère d'une façon plus régulière aideront surement, étant donné que le booking des derniers mois n'a pas été le meilleur que la NCW a offert dans les dernières années.

La ToW a repris là où elle avait laissé en 2010, son show au Centre Pierre-Charbonneau ayant attiré 1200 fans. Puis sa tournée d'été s'enligne pour être un succès, avec entre autres Rivière-du-Loup en tête. Le booking et surtout la logique derrière celui-ci demeure toujours une interrogation, mais si on met ça de côté, certains matchs et certains lutteurs ont le potentiel de bien attirer. Avec les deux shows en septembre et le show en fin d'année en décembre, la ToW pourrait présenter 5 shows avec au moins 1000 personnes sans tomber dans la facilité des campings et des festivals.

Femmes Fatales a présenté deux solides shows et demeure de loin la promotion la plus connue au niveau international. Sa réputation ne cesse d'augmenter alors que toutes les lutteuses indépendantes de renom y ont lutté, veulent y lutter ou bien veulent y revenir. Et ce n'est pas parce que Femmes Fatales est roulé par un money mark qui surpaye le talent, mais bien pour le professionnalisme et la réputation que la promotion s'est donné depuis ses débuts. Par son unicité, elle est la seule qui peut se permettre de faire venir les meilleures dans sa catégorie. Cheerleader Melissa, Mercedes Martinez et Sara Del Rey sur une carte de lutte féminine, c'est l'équivalent d'avoir trois des 10 meilleurs lutteurs au monde sur une même carte, ce qui serait impossible pour une promotion québécoise.

C*4 a connu une autre bonne moitié d'année, la plus constante derrière la NSPW et la lutte y est la plupart du temps excellente. La situation de la CRW n'est pas très reluisante alors qu'on n'arrive juste pas à attirer une foule considérable, encore moins de façon constante. La salle et sa location y sont pour beaucoup je crois. La ICW a vu le retour de sa vedette Serge Proulx lui permettre d'avoir un regain de vie et d'augmenter son auditoire. BattleWar sera à surveiller dans les prochains mois et a bien débuté l'année avec un match de l'année potentiel.

Si j'avais à faire un Top 5 très arbitraire des promotions, j'irais avec NSPW, Femmes Fatales, C*4, ToW et NCW. Reste à voir l'influence qu'auront les 6 prochains mois.

Pour ce qui est du match de l'année, la première moitié ne nous a pas gâtés jusqu'à présent. Mon choix s'arrête tout de même sur Cheerleader Melissa vs Hailey Hatred, suivi de très près par le No DQ entre les Super Smash Bros. et Marko Estrada & Michael Style. Je ne l'ai pas encore vu, mais le premier match entre 3.0 et TDT lors du premier BattleWar est selon plusieurs digne de mention. Certains matchs impliquant Josh Alexander méritent aussi d'être mentionnés du côté de la C*4. Si Melissa vs Hatred venait à gagner, il s'agirait de la première fois qu'aucun Québécois ne ferait partie du match de l'année. Plus encore, à chaque année depuis 2003, soit Kevin Steen, soit LuFisto y faisait partie. Le meilleur match de Steen cette année au Québec est celui face à Lance Strom. Pour LuFisto, il s'agit de son match face à Jazz. Les deux devraient faire partie d'un top 10 rendu en décembre, mais il serait surprenant de les voir gagner avec ces matchs.

La meilleure équipe est présentement les Super Smash Bros. Aucune autre équipe ne s'y approche. Ils sont présentement aussi dominants sur la scène indy que Steen & Generico l'étaient, sauf qu'ils ne luttent pas à ROH. 3.0 ont aussi très bien fait avec CHIKARA et BattleWar notamment. Mathieu St-Jacques et Thomas Dubois ont aussi connu une bonne première moitié, mais jamais comme les deux premières équipes mentionnées. J'ai bien hâte de voir l'évolution de Mitch et Toxic dans les 6 prochains mois comme équipe.

Du côté des rivalités, certaines ont été plus importantes que d'autres. Mercedes Martinez vs LuFisto est très solide et dépasse même les frontières de notre pays. 3.0 vs TDT est à elle seule une bonne raison d'aller voir BattleWar. Twiggy vs les lutteuses est une rivalité rafraichissante et divertissante. Les Super Smash Bros face à Estrada & Style est aussi très solide. Pour l'instant, Martinez vs LuFisto part favorite.

Les nouvelles de l'année n'ont probablement jamais été aussi remplies après seulement six mois. La signature d'Alex Silva avec la TNA, Kevin Steen qui remporte le titre de la ROH (et PWG/2CW en même temps), El Generico qui célèbre ses 10 ans avec une tournée mondiale, le décès d'Hans Schmidt, la retour en force de la ToW, les Super Smash Bros qui remportent les titres de la PWG, la NSPW qui attire tout près de 500 fans, le retour de RAW à Montréal, les titres par équipe de SHIMMER qui changent de main à Montréal sont toutes des nouvelles qui dans une année plus tranquille, auraient pu aspirer à un top 5, voir top 3. Si la deuxième moitié de l'année est aussi mouvementée, ce sera un beau mal de tête afin de voter pour cette catégorie à la fin de l'année.

Les deux prix les plus importants, lutteuse et lutteur de l'année seront encore une fois l'affaire de deux paires. LuFisto et Kalamity du côté des filles et Kevin Steen et El Generico du côté des hommes. LuFisto avec son match contre Jazz, sa rivalité avec Martinez, ses débuts à la WSU et sa stabilité à SHIMMER est définitivement la candidate numéro un après 6 mois. Par contre, Kalamity a connu une très bonne première moitié aussi avec ses débuts à la WSU, de bons matchs à SHIMMER et son règne de championne défendante, elle qui a mis son titre en jeu plus souvent qu'à son tour depuis janvier. Il s'agit sans doute de la meilleure année jusqu'à présent pour une lutteuse qui outre LuFisto. Et malgré cela, ça ne semble pas assez pour détrôner la Soreloise. Il reste cependant 6 mois à l'année.

