jeudi, 1 janv. 2004. 13:26

« Jaycee », comme plusieurs l'ont qualifié jadis, est aussi surnommé le « Magicien de la ligne bleue» par ses amis de sa région natale, le Saguenay lac-St-Jean. Plusieurs l'associent à la même lignée que les Bobby Orr et Doug Harvey. Comme eux, il fut un défenseur-attaquant, un habile et fin passeur et savait multiplier les ruses pour dérouter ses rivaux.

Né à la Baie le 22 janvier 1939, il se fait vite remarquer au hockey comme un coéquipier efficace et spectaculaire. En 1955-1956, à 17 ans, il enfile 71 buts à titre d'ailier gauche avec le National de Port-Alfred. Il poursuivra ensuite sa carrière à cette position avec le Canadien junior de HullOttawa jusqu'à ce que le défenseur Claude Ruel subisse une effroyable blessure lui fit perdre un œil. Suite à cet accident malheureux, le cours de la carrière de « Jaycee » allait être changée à jamais lorsqu'il fut appelé en remplacement de Ruel à la défense.

En 1957-1958, il participa à la conquête de la coupe Mémorial avec ce même club dirigé par Sam Pollock. Après deux essais avec le grand club de Montréal, il termina finalement sa première saison complète avec le Canadien en 1961-1962. En douze saisons et 794 parties en saison régulière, il obtiendra 363 points dont 57 buts. /1 ajouta 14 buts et 51 aides en 108 matches de séries éliminatoires.

Durant cette importante partie de sa carrière, il participa à cinq conquêtes de la coupe Stanley avant de créer un émoi important chez les partisans du Canadien de Montréal. À l'apogée de sa carrière, Jean-Claude Tremblay quittait le Canadien le 20 juillet 1972 pour les Nordiques de Québec. Il joignait ainsi les Bobby Hull et Gordie Howe dans la création de l'Association mondiale de Hockey (AMH).

Le club de Québec offrait à Tremblay un salaire de 140000$ alors que Sam Pollock lui avait fait une offre de 60000$ avec le Canadien...du jamais vu jusque-là. Il restera sept saisons avec les Nordiques, y jouant 454 matches, produisant 66 buts et récoltant 358 aides. De 1972 à 1979, il en a mis plein la vue aux partisans des Nordiques. Plusieurs affirment que sa présence à Québec a sauvé cette concession durant ses premières années.

En 1976-1977, à l'âge de 38 ans, il aida les Nordiques à gagner la coupe Avco malgré un rein malade qu'il se fera enlever peu après. la maladie eut raison de son increvable volonté dix-sept ans plus tard.

Après plusieurs hommages rendus à Jean-Claude Tremblay par sa ville natale (un centre sportif porte son nom depuis 1980) et par les Nordiques en 1994 à l'occasion d'un match amical entre anciens de cette équipe et ceux du Canadien, c'est au tour du Panthéon des sports du Québec d'accueillir en 2004,cet athlète extraordinaire au sein du Temple de la renommée des sports du Québec.