lundi, 17 nov. 2008. 07:49

Par Paul Foisy - Samedi dernier, les Alouettes de Montréal remportaient la finale de l'Est de la Ligue canadienne de football. Cette victoire leur permet d'affronter les Stampeders de Calgary lors de finale de la coupe Grey qui aura lieu au Stade olympique à Montréal le 23 novembre prochain.

Les Alouettes, dont la naissance remonte à 1946, participent à la finale de la coupe Grey pour la 16e fois de leur existence. Le club montréalais gagne la coupe pour la première fois en 1949 et en 1970 sous la gouverne de Sam Etcheverry. Puis, en 1974 et 1977, les troupiers de l'entraîneur-chef Marv Levy mettent la main sur le trophée à nouveau. Enfin, la dernière fois où les Alouettes méritent la coupe Grey survient en 2002. Après avoir atteint la finale en 2003, 2005 et 2006, les Alouettes remporteront-ils leur sixième Coupe Grey devant leurs partisans?

***

Au fil des ans, le Panthéon des sports du Québec a sélectionné sept personnalités issues du football qui ont été admises au sein du Temple de la renommée des sports du Québec. Consultez notre section « Membres » pour des informations plus complètes à leur sujet.

Léo Dandurand (1892-1964)
Le nom de cet homme d'affaires est synonyme de promotion et de diffusion des sports majeurs au Québec. Au cours de sa carrière, il siège au bureau de direction des Royaux et il est copropriétaire des Canadiens et des Alouettes ainsi que de plusieurs hippodromes.

Trawick, Herb (1921-1985)
Membre des Alouettes de Montréal à leur fondation en 1946, ce colosse de 230 livres passe douze saisons à Montréal. Il participe à quatre finales de la coupe Grey en 1949 et de 1954 à 1956. En 1949, il met la main sur la coupe, une première pour les Alouettes.

Sam Etcheverry
Quart-arrière des Alouettes de Montréal de 1952 à 1960, « Sam the rifle » amène son équipe en finale de la coupe Grey de 1954 à 1956. Après un passage dans la Ligue Nationale de Football, il remporte la coupe Grey en 1970 à la barre des Alouettes.

Peter Dalla Riva
Avec les Alouettes de Montréal de 1968 à 1981, Peter Dalla Riva met la main sur trois coupes Grey et il participe à six parties d'étoiles. En 1981, les Alouettes soulignent sa brillante carrière en retirant le chandail no 74.

Pierre Desjardins
Après ses études universitaires, Pierre Desjardins se joint aux Alouettes de Montréal. Ce joueur combatif porte les couleurs de l'équipe de 1966 à 1971. Nommé capitaine de l'unité offensive, il mène ses coéquipiers à la coupe Grey en 1970.

Terry Evanshen
Ce receveur de passe connaît une impressionnante carrière dans la Ligue Canadienne de Football. Au cours de ses quatorze saisons, il capte 600 passes et marque 80 touchés. Il est nommé huit fois sur l'équipe d'étoiles et remporte la coupe Grey en 1970 avec les Alouettes.

Pierre Vercheval
Pierre Vercheval participe à quatre finales de la coupe Grey au cours de sa carrière dans la Ligue canadienne de football. Il remporte le trophée en 1996 et 1997 avec les Argonauts de Toronto. En 2000, il est nommé joueur de ligne de l'année et il est le premier Québécois à franchir le cap de 200 parties au sein de la LCF.

Bon succès aux Alouettes !

***

Informations diverses

Cette semaine, le Panthéon des sports du Québec vous donne rendez-vous au Pavillon du Panthéon qui aura lieu du 19 au 23 novembre au Village de la Coupe Grey. Cette exposition propose aux visiteurs un avant-goût du Musée des sports du Québec. L'entrée est gratuite et tout le monde est le bienvenu!

« Pour le Panthéon, ce pavillon représente une occasion idéale de conscientiser l'ensemble de la population à l'importance de sauvegarder et de transmettre le patrimoine sportif du Québec. Au cours de ces cinq jours, plusieurs personnalités sportives intronisées nous feront l'honneur de leur présence et seront disponibles pour rencontrer le public en plus de procéder à des séances de signatures d'autographes. » - Edgar Théorêt.

Consultez la page Pavillon du Panthéon pour la présence de certains intronisés lors des séances de signatures.


***

Le 5 novembre dernier, le Panthéon des sports canadiens accueillait en son sein Bruny Surin et Marc Gagnon, tout deux intronisés au Temple de la renommée des sports du Québec depuis quelques années déjà.

***

L'organisme « Éducation physique et Santé Canada » célèbre cette année son 75e anniversaire. Une page du site internet est consacrée à Arthur Lamb, celui que l'on considère comme étant le « Père » de l'éducation physique au Canada. Le travail d'Arthur Lamb a tellement touché le sport québécois, que les dirigeants du Panthéon des sports amateurs du Québec lui ont accordé une place au sein du Temple de la renommée en 1974.

www.eps-canada.ca/75thanniversary/f/index.cfm

Voilà l'essence même de la recherche en histoire du sport. Lorsque la mémoire collective oublie, les chercheurs en histoire peuvent découvrir des personnages et des faits ayant profondément marqué notre collectivité au fil des ans. Pour le Panthéon des sports du Québec, il s'agit de rendre accessible notre patrimoine sportif.

