Patric Laprade mercredi, 30 janv. 2013. 14:29

Pour la première fois depuis Pierre-Carl Ouellet en 1993, la World Wrestling Entertainment a signé un lutteur indépendant provenant du territoire de Montréal. Après de nombreuses rumeurs, questions et désinformations, selon ce que le RDS.ca a appris, il est maintenant confirmé que le Montréalais El Generico a signé un contrat avec la WWE et qu'il va joindre les rangs de NXT à Tampa en Floride dès le début février.

 

Generico a reçu un cadeau de Noël avant son temps lorsqu’il a signé en décembre un contrat de développement, apposant sa signature à côté de celle du Vice-Président Exécutif du Personnel, Paul Levesque. À ce moment-là, les tests physiques et les demandes de papiers légaux étaient les seuls choses à régler avant que le tout ne soit confirmé. 
 
Mais le 9 janvier dernier, la machine à rumeur s’est emparée de la nouvelle beaucoup plus tôt que prévu lorsqu’un site Web relié à la lutte a publié que Generico avait signé avec la WWE. Comme on l’a entre autres appris dans le cas de Nigel McGuinness, rien n’est jamais officiel avec la WWE tant et aussi longtemps que les tests physiques faits à Pittsburgh en Pennsylvanie ne sont pas passés. De plus, pour un lutteur qui n’habite pas les États-Unis, il a aussi besoin de papiers légaux lui permettant d’y gagner sa vie. Alors au moment où la « nouvelle » fut publiée, rien n’était encore officiel, loin de là.
 
Heureusement pour le « Generic Luchador », les résultats des tests sont revenus positifs et il n’a eu aucun problème avec son permis de travail. Or, il est maintenant officiel qu’au début de février, El Generico sera en route vers Tampa.
 
Rami Sebei a commencé à lutter à Montréal en 2002, ayant entre autres son 2e match en carrière pour la FLQ, promotion de lutte de l’ancien bûcheron Paul Leduc. Il a lutté sous le personnage d’El Generico pour la toute première fois à l’été 2002 pour la IWS, dans ce qui était à la base une gimmick qui ne devait être qu’une histoire d’un soir. Son premier combat d’importance arriva à la IWS, alors qu’il affronta l’ancien champion par équipe de la WWE Pierre-Carl Ouellet et un jeune Kevin Steen. Generico était sans savoir que ce n’était pas dernière fois qu’il croiserait le fer avec Steen. 
 
Le match qui fera découvrir Generico aux fans américains se déroula à l’automne 2004, dans un 4-way match contre Exess, Sexxxy Eddy et Steen. Le match fut voté le meilleur de l’année à la CZW et les fans étaient conquis. Par la suite, il est devenu un régulier pour des promotions telles que la PWG à Los Angeles et ROH, deux promotions pour lesquelles il a remporté de nombreux titres. Puis, ce fut le début de la conquête du monde pour Generico. Le Japon, l’Australie, le Pérou, l’Allemagne, la Russie, la France, l’Angleterre et même la Suède font partie de la liste impressionnante de 29 pays dans lesquels il a lutté. Lui et Kevin Steen furent votés parmi les meilleures équipes au monde en 2007, 2008 et 2009. Sa rivalité avec Steen en 2010 fut pour sa part votée la meilleure à l’échelle mondiale. 
 
<b>Pas signé avant à cause de la TNA</b>
L’intérêt envers El Generico remonte au mois de juin dernier. Mais ce n’était pas le meilleur moment. La TNA poursuivait la WWE et Generico avait lutté dans quelques dark matchs pour la TNA en 2011. La WWE n’a donc pas voulu prendre de chance et la signature n’a pu se concrétiser à ce moment-là. Après plusieurs mois d’échanges et de communications, et puisque la situation avec la TNA était sur le point de se régler, Generico a reçu l’appel qu’il attendait tant.
 
Son dernier match au Québec eut lieu dimanche le 13 janvier pour la toute nouvelle promotion BattleWar. Après son match face à Chuck Taylor, il a remercié la foule à sa manière. Generico a toujours été reconnu pour garder le secret derrière son personnage et il en est resté ainsi jusqu’à la toute fin.
 