La tournée mondiale d'El Generico, ses performances à couper le souffle et la mauvaise habitude qu'il a à faire le match de la soirée ou très près partout où il lutte, fait de lui un candidat parfait pour le tout premier rang. Cependant, ce fut tout simplement la moitié d'année à Kevin Steen. Celui que certains ont commencé à surnommer le Roi des Indys, Steen a remporté les titres de la ROH, PWG et 2CW, en plus d'avoir eu les titres par équipe de la PWG et d'avoir offert de solides performances un peu partout, incluant au Québec. J'aimerais aussi noter qu'advenant les débuts d'Alex Silva avec la TNA, seules ses performances sur la scène indy devront être prises en considération alors que le Top 50 est et a toujours été réservé aux lutteurs indys. Dans la même lignée, ni Sylvain Grenier, ni Maryse Ouellet n'étaient considérés lorsqu'ils étaient à la WWE.

En terminant, voici ce qui pourrait être très intéressant dans les six prochains mois.

Stupefied vs Chavo Guerrero, LuFisto vs Mercedes Martinez dans une cage, les prochaines performances à SHIMMER et à la WSU de Kalamity, Femmes Fatales X, les prochains galas à Montréal de la ToW, l'évolution des Buxx Belmar, Surfer Mitch et Travis Toxic à la NCW et ailleurs, si la TDT va finir par sortir du Québec, un match de l'année de Steen et/ou LuFisto, le premier match (deuxième si on compte celui face à Robbie E) de Silva avec la TNA, l'évolution sur la scène nord-américaine des Super Smash et bien entendu, le nombre de fans pour RAW le 10 septembre.
********************************************
Le 13 juillet dernier, Marc Blondin célébrait sa 1000e émission comme commentateur de lutte professionnelle.

La carrière de Marc à ce niveau a débuté en 1988 alors qu'il est appelé à remplacer un Édouard Carpentier qui n'était plus dans les bonnes grâces de la WWF. Par la suite, il deviendra commentateur de la défunte WCW à l'antenne de RDS avec nul autre que Richard « Le Magnifique » Charland, mais l'aventure sera de courte durée. Il sera de retour à RDS et pour la WCW au plus fort de celle-ci en 1998 avec Michel Letourneur, tout en effectuant le même travail en France. Finalement, après cinq ans sans avoir travaillé dans le milieu (mis à part les commentaires live des matchs que Jacques Rougeau présentait à la mi-temps des Alouettes), Blondin revient en 2005 à RDS avec TNA Impact, tout d'abord avec Michel Letourneur, puis avec Pierre-Carl Ouellet et Sylvain Grenier.

En tout et partout, Blondin aura travaillé sur 96 émissions de la WWF, 230 à RDS pour la WCW (les deux séries combinées), 157 émissions de la WCW sur Canal Plus en France et les mêmes 157 en anglais sur Canal Plus, 6 PPV de la WCW au Québec et 354 émissions de la TNA. Même en ne prenant pas compte des émissions anglophones, la WCW demeure, pour peu de temps encore, l'employeur pour lequel Blondin a le plus travaillé.

En termes d'années de service derrière un micro pour la lutte professionnelle, 2012 est une année charnière pour Blondin.

En effet, la fin de 2012 marquera la 15e année de Blondin, faisant de lui le commentateur de lutte au Québec ayant eu la plus longue carrière. Et ici on ne tient pas compte de ce qu'il a fait en France, qui de toute manière chevauchait les années où il faisait le même travail au Québec.

En ordre, Édouard Carpentier a 22 années de service, suivi de Blondin avec 15, Guy Hauray avec 14, Jean-Jacques Fortin avec 10, Raymond Rougeau avec 9, Michel Normandin avec 8 et Jean Brassard avec 5. Cependant, Carpentier était un analyste et non pas un commentateur, contrairement à Blondin, Hauray, Fortin et Brassard. Quant à Normandin, il était seul aux commandes. Bien que le record de Carpentier soit encore à sa portée, Blondin, entre temps, devient donc le commentateur ayant le plus d'années de service en matière de lutte professionnelle au Québec.

Pour souligner ce moment important, l'épisode de TNA Impact à RDS du 13 juillet commençait donc avec l'annonce de cet exploit, alors que pour une rare fois, la production a mis en relief sur l'écran qu'il s'agissait de la 1000e de Marc Blondin.

« 1000 émissions à 200 niaiseries par émission… », rigolait Blondin.

Mais il est vrai que c'est le style pour lequel Blondin est reconnu, qu'on aime ou qu'on n'aime pas. Cela a d'ailleurs inspiré Jean-François Kelly une question sondage.

Laquelle des expressions de Marc Blondin préférez-vous ?

La foule est en délire, the foule is in delire
L'arbitre demande le bris, et je ne parle pas de fromage
Bonjour m'dame
Soyez-y
Mesdames, messieurs

Pour moi, le soyez-y mesdames messieurs est le classique relié à Blondin autant que le « À la semaine prochaine si Dieu le veut » de Carpentier. D'autant plus qu'il utilisait cette phrase lorsqu'il faisait les conditions de ski à la radio et à RDS. C'est à mon avis sa marque de commerce.

À différent moment dans l'émission, JF Kelly nous parlait de Marc, de ses débuts, de Richard Charland, Thor, Rick Martel avec la WCW, de la France et la Belgique. Kelly a aussi remercier Marc au nom des promotions de lutte québécoise pour la plateforme qu'il leur donne à chaque semaine en annonçant les galas et certaines fois même plus. C'est grâce à Blondin que tout ça est possible. Il le remerciait aussi de l'avoir contacté pour faire partie de la toute première émission d'Impact à RDS.

Blondin personnellement a parlé de ses débuts à la télévision avec les Guy Hauray, Édouard Carpentier et Frenchy l'Artiste et de ses années avec Richard Charland.