Par son Temple de la renommée et par le Pavillon du Panthéon, ainsi que par le biais de son site internet et de l'aménagement d'un futur Musée des sports du Québec, le Panthéon fait sa contribution afin de faire connaître cet important héritage culturel.

***

Lorsqu'il est question de patrimoine sportif, Maurice Richard demeure l'exemple qui nous permet de souligner toute l'importance du sport au sein de notre culture. Je ne parle pas ici des arts et des lettres, mais bel et bien de culture, notre culture québécoise. Bien sûr, il faut célébrer les exploits et les réussites de Maurice Richard. Mais au-delà des performances de cet athlète extraordinaire, il faut être en mesure d'expliquer dans quels contextes elles ont eu lieu et de quelles façons la population du Québec a fait de Maurice Richard un phénomène de notre culture.

Ces jours-ci, Maurice Richard fils publie, en compagnie de l'auteur Michel Foisy, un nouveau livre sur le Rocket : « Maurice Richard, Paroles d'un peuple ». Il s'agit d'un recueil de 250 témoignages recueillis lors du décès de Maurice Richard en mais 2000.

***

Le 14 novembre à Sherbrooke avait lieu le 14e Gala du rayonnement de l'Université de Sherbrooke. Cette année, huit femmes sur treize lauréats étaient honorées lors de cet événement. Selon un communiqué de l'institution d'enseignement : « La hockeyeuse France St-Louis sera l'Ambassadrice pour la Faculté d'éducation physique. Médaillée d'argent aux Jeux olympiques de Nagano en 1998 et cinq fois médaillée d'or en championnats du monde, elle a régulièrement remporté les titres de meilleure compteuse et de joueuse la plus utile de son équipe, en plus d'avoir été intronisée au Temple de la renommée du Panthéon des sports du Québec en 2003. »

***

Les anniversaires

Le 13 novembre : Naissance de Gilbert Perrault (13 novembre 1950)
Le 22 novembre : Naissance d'Yvan Cournoyer (22 novembre 1943)

***

Bilan du siècle

18 novembre 1926 : Présentation de la première partie du Canadien de Montréal dans son nouveau domicile permanent, le Forum.

Après avoir passé sept saisons à l'aréna Mont-Royal, le Canadien de Montréal emménage de façon permanente dans son nouveau domicile : le Forum de Montréal. Plus de 10 000 personnes assistent à cette première rencontre qui se solde par une victoire des Sénateurs d'Ottawa par la marque de 2-1.

Ce n'est pas la première fois que le Canadien dispute une rencontre au Forum. Il avait tenu sa partie inaugurale dans cet amphithéâtre en 1924 et y a affronté les Maroons, l'autre équipe montréalaise, à quelques reprises. Mais en novembre 1926, le Canadien quitte pour de bon l'aréna Mont-Royal et s'établit définitivement au Forum. Lors de cette soirée, le prix des billets varie entre 50 cents et 2,50 $. Le Canadien demeurera au Forum jusqu'en 1996, année où il s'installera dans un nouveau complexe sportif plus spacieux : le Centre Molson qui porte le nom de Centre Bell aujourd'hui.

Source : Bilan du siècle/Université de Sherbrooke

***

Éphémérides sportives
Recueillies par Daniel Papillon

Il y a 100 ans…

La lutte d'hier soir au parc Sohmer

Mahmout, le terrible Turc, fait un jouet de Yankee Rogers. Il le roule en tous sens, puis le tombe deux fois en 20 minutes.

Le résultat de la rencontre d'hier soir, entre le Turc Mahmout et Rogers, a démontré au public que la réclame faite à la merveille de Pietri n'avait rien d'exagérée. Le lutteur Turc s'est servi de Rogers comme d'un jouet, et les commentaires vont leur train. … Une seule fois, durant la première manche, Rogers parvint à prendre le dessus par une habile manœuvre. Mais ce fut pour un instant, car Mahmout, au grand étonnement de toute l'assistance, se releva en force avec son pesant adversaire sur les épaules.

(Ce combat eut lieu à Montréal malgré le fait que les deux adversaires étaient étrangers)

La Patrie, samedi 21 novembre 1908, p.10.

Il y a 50 ans…

La coupe Grey est devenue un symbole de l'unité nationale

Le hockey est considéré comme notre sport national, mais n'est-ce pas que le football est plus national que le hockey? La grande finale de la coupe Grey prouve bien cet avancé. À cette occasion les amateurs de football de l'Est et de l'Ouest du Canada fraternisent durant les manifestations qui précèdent la joute, encouragent leurs favoris respectifs au cours de cette partie et finalement continuent à se côtoyer amicalement dès la fin de la joute.

Cette grande finale permet aux Canadiens de toutes les régions du pays d'échanger leurs idées et, partout, de mieux se connaître. Cet esprit de solidité nationale ne se voit pas au cours des finales de la coupe Stanley.

La Patrie, dimanche 23 novembre 1958, p.152.