« Mes fans de Montréal méritent d’avoir la vérité. Mon vrai nom est…El Generico. Et oui, je quitte. Je retourne au Mexique auprès de ma femme et de mes enfants orphelins! » Si ce match était son dernier au Québec, son dernier match sur la scène indépendante eut lieu le 18 janvier à Calgary. 
 
« Je suis extrêmement heureuse pour El Generico et surtout de la nouvelle administration de la WWE qui ose donner la chance à des personnes passionnées comme lui. En ouvrant ses portes à des personnes comme lui, il semble qu’enfin le travail acharné des lutteurs indépendants avec expérience est récompensé ce qui sera bénéfique pour les fans qui ont soif de changement, expliquait la lutteuse LuFisto au RDS.ca après avoir appris la nouvelle. Ses manœuvres spectaculaires, son dynamisme et surtout son charisme sauront charmer ceux et celles qui ne le connaissent pas encore. Je lui souhaite la meilleure des chances et je suis extrêmement fière qu’un collègue québécois soit parvenu aux plus hauts échelons de notre sport, non pas par ces contacts, mais par ses années d’efforts, de passion et de sacrifices. »
 
<b>Avec ou sans masque?</b>
Il est trop tôt pour savoir ce que la WWE fera avec Generico. Est-ce qu’il portera un masque? Est-ce qu’il va garder son personnage? Personne ne peut savoir pour l’instant. Mais si l’histoire nous a appris quelque chose, c’est que seul CM Punk a été capable de garder sa gimmick et son nom lorsqu’il a signé. Est-ce que cela veut dire que la WWE va jeter aux poubelles l’idée de garder le personnage d’El Generico? Peut-être pas. Mais ce qui est certain, c’est que la WWE vient de mettre la main sur un prospect hors pair, un choix de première ronde pour faire une corrélation bien connue. De plus, Generico parle plusieurs langues, ce qui est un atout dans la lutte d’aujourd’hui et masqué ou pas, il demeure tout un lutteur, qui en fera voir de toutes les couleurs aux fans de NXT et à la direction de la WWE.
 
Si plusieurs voudraient lui souhaiter la meilleure des chances, si d’autres voudraient le féliciter, la majorité de ses fans voudraient certainement lui dire pour une toute dernière fois : « Ole! »
___________________________________________________________
 
Sylvain Grenier et Maryse Ouellet sont les deux derniers Québécois à avoir performé pour la WWE, mais les deux n'étaient pas passées par les indépendantes au préalable. 
 
Sur une note plus personnelle, je me considère chanceux d’avoir pu assister à plusieurs grands moments de la carrière d’El Generico. De son 2e match en carrière, à son dernier match le 13 janvier, en passant par le premier en El Generico et plusieurs de ses combats d’importance à la ROH dont son dernier lors de Final Battle 2012, j’ai été un témoin privilégié de sa carrière. 
 
Pour tous ses fans, veuillez prendre note que notre livre sur l’histoire de la lutte au Québec « Mad Dogs, Midgets and Screw Jobs » contient une biographie d’El Generico en plus de quelques photos. Il est seulement triste que ce testament de l’histoire de la lutte au Québec ait été imprimé avant que cette nouvelle soit publiée.
 
Au nom de tous les fans de lutte du Québec et de tous ceux qui l’ont côtoyé au cours des 10 dernières années, je me fais votre porte-parole afin de féliciter Rami et de lui souhaiter la meilleure des chances.
___________________________________________________________
 
Si vous avez des questions ou commentaires, n’hésitez pas à communiquer avec moi au patric_laprade@videotron.ca, via les réseaux sociaux au www.facebook.com/patlaprade et www.twitter.com/patlaprade, ainsi que sur mon site Web au www.lutte.com 
 
Le livre sur l’histoire de la lutte professionnelle au Québec, intitulé « <b>Mad Dogs, Midgets and Screw Jobs : The Untold Story of How Montreal Shaped the World of Wrestling</b> » et écrit par Pat Laprade et Bertrand Hébert, sera disponible à compter de février 2013 en librairie. Il est cependant présentement disponible au www.amazon.ca. Vous pouvez visiter la page Facebook du livre.