lundi, 25 janv. 2010. 08:34

Par Paul Foisy - Les compétitions de ski acrobatique seront présentées les 13-14-20-21-22-23-24 et 25 février 2010 à Cypress Mountain. Il y aura des épreuves de sauts, de bosses et de ski cross, autant chez les hommes que chez les femmes.

« Le ski acrobatique est un mélange de ski alpin et de figures acrobatiques. Les skieurs ont inventé des figures et des sauts comme les vrilles, l'aigle déployé, la croix de fer et l'hélicoptère. L'engouement pour ce sport a fait boule de neige et c'est ainsi qu'est né le ski acrobatique.

Aujourd'hui, il existe trois épreuves olympiques de ski acrobatique pour les hommes et les femmes : sauts, bosses et ski Cross. »

« Sauts : Les compétiteurs exécutent deux sauts parmi de nombreux qui combinent saut périlleux arrière et vrilles, avec différents degrés de difficulté. Les athlètes sont jugés sur leur envolée, la hauteur et la distance qu'ils atteignent, la forme et la position du corps ainsi que leur équilibre au moment de l'atterrissage. Le skieur qui obtient le meilleur résultat gagne.

Bosses : Les athlètes choisissent un des trois ou quatre différents trajets du parcours de bosses. Après le signal de départ, ils dévalent une pente abrupte sur laquelle se trouve une série de grosses bosses (moghuls) d'une hauteur allant jusqu'à 1,2 mètre et espacées d'environ trois à quatre mètres.

De plus, le parcours comprend deux groupes de « tremplins », un près du haut du parcours et l'autre en bas du parcours. Les skieurs doivent exécuter deux sauts différents de leur choix lorsqu'ils franchissent ces tremplins. L'objectif est d'effectuer la descente le plus rapidement possible tout en réalisant deux sauts sans erreurs techniques ou perte d'équilibre. Les sauts peuvent incorporer des vrilles et des sauts périlleux et les skieurs peuvent s'agripper les jambes ou agripper leurs skis.

Ski cross : La plus récente épreuve olympique du ski acrobatique n'est pas limitée par des structures ni des formats et les départs en groupe donnent lieu à des compétitions rapides et captivantes. Le parcours de ski cross, conçu pour mettre à l'épreuve les habiletés des skieurs, incorpore différents types de virages, des sections plates, des traversées ainsi que des bosses, des virages relevés et des sillons similaires à ceux des pistes de ski traditionnelles. Les structures du parcours sont semblables à celles du snowboard cross. L'endurance et la force sont des éléments clés du ski cross, les athlètes devant effectuer quatre à cinq descentes de 60 secondes ou plus. Toute interférence avec un autre skieur peut entraîner la disqualification. »

Un peu d'histoire

Aujourd'hui, plusieurs types de compétitions de ski attirent l'attention de millions de téléspectateurs lors des Jeux olympiques. Les skis de fond, alpin et acrobatique, le biathlon, les sauts, le combiné nordique et le surf des neiges sont autant de disciplines qui marquent l'évolution de la pratique du ski. Mais au départ, il y a deux planches sur lesquelles on glisse sur la neige. Le ski de fond est ainsi la plus vieille discipline du ski. D'abord utilisé de façon utilitaire, le ski est un mot norvégien, dérivé du terme « skid » qui désignait une lame de bois fendue. Le nom en traduit bien l'origine.

Après la randonnée en raquette de neuf pieds d'un certain A. Birch en 1879, le ski se répand peu à peu dans les différentes régions du Québec. Consultez le texte Série olympique, ski de fond pour plus de détails sur l'apparition du ski au Québec et vous pouvez également lire le texte Série olympique, ski alpin pour un bref historique du ski alpin.

Avant de parler de ski acrobatique, il serait bon de rappeler que dès que des clubs de skieurs s'organisent, on installe des tremplins pour effectuer des sauts. À tel point que pendant les vingt-cinq premières années du XXe siècle, le saut à ski sera bien implanté dans à peu près tous les clubs de skis au Québec. Par exemple, en 1905, les membres du Montreal Ski Club construisent un tremplin de sauts sur le versant sud du Mont-Royal. À Québec, il y aura des tremplins sur le Cove Fields, derrière le manège militaire et sur quelques côtes de la ville. Au fil des ans, la ville de Trois-Rivières deviendra la capitale du saut à ski au Québec. À plusieurs reprises, on y présentera le championnat du Québec et le championnat du Dominion. Lucien Laferté, Jacques Charland et Claude Trahan, des champions sauteurs proviennent de la Mauricie. Mais peu à peu, différentes raisons comme les coûts de fabrication des tremplins et la popularité grandissante du ski alpin marqueront le déclin du saut à ski au Québec.

Mais avec la Révolution tranquille, de jeunes skieurs aimant la vitesse et l'acrobatie émergent un peu partout. D'abord aux États-Unis, où selon Danielle Soucy, certains skieurs disent « au diable les règles, la prudence, les normes, les conventions. » Les « hotdoggers » veulent désormais réinventer le ski.

Au début des années 1970, il s'agit plutôt de professionnels qui donnent des démonstrations et qui prennent part à des concours dans les stations de ski. À l'hiver 1973-1974, d'importantes bourses totalisant entre 100 000$ et 300 000$ seraient versées aux gagnants de compétitions en Amérique du Nord.

Au cours de l'année 1974, le sport se codifie avec la fondation de la Canadian Freestyle Skiers Association. Michel Daigle, un ancien skieur alpin sera un des premiers à s'illustrer dans cette nouvelle discipline qu'il contribuera également à faire connaître. Il sera suivi par son ami John Earl, le fils de la skieuse Rhoda Wurtele. De 1978 à 1981, Earl obtiendra six titres mondiaux, trois pour le combiné (sauts, bosses et ballet) et trois autres en sauts.

Au cours de l'été 1976, à l'initiative de Michel Daigle, les deux comparses, aidés de quelques amis, aménagent un tremplin à Sainte-Agathe-des-Monts dans les Laurentides. Cette rampe permettant aux skieurs d'exécuter des sauts avec réception dans l'eau en toute sécurité fera école. Près d'une cinquantaine de jeunes participeront à un premier camp d'entraînement en juillet. Du côté de Québec, les membres de la famille Laroche s'intéressent également au ski acrobatique. Ils seront suivis par bien d'autres qui s'illustrent en championnat du monde ou aux Jeux olympiques.

Le ski acrobatique sera reconnu par la Fédération internationale du ski en 1979. L'année suivante, on organise les premiers championnats du monde. Cette discipline sera en démonstration lors des Jeux olympiques de Calgary en 1988. Quatre ans plus tard, à Albertville, les bosses deviendront un sport officiel et, en 1994, à Lillehammer, ce sera au tour des sauts de faire leur entrée dans la confrérie olympique. En 2010, à Vancouver, c'est le ski cross qui fera son apparition.

Pour plusieurs, Michel Daigle est considéré comme le père du ski acrobatique au Québec. Après lui, la passion des uns, jumelée aux talents, au travail et au sens du spectacle des autres, permettra la réunion de plusieurs athlètes talentueux sous le vocable de « Québec Air Force ». De ce groupe, Philippe Laroche, Lloyd Langlois, et Niclolas Fontaine seront intronisés au Temple de la renommée des sports du Québec. Jean-Luc Brassard, quant à lui, sera le « boss » des bosses pendant plusieurs années.

Athlètes québécois ayant participé aux Jeux olympiques en ski acrobatique :

David Belhumeur, 1988
Alexandre Bilodeau, 2006
Jean-Luc Brassard, 1992, 1994, 1998, 2002
Josée Charbonneau, 1998
Deidra Dionne, 2006
Nicolas Fontaine, 1994, 1998, 2002
Genevieve Fortin, 1994
Dominik Gauthier, 1998
Jennifer Heil, 2006
Anna Kindy, 1992
Lloyd Langlois, 1994
Philippe Laroche, 1994
Christian Marcoux, 1992
Marc-André Moreau, 1992
Caroline Olivier, 1994, 1998
Ann-Marie Pelchat, 1998
Audrey Robichaud, 2006
Stéphane Rochon, 1998, 2002
John Smart, 1992, 1994
Stéphanie St-Pierre, 2006

Athlètes québécois ayant participé aux Jeux olympiques en sauts à ski :
Laurent Bernier, 1948
Jacques Charland, 1952, 1956, 1960
Gérald Dupuis, 1928, 1932
Leslie Gagné, 1932
Gérard Gravelle, 1960
Ulf Kvendbo, 1968, 1972
Lucien Laferté, 1948, 1952
Zdenek Melz, 1972
Claude Trahan, 1968

En référence :
http://www.rdsolympiques.ca/freestyle-skiing/news/newsid=2853.html#ski+acrobatique
www.vancouver2010.com/fr/
www.olympic.org/
www.zoneski.com
Archives du Panthéon des sports du Québec
Soucy, Danielle. Des traces dans la neige, cent ans de ski au Québec.