À la toute fin de l'émission, on a diffusé quelques uns des bons moments de Blondin à RDS. Entre autres, en direct du Power Plant de la WCW à la fin des années 90, on le voit lutter avec Thor et Rick Martel, puis avec Michel Letourneur en ondes et finalement avec Carl Ouellet. On a par la suite donné quelques minutes à Grenier et Blondin, joint par Kelly en studio.

Ce dernier a d'ailleurs lu la note suivante :

« Marc tu as une forte personnalité, tu es attachant ! », disant qu'elle venait du président de RDS, Gerry Frappier. Évidemment, cette note n'a jamais été écrite ou dite par Frappier.

Sylvain Grenier, sur un ton plus sérieux, avouait avoir beaucoup de plaisir à travailler avec Blondin, le félicitant et disant que sans lui, la lutte au Québec ne serait pas arrivée où elle est aujourd'hui.

Je veux bien comprendre que Grenier ait voulu rendre hommage à Blondin, mais en même temps, la lutte au Québec est au même point sinon pire que ce qu'elle était avant qu'Impact arrive en ondes à RDS. Et les deux ne sont pas liés du tout. Certes, cela a permis à Blondin de devenir promoteur et de fonder la ToW, la seule avec Jacques Rougeau qui a le potentiel d'attirer plus de 1000 personnes, mais ça n'a rien changé pour le reste. En fait, il a été prouvé à plusieurs reprises qu'Impact à RDS n'avait aucune influence sur les assistances des shows de lutte en province, pas même ceux de la ToW.

Mais reste que le geste de Blondin de donner de l'exposure aux promotions québécoises est noble, compte tenu qu'il s'agit du seul moment télévisuel que ces promotions obtiennent.

Ce qui est dommage dans tout ça, c'est que RDS n'ait aucunement souligné l'événement. Pis encore, Blondin n'a même pas reçu les félicitations d'un membre de la direction ou du personnel de RDS. Si c'était Chantal Machabée ou Alain Crête, on aurait fait une émission d'une heure, mais pour Marc Blondin, rien. JF Kelly et Blondin lui-même ont donc du prendre les choses en main afin de souligner l'événement et heureusement, leur réalisatrice leur a permis de le faire et d'utiliser de vieux segments de Blondin à RDS.

La phrase la plus marquante dite au cours de cette 1000e est venue de Kelly.

« Marc Blondin est à la lutte à RDS ce que Pierre Houde est au hockey et ce que Jean-Paul Chartrand Sr est à la boxe. »

Cet énoncé est aussi important que vrai et c'est dommage que les gens à RDS ne s'en soient pas rendu compte.
********************************************
WWE
Les bons billets se sont relativement vite envolés pour le Raw à Montréal du 10 septembre prochain au Centre Bell, le retour de Raw après 6 ans d'absence à Montréal. Il y avait une pré-vente le jeudi le 12 juillet, mais comme toute pré-vente normale (exclure ici le UFC), de bons billets étaient gardés pour la vente au grand public du samedi. De plus, des billets sont aussi réservés pour des représentants Evenko qui font affaires directement avec certaines compagnies ou organismes.

Le samedi 14 juillet, il était donc possible d'obtenir encore des billets parterre et des billets dans la section 112 (113 étant en plein centre) par exemple, dans les premières rangées de celle-ci. En date d'aujourd'hui, les deux parterres sont à guichet fermé, le premier niveau de rouge aussi, mais on peut facilement obtenir jusqu'à 8 billets ensemble dans le second niveau de rouge.

310 billets sont présentement disponibles sur Stub Hub, 30 le sont sur billets.com et sur Ebay, c'est assez tranquille, ce qui me fait dire que les billets n'ont pas été achetés par des scalpers, mais bien par des gens qui veulent aller voir leur premier show live peut-être ou sinon y retourner étant donné que les Raw, Smackdown et PPV ont toujours eu la cote versus les house shows. Le dernier Raw était combiné avec un Smackdown (SuperShow) et avait attiré 13 500 personnes le 18 septembre 2006. Personnellement, je m'attends à une foule oscillant autour des 12 000 personnes.

ROH
Le 14 juillet dernier à Milwaukee, le champion mondial de la ROH Kevin Steen luttait en équipe avec Jimmy Jacobs face aux Briscoes. Le match a terminé par un double compte à l'extérieur, mais finalement Jim Cornette a autorisé aux lutteurs de continuer, mais avec la stipulation où tout est permis. Mark Briscoe a sauté du deuxième palier sur Steen qui était étendu sur une table et a donné à Jacobs un marteau pilon pour la victoire. Après le match, Steen a attaqué les deux frères avec sa ceinture et lorsqu'il est venu pour faire son Package Piledriver, Rhett Titus est venu pour l'arrêter, dans ce qui pourrait être le début d'un push en simple pour l'ancien champion par équipe.

PWG
Le 21 juillet, lors de Threemendous III, Kevin Steen a défendu avec succès son titre de la PWG face à Willie Mack. Du même coup, les Super Smash Bros. ont également défendu avec succès leurs titres, une première défense pour eux, dans un 3-way ladder match face aux Young Bucks et à Future Shock (O'Reilly & Cole).

Dans le combat de Steen, Brian Cage, qui avait défié préalablement quiconque serait champion à la fin du match, est intervenu sur les deux adversaires, pendant que l'arbitre était sonné. Un angle est donc à prévoir entre Steen et Cage, peut-être même un 3-way avec Mack.

Le combat par équipe fut pour sa part phénoménale. Selon plusieurs fans sur place, il s'agit du meilleur match sur la carte (sinon 2e derrière B-Boy vs Drake Younger) et vaudrait le DVD à lui seul. Stupefied et Player Uno n'arrêtent plus d'accumuler les matchs de la soirée depuis leur arrivée à la PWG, il n'est donc pas surprenant qu'ils aient les titres et les finales également.

Les 1er et 2 septembre prochain, la PWG sera à nouveau l'hôte de l'un des plus gros tournois sur la scène indy, le Battle of Los Angeles, ou communément appelé, BOLA. Déjà annoncé pour la première ronde, El Generico vs Adam Cole et Kevin Steen vs Ricochet. Il s'agira d'un 8e BOLA pour Generico qui a remporté le tournoi l'an dernier et d'un 6e pour le champion de la PWG. Comme il s'agit d'un tournoi en simple, il est improbable que les Super Smash Bros y soient, à tout le moins, pas dans le tournoi comme tel.

Dragon Gate USA/Evolve
Les Super Smash Bros ont été ajoutés aux deux shows de Dragon Gate USA les 28 et 29 juillet prochain. Le 28 à Taylor, Michigan, ils vont affronter The Scene (Caleb Konley & Scott Reed) tandis que le 29 à Chicago, ils feront face à Arik Cannon & Pinkie Sanchez. Il s'agira de leurs débuts avec Dragon Gate USA. El Generico sera aussi sur ces deux cartes. Il fera équipe avec Samuray Del Sol face à l'équipe composée de Cima et AR Fox lors du premier show et il fera face à Akira Tozawa lors du second. Ce dernier sera accompagné de Christina Von Erie, celle-là même qui avait challengé et frappé Generico dernièrement afin de mousser ce combat. Les deux galas seront disponibles sur iPPV.

Dragon Gate USA offre aussi des séminaires avec Tozawa, au coût de 149$ pour une et 199$ pour les deux journées. Ceux qui se seront distingués auront la possibilité de faire partie des galas comme tels. Avis aux lutteurs québécois qui veulent se faire connaître.

CHIKARA
3.0 seront sur la carte du 28 juillet à Portland ainsi que sur celle du 29 à Everett au Massachusetts. Sur cette dernière carte, ils feront équipe avec Gran Akuma face à The Batiri. Ils font aussi officiellement partie du Kings of Trios, bien que leur partenaire n'ait pas encore été décidé. Le Kings of Trios aura lieu les 14-15-16 septembre à Easton, PA et est le show le plus en vue de CHIKARA à chaque année. L'an dernier, 3.0 avait fait équipe avec El Generico. Parmi les équipes annoncées, notons la présence de l'une des meilleures lutteuses de tous les temps, Manami Toyota, de même que l'équipe composée de Warlord, Barbarian et Meng (King Tonga).

Lutte féminine
Le match de Femmes Fatales VIII entre Cheerleader Melissa et Hailey Hatred a été l'objet d'un reportage de deux pages dans le Inside Wrestling/The Wrestler. Le match est certes l'un des meilleurs cette année sur la scène québécoise et la journaliste met vraiment en avant-plan la lutte qui fut offerte par ces deux compétitrices de renom. Si au début, les gens ne savaient pas trop comment réagir, par la fin de celui-ci, ils étaient en extase devant l'exhibition de lutte présentée devant leurs yeux.

L'article ne fait pas beaucoup mention des lutteuses locales et ce fut un irritant pour certains autour de l'organisation. Cependant, il faut voir la chose au sens large et surtout être conséquent dans la philosophie de la compagnie. Depuis un an, les lutteuses locales n'offrent pas les performances souhaitées lors des galas et les lutteuses de l'extérieur ont pris de plus en plus de place. On pourrait débattre sur le fait que certaines filles de l'extérieur telles que Rush, Melissa, Martinez, Perez et quelques autres sont devenues locales ou régulières par la force des choses, mais reste que les Québécoises, pour employer un terme clair pour tous, ont connu un dernier 12 mois en dents de scie, en excluant bien entendu LuFisto, Kalamity et Sweet Cherrie. Or, si Femmes Fatales est sereine dans sa décision de mettre à l'avant-plan des filles de l'extérieur, elle doit aussi être sereine avec un article qui ne mentionne pas ou à peine les Québécoises.

L'envers de la médaille, et c'en est tout un, c'est que le la publication sœur du PWI a quand même consacré deux pages sur un match qui s'est déroulé à Montréal pour Femmes Fatales. Ce n'est pas rien. À une certaine époque, cet article aurait valu de l'or, mais encore aujourd'hui, Inside Wrestling/The Wrestler et le Pro Wrestling Illustrated demeurent les magazines indépendants les plus lus sur la lutte professionnelle. Surtout que ces publications sont en processus de diminuer le nombre de pages parce qu'il faut l'admettre, les magazines n'ont plus la cote d'antan et si la compagnie veut continuer à offrir un bon produit elle doit couper à quelque part. À part Ring of Honor, peu de promotions indépendantes ont eu la chance d'avoir ce genre de couverture médiatique. En fait, Femmes Fatales devient la première promotion québécoise depuis l'ère indy à recevoir ce genre de présence dans ces revues. Même la IWS n'avait pas réussi tel exploit et la NCW n'a jamais été plus loin que d'être une des promotions dont on fait le profile dans une édition spéciale, tout comme des dizaines et des dizaines de promotions, plus ou moins importantes. Il s'agit donc d'une couverture gratuite et très positive, qu'on parle de Québécoises ou pas.

Comme mentionné dans mes chroniques précédentes, la nouvelle compagnie de lutte féminine, SHINE, qui a présenté son premier show le 20 juillet prochain sur iPPV, pourrait bien faire venir quelques lutteuses québécoises éventuellement. Si certains pensaient que ça ne serait que des lutteuses de la Floride et du sud des États-Unis, et bien ce ne sera pas le cas alors que Allysin Kay et Cherry Bomb étaient de la partie. Alors il ne sera pas impossible d'y voir peut-être une LuFisto ou une Kalamity dans un futur rapproché.

Avec les récents départs de Lauren Williams (Angelina Love), de Jamie Szantyr (Velvet Sky) et de Kia Stevens (Awesome Kong, Kharma) respectivement de la TNA (pour les deux premières) et de la WWE, il ne sera pas surprenant qu'elles soient bookées lors des prochains galas de Femmes Fatales. Ces nouvelles arrivent peut-être trop tard pour le show de novembre, mais en mars ou en juillet prochain, cela pourrait être une belle alternative. Kong on s'en souvient a déjà lutté à trois reprises à Montréal, face à LuFisto pour la ALF, à la ToW encore face à LuFisto et le lendemain, à Femmes Fatales contre Anna Minoushka. Williams pour sa part est déjà venue à Montréal alors qu'elle avait accompagné Eric Young à un show de la PWF au Medley. Les deux formaient un couple à l'époque. Szantyr n'a jamais performé au niveau indy dans la Belle Province. Le tout dépendra du prix que chacune coute. La dernière fois que Williams était partie de la TNA (pas pour très longtemps), elle chargeait un prix de fou. Cependant, en mars ou juillet prochain, le prix pourrait être beaucoup moins élevé et néanmoins, elles demeureront des noms relativement connues. À moins bien sûr que les deux anciennes de la TNA ne signent avec la WWE.

NSPW
Il m'a été confirmé que malgré la signature de Chavo Guerrero Jr avec la TNA, son engagement avec la NSPW pour le mois d'octobre prochain face à Stupefied sera respecté. Ce qui est encore mieux pour la promotion de Québec, étant donné que Guerrero Jr sera de retour dans le « mainstream » de la lutte professionnelle.

NCW
Selon l'information que j'ai obtenue, on ne devrait plus voir de matchs de Femmes Fatales à la NCW lors de leurs shows réguliers (mis à part les spotshows), les matchs ne levant pas assez étant donné que ce n'est pas la même foule du tout. Pour un fan de lutte régulier, il lui en faut habituellement beaucoup pour qu'un match de femmes l'intéresse et la NCW ne peut présenter des batailles à la LuFisto vs Kalamity à chaque show. Le match entre Kalamity et Portia Perez à Challengemania est certainement ce qui a sonné le glas.

Dans ce qu'il faut s'attendre cet automne, des rivalités entre Mach 1 et DNA, entre Cobra et Jay Phenomenom et entre Alextrême et OzmoZis, en plus de voir plus régulièrement Billy Gibson et Highlight Reel, ces derniers qui opposés aux champions pourraient voler le show à tous les soirs.

ToW
La ToW présentera plusieurs galas au cours de l'été. Le 29 juin dernier, au Centre Premier Tech de Rivière-du-Loup, elle a attiré une foule estimée à 1500 personnes. Ce qui est une excellente foule surtout qu'il ne s'agissait pas d'un festival ou d'un camping. Les promoteurs locaux ont surement fait un travail colossal pour obtenir autant de fans. Le show a même eu une couverture médiatique avec la station locale de TVA. Dans le reportage, on mentionne principalement que la lutte est encore populaire à Rivière-du-Loup (et dans bien d'autres endroits, ils sont juste mal exploité) et on met beaucoup d'emphase sur les lutteurs locaux qui ont offert un bon match devant une foule vendu d'avance. Les quatre lutteurs pourraient selon mes informations bien performer au niveau indy à Montréal, mais ne s'approcheraient en rien d'un statut de main-event, voir même de mid-carder avec des promotions comme la NCW, ToW ou NSPW.

Le promoteur Marc Blondin y est allé de cette déclaration : « Ils veulent tous lutter pour la TOW. Tout le monde veut lutter pour nous autres. On a des critères, on a une école, faut que tu sois bon, faut que tu sois capable de performer, mais les meilleurs sont avec nous autres. » Je comprends pourquoi il dit ça, il n'est certainement pas pour dire le contraire, par contre les Steen, Generico, Stupefied, Uno, Silva et LuFisto n'y étaient pas. Mais il est vrai que le line-up de la ToW est tout de même de qualité.

Le lendemain, la ToW était au Centre Rousseau de St-Jean-Port-Joli, mais comme toute bonne chose à une fin, il n'y avait que 250 fans au show. Sylvain Grenier, qui était fortement grippé a lutté en tant qu'Iceman dans le premier match face à Mystery et ensuite dans la bataille royale en tant que lui-même.

Le 14 juillet, la ToW produisait un gala au populaire Beach Club de Pointe-Calumet. Une foule estimée entre 300 et 400 personnes par les gens présents, mais un peu plus selon la promotion, se sont présentées pour accueillir certaines anciennes vedettes de la WWF. En effet, le toujours populaire Koko B. Ware ainsi que Tatanka étaient les invités. Koko a défait Buxx Belmar tandis que Tatanka a défait Darkko. Belmar en particulier à bien performé.

Ils ont aussi fait un angle avec le titre de la promotion alors que Grenier et Samson ont tous les deux battu Franky the Mobster. La direction de la ToW a donc décidé de rendre le titre vacant et a annoncé qu'un combat entre Grenier et Samson aurait lieu au Centre Pierre-Charbonneau le 21 septembre prochain, dans une cage, avec nul autre que Rowdy Roddy Piper comme « special enforcer ». J'espère vraiment que la promotion diffusera le match de samedi dernier avant le match de cage du 21, pour que les fans comprennent pourquoi le titre est vacant. Ils auraient eu de la difficulté avec la caméra vidéo et n'aurait pas pu capter le match au complet, mais à tout le moins, ils ont la séquence finale.

La promotion a aussi ramené les titres par équipe alors que l'équipe composée de Handsome JF et Carl Leduc ont défait Dru Onyx et Éric Mastrocola. Après le match, les heels ont jeté les ceintures aux poubelles disant qu'ils étaient pour défendre les titres lorsque la ToW aurait des ceintures décentes. Les titres par équipe de la compagnie sont effectivement assez pauvre en termes de qualité et c'est une des raisons pourquoi je poussais beaucoup pour qu'ils soient retirés du temps que j'étais le booker de la compagnie. Je persiste à dire cependant qu'ils n'ont pas besoin de champions par équipe, surtout que le titre ne vaut rien en ce moment, changeant de mains constamment en plus d'avoir été vacant à quelques reprises.

