lundi, 14 janv. 2013. 07:30

Roy termine 4e et Dion 7e, ramenant ainsi près de 800 000$ au Québec

Texte original sur PrincePoker.com - 14 janvier 2013) -La table finale d'un tournoi aussi prestigieux que le PokerStars Caribbean Adventure suscite l'intérêt en elle-même, mais avec deux Québécois plutôt qu'un y figurant hier, les amateurs étaient nombreux au rendez-vous afin de suivre les performances de Yann Dion et Jonathan Roy! Amorçant cette journée ultime de compétition en 6e et 8e position respectivement, la tâche s'annonçait toutefois ardue afin d'espérer décrocher la cagnotte de champion de 1 859 000$.

Alors que Jerry Wong, meneur en début de journée, semblait incapable de remporter un seul pot, on ne peut en dire autant de Yann Dion, qui sut rapidement prendre de l'aplomb sur cette table finale. Il réussit notamment à doubler son tapis avec AQ contre AJ pour Andrey Shatilov, lui permettant alors de percer le top 4. Quant à lui, Roy absorbait alors quelques grimaces de Dame Chance. Lors d'une occasion rêvée de doubler son tapis notamment, il dut finalement partager un pot de 3M de jetons avec AQ contre A8 all-in preflop, le tableau tombant J-J-T-6-6.

Dion perdu par la suite près de la moitié de son tapis, avec 65 sur un tableau 9-5-4-J-K. Après avoir misé en position au flop et checké au tournant, le Québécois tourna sa main en bluff en posant une mise à la rivière. Joel Micka ne mordit pas toutefois et appela avec T9, remportant un pot de 1.2M de jetons. Micka fut par la suite à l'origine de la première élimination de la journée, celle de Joao Nogueira au 8e échelon (165 900$). Les Québécois prenaient alors les 6e et 7e positions au classement.

Ce fut alors au tour de Dion de jouer de malchance. Poussant son tapis preflop avec JJ, le Québécois se trouva en avance contre K9 pour Shatilov. Or, un tableau 5-6-4-3-7 sépara le pot, empêchant un doublage crucial qui aurait pu tout changer pour Dion.

Fort de quelques all-in non appelés, Roy grimpa au 6e rang devant Dion. C'est d'ailleurs lui, quelques instants plus tard, qui fut à l'origine de l'élimination de son ami. Dion poussa son tapis avec A9 et Roy découvrit AKs, une main parfaite dans les circonstances. Aucune aide au tableau pour Dion et ce dernier termine au 7e échelon, pour 230 000$. Jonathan Roy grimpait alors au 4e rang des six finalistes.

Wong, vraisemblablement remis de son épouvantable départ, fut par la suite à l'origine de deux éliminations simultanées. Détenant AK, il se trouva all-in avant le flop contre J8 pour Andrey Shatilov et A9 pour le Canadien Owen Crowe. Le tableau Q-4-2-4-7 n'aide personne et permet à AK haut de conserver l'avance. Shatilov empoche 325 000$ et Crowe 435 000$. Soudainement, Roy était assuré d'un jour de paye de plus d'un demi-million de dollars!

On ne remporte toutefois pas un tournoi sans gagner plusieurs pile ou face clés, et c'est la situation exacte qui se présenta à Roy quelques mains plus tard. Lors de cette main, Wong ouvre à 200 000 UTG et Roy relance à 460 000 du bouton. Wong décide de remettre la pression sur le Québécois en annonçant une relance à 1M, avant de voir ce dernier lui relancer la balle, après un all-in annoncé à 3.805M. Wong appela instantanément et ouvrit AJ. Roy montra 77.

Le flop 5-8-J fut tout à l'avantage de Wong et la Q au tournant ne laissa plus que deux outs pour le Québécois. Le 2 à la rivière confirma la victoire de Wong dans cette main, éliminant Roy au 4e échelon. Il se mérite 560 000$.

Le jeu à trois se poursuivit pendant de longs instants, avant que ce soit Wong qui fasse les frais d'un pile ou face crucial ne tournant pas à son avantage. Détenant la meilleure paire contre un tirage à la couleur au flop, il poussa tous ses jetons au milieu dans un gigantesque pot contre Joel Micka. Ce dernier