Sur la carte initiale, le 4-way par équipe devait opposer Hightlight Reel vs Les Latinos vs Surfer Mitch & Jeremy Prophet vs Travis Toxic & Leon Saver. La raison derrière le retour du Prophet avec la ToW était qu'il devait vendre au moins 50 billets pour l'événement. La direction l'a mis en équipe avec Mitch car il était le seul qui voulait faire équipe avec lui. Cependant, les relations entre Prophet et Saver (et plusieurs autres lutteurs au Québec remarquez) ne sont pas très bonnes et on ne voulait opposer Saver à Prophet alors pour se faire, on avait changé le match pour qu'ils luttent en équipe. Si un lutteur ne fait pas confiance à un autre lutteur, il est alors préférable de lutte avec que contre, surtout si on n'a pas de manœuvres en équipe prévues.

Finalement, Prophet n'était pas au gala. Une histoire selon laquelle il était pris avec sa voiture dans la région de Boston a surgi, mais il y a aussi le fait qu'il n'avait pas vendu un seul de ses billets. (il n'avait pas à vendre les 50, seulement 10, mais avait mentionné à la promotion qu'il était capable d'en vendre autant) Le match fut changé encore une fois alors qu'on a fait appel à Urban Miles pour faire équipe avec Leon Saver, une équipe déjà établie à la NCW et on a jumelé Mitch et Toxic, les champions par équipe de la NCW, ce qui fait beaucoup plus de sens et c'est ce qui aurait dû être booké dès le départ. Il serait maintenant surprenant de voir Prophet avec la ToW dans un avenir rapproché.

Ce qui est aussi troublant, c'est que le show n'a pas été filmé pour être vendu en DVD. Ce que je ne comprends pas là-dedans, c'est qu'ils font deux angles qu'ils vont continuer lors de leurs prochains galas, ils font venir deux anciennes vedettes de la WWF et ne veulent même pas capitaliser sur des revenus supplémentaires en vendant le DVD ? C'est un non-sens. Surtout qu'il va y avoir 3-4 fois plus de gens le 21 septembre, toutes des personnes qui n'auront pas vu le show et qui pourraient être intéressés d'acheter le DVD. On dit du côté de l'organisation qu'on ne voulait pas mettre le surplus monétaire pour produire le DVD, mais malgré cet argument, j'ai de la difficulté à comprendre. À défaut d'être à la télévision, la distribution DVD demeure le revenu extérieur le plus important pour une promotion qui prend le temps de bien gérer cette partie là. Cependant, la ToW n'a jamais mis l'emphase là-dessus, malgré le fait qu'elle l'est la promotion masculine avec le plus de star power à chacun de ses shows. Avec ce manque au niveau de la distribution et production de DVD, la ToW se prive facilement de quelques milliers de dollars en profit à chacun de ses gros shows et celui du Beach Club, bien que différent des autres, est était un.

Les dirigeants de la promotion s'attendait à une foule d'environ 700-800 personnes alors il y a une certaine déception de leur côté. Il en coutait 25$ pour entre sur le site du Beach Club et assister au show. Par contre, quelqu'un pouvait aussi juste payer une entrée pour le Beach Club et ne pas assister au gala. Dans l'après-midi (le show débutait à 16h), la ToW a fait des annonces pour inciter les gens du Beach Club à payer la différence et y assister.

Le 27 juillet, la ToW sera à la Zone Portuaire Saguenay à Chicoutimi avec Koko B. Ware, Sylvain Grenier, Darkko, Dru Onyx, Handsome JF et Franky the Mobster, le 28 au Festival Western de St-André-Avelin avec les mêmes lutteurs d'annoncés sauf Koko B. Ware et le 14 septembre, elle sera au Top Shot Resto-Bar de Lachute. Paul Leduc sera également de la partie lors du gala du 27 juillet.

Spectacles Jacques Rougeau
Dans une entrevue que Jacques Rougeau a accordé récemment, à la question si son livre était pour être traduit en anglais comme il était supposé, il a répondu qu'il n'était plus sur, car cela lui coûterait cher. C'est la première fois que Rougeau laisse envisager cette possibilité. Je ne connais pas les chiffres exacts, mais il n'a pas encore vendu la totalité de ses 3000 copies de la version francophone et j'imagine que la non publication anglophone du livre a aussi à voir avec cela

C*4
Le 17 août prochain, la deuxième édition de Fighting Back 2 : Wrestling With Cancer sera présentée à Ottawa. Il s'agit d'un gala où les fonds vont à la Société Canadienne du Cancer et est organisé par Mark Pollesel (C*4), Nicolas Dansereau, Marc Dionne et Michael Woods (ISW). L'idée est venue suite au décès de leur ami et lutteur Phrank Morin le 1er avril 2011, dès suite de cette terrible maladie. L'édition de cette année verra entre autres Stu Grayson (Stupefied) vs Player Uno, l'ancien lutteur de la WWE et combattant de MMA Bobby Lashley en équipe avec Josh Alexander contre Tyson Dux et Sebastian Suave, Michael Elgin face à l'ancien lutteur de la WWE et membre de la Dynastie Hart, Harry Smith et d'autres matchs seront annoncés bientôt. L'an dernier, avec Tommy Dreamer, Low Ki et Cheerleader Melissa, le gala avait amassé 10 000$.

Ici et là
Le 5 août prochain, aux Foufounes Électriques, BattleWar présentera son 3e gala. Quelques matchs sont déjà annoncés. Notons 3.0 vs Super Smash Bros, une reprise d'une vieille rivalité et de ce qui avait été le meilleur match du dernier show de la IWS, Franky the Mobster & Giant Tiger vs Twiggy & Sexxxy Eddy dans ce qui devrait être un classique en son genre, Surfer Mitch vs Toxic et El Generico face à Buxx Belmar pour la toute première fois.

Le 1er septembre prochain, Scott Steiner va affronter Jeremy Prophet à Hawkesbury en Ontario pour la Hannibal Pro Wrestling. Sur la même carte, Sexxxy Eddy fera face à Lanny Poffo.

L'ancien champion de la GEW David Knox, qui s'était blessé au genou lors de Challengemania 20, en aurait pour 3 mois avant de retourner dans le ring.

Pour ceux qui ont remarqué le retour de Vanessa Kraven sur certaines cartes de lutte récemment, elle n'est pas intéressée à effectuer un retour complet à la lutte. Elle lutte présentement pour BattleWar et C*4 parce qu'elle a plusieurs amis, des anciens de la IWS dans ces deux promotions, mais n'est pas pour l'instant intéressée à lutter pour Femmes Fatales. Ceci dit, j'ai entendu qu'elle viserait peut-être plus haut encore. Kraven est certainement la lutteuse du Québec avec le plus de potentiel étant donné sa stature impressionnante (6 pieds et 200 livres). Elle n'a cependant jamais eu le désire de percer davantage par le passé, avant que les blessures ne viennent la hanter.

Samedi le 28 juillet, certains humoristes de la relève présenteront un show de lutte intitulé HumourMania. Mené par Frank Grenier et Martin Vachon, deux humoristes qu'on a pu voir dans l'émission « En route vers mon premier gala Juste pour Rire » au Canal Vox, la liste d'humoristes pour ce show sera complétée entre autres par Martin Malette, Gabrielle Caron, le trio féminin les Nanas Coustiques et Korine Côté, qui vient de se produire au gala Fuck Les Variétés de Mike Ward et qui a reçu une ovation debout suite à son numéro sur les Mac. Le concept sera simple alors que les humoristes feront face à des lutteurs de la NCW, tels que Buxx Belmar, Jay Phenomenom et Mary Lee Rose. Le show aura lieu au dans le cadre du Zoofest, dans les festivités entourant le Festival Juste Pour Rire. JF Kelly sera à l'animation en compagnie de la découverte 2012 du Grand Rire, Olivier Martineau, alors que le plus récent vainqueur d'En route, Yanick De Martino, agira comme arbitre. Les humoristes en questions prennent ça très au sérieux et ils pratiquent leurs matchs depuis plusieurs vendredis à la salle de la NCW. Quelqu'un qui a assisté à la pratique générale lundi dernier m'a affirmé que les humoristes étaient prêts et qu'ils seraient surprenants bons dans leur rôle d'un soir. Vachon, qui est aussi comédien et qu'on a pu voir dans plusieurs séries et publicités, Grenier et Malette sont des fans de lutte qu'on a vus à plusieurs galas de la NCW dans la dernière année et sont évidemment des fans de lutte à la base. Certains ont même fait des numéros sur la lutte et la NCW dans certains de leurs shows hebdomadaires dans les bars et pubs où ils performent. Le tout ara lieu au Toit Rouge dans le Quartier des Spectacles.

Mick Foley présentera son show de stand-up comic à 3 reprises au mois de juillet dans le cadre des festivités entourant le Festival Juste Pour Rire. Il sera donc au Cabaret Underworld, 1493 Ste-Élizabeth, les 25, 27 et 28 juillet prochain. La critique du 25 juillet est très positive, mais on doit être un fan de lutte à la base pour bien comprendre les blagues.

Toujours concernant Juste Pour Rire, Marc-André Boulanger (Franky the Mobster) a participé au numéro d'ouverture du gala animé par Stéphan Bureau, le gala du 30e anniversaire, diffusé vendredi le 13 juillet dernier. Il performait dans un segment vidéo où il jouait le rôle d'un gladiateur qui voulait s'en prendre à Paquin et Bureau. Mais le numéro demandait aussi qu'il fasse une apparition sur scène, comme s'il sortait de l'écran. La meilleure façon de le comprendre est de visualiser le type de numéros que les Chick and Swell font, car ce sont les mêmes gars derrière ce numéro, Les Satiriques, qui avaient aussi fait celui du Bye Bye 2011.

Le segment vidéo avait été tourné il y a deux semaines sur un terrain de baseball avec seulement un green screen, une façon de faire que Boulanger n'était pas encore habitué de travailler avec. Il a cependant adoré cette première expérience. La partie devant public a été faite à deux reprises le jeudi 12 juillet, mais il s'agissait de rodage ou d'une répétition devant public d'une certaine façon. La captation télé avait lieu le vendredi, mais comme tous les gros shows Juste Pour Rire, deux représentations ont eu lieu. Dans le segment, on surnomme Boulanger de « christie de gros Gladiateur! ».

Dernièrement, Boulanger a aussi tourné pour une télésérie du nom de Being Human et dans une Web télé pour enfants, Mon beau-père est un extraterrestre. Il va aussi se produire dans une pub radio en français pour la compagnie Samsung.

J'avais un peu de retard sur une mortalité dans le monde de la lutte.

Del Skinner (Delmarnet Skinner) est décédé le 10 mai dernier à l'âge de 70 ans. Dans les années 70, il luttait à Montréal, principalement pour les As de la Lutte. Il était au maximum un mid-carder, mais plus souvent qu'autrement, jouait le rôle ingrat du jobber. Il a lutté contre de nombreux adversaires en carrière, bien évidemment, des lutteurs tels que Raymond Rougeau, Spiros Arion, Jay Strongbow, Pierre Lefebvre, Dominic Denucci, Mitsuo Yoshida, Paul Leduc, Tony Baillargeon, Leo Burke et bien d'autres. Il a aussi évolué dans les Maritimes pendant ces mêmes années.

« Il avait du potentiel, mais il ne luttait pas assez souvent pour vraiment s'améliorer, de dire Paul Leduc. Il travaillait au CP ou au CN et il ne pouvait pas venir sur la route. », se souvient-il. « Il luttait aux alentours, comme Granby, Drummondville, ce genre de places là, qui se faisaient bien de Montréal. », confirme Gino Brito. Il avait quelque peu lutté aussi pour Lutte Grand-Prix. « J'avais convaincu Yvon Robert Jr de le mettre en équipe avec Roy Calendar, parce que les deux étaient des hommes de couleurs avec un physique très développé, mais finalement, ça n'a pas fonctionné. », ajoute Leduc.

Originaire de Bridgetown, dans les Barbardes, il était né le 9 décembre 1941. Il laisse 4 sœurs, son épouse, son fils et deux petites-filles dans le deuil. Ses funérailles ont été célébrées les 17 et 18 mai dernier, sur la rue Sherbrooke Ouest, lui qui habitait encore Montréal.

Paraitrait-il que la CRW regarde pour faire quelques galas à leur ancienne salle sur Baldwin. Je ne connais pas les raisons exactes, mais la seule que je vois serait de voir s'ils pourraient attirer plus de gens qu'à leur salle actuelle. La CRW, malgré une très bonne qualité de lutteurs et la présence de lutteurs de renom n'arrive pas à attirer ce qu'elle pourrait peut-être ailleurs depuis qu'ils ont déménagé leurs pénates sur des Grandes-Prairies. D'ailleurs, personne n'ait arrivé à attirer une foule respectable dans cette salle, pas même C*4.

L'ancien lutteur acadien de la WWF et qui a aussi longtemps lutté pour les Spectacles de Lutte Jacques Rougeau, Robert « Kurrgan » Maillet, va jouer l'un des principaux rôles de méchants dans le film « The Mortal Instruments ». Maillet a aussi joué dans Sherlock Holmes et 300.

Une page d'histoire…
Il y a 55 ans, le 17 juillet 1957, Killer Kowalski remportait le titre reconnu par la Commission Athlétique de Montréal pour la 11e fois, alors qu'il défaisait Gene Kiniski au Stade Delorimier devant 21 851 fans, l'une des plus importantes foules de l'histoire du territoire. Le fondateur du Cauliflower Alley Club, Mike Mazurki était l'arbitre.

Il y a 40 ans, le 17 juillet 1972, Les As de la Lutte attirait ce qui était à l'époque la plus grosse foule de l'histoire de Montréal, 26 137 personnes, au Parc Jarry. Les trois finales étaient Raymond Rougeau face à Don Serrano, Jacques le père qui défait The Sheik pour remporté le titre et Johnny Rougeau face à Abdullah the Butcher en grande finale. Le show, qui a généré des recettes de 101 650$, a depuis été battu en termes de foule par le show que Grand Prix a produit 12 mois plus tard au même endroit.

Il y a 50 ans, le 23 juillet 1962, Killer Kowalski battait Johnny Rougeau afin de remporter le titre de Montréal pour une 14e fois, un record qui ne sera jamais battu.

Il y a 30 ans, le 26 juillet 1982, la lutte revenait au Forum de Montréal après 6 ans d'absence, alors le Géant Ferré affrontait Stan Hansen et Dino Bravo faisait face à Abdullah the Butcher. Bravo avait été suspendu pour avoir frappé l'arbitre spécial Yvon Robert Jr. Le show attirait 14 175 fans. Le dernier show au Forum avait opposé Jean Ferré à Ivan Koloff, le 5 avril 1976, dans les derniers milles des As de la Lutte.

Anniversaires
Le 12 juillet dernier, l'ancien lutteur et agent de la WWE René Goulet célébrait ses 80 ans. Joint au téléphone, il avait l'air d'être assez à l'aise d'atteindre ce plateau.

« J'ai peut-être 80 ans mais j'ai joué une ronde de golf aujourd'hui et je voulais jouer en bas de mon âge. J'ai presque réussi avec un 82 ! », affirmait-il fièrement.

Le 13 juillet, El Generico célébrait ses 10 ans dans le monde de la lutte professionnelle.

Le 19 juillet, l'ancien lutteur Frenchy Martin célébrait ses 55 ans.

Le 21 juillet, l'ancien lutteur Neil Guay, mieux connu sous le nom du Bourreau ou The Hangman, fêtait ses 70 ans.

« Entendu » sur Twitter
L'histoire d'amitié virtuelle entre Dwayne Johnson (The Rock) et Kevin Steen a connu un nouveau rebondissement dernièrement.

Steen avait indiqué sur son compte Twitter qu'il avait maintenant 15 000 abonnés et qu'il approchait le nombre de The Rock.

Ce à quoi Johnson a répondu :

« But you have millions of followers in spirit brother.. MF'N #ROHWorldChamp »

Lorsque quelqu'un a demandé à Johnson d'où il connaissait Steen, il a répondu ceci :

« My boy @TheCurtHawkins introduced me to Steens matches. Been a fan ever since. #Innovator »

Pour conclure cette discussion, Steen a rétorqué qu'à son tout premier combat, il avait fait un People's Elbow et lorsqu'il a envoyé son protecteur de coude dans la foule, quelqu'un lui a renvoyé dans le ring. Alors, il n'avait autre choix que d'innover!

Si vous avez des questions ou commentaires, n'hésitez pas à communiquer avec moi au patric_laprade@videotron.ca, via les réseaux sociaux au www.facebook.com/patlaprade et www.twitter.com/patlaprade, ainsi que sur mon site Web au www.lutte.com

Le livre sur l'histoire de la lutte professionnelle au Québec, intitulé « Mad Dogs, Midgets and Screw Jobs : The Untold Story of How Montreal Shaped the World of Wrestling » et écrit par Pat Laprade et Bertrand Hébert, sera disponible à compter de février 2013. Il est présentement disponible en pré commande sur au www.amazon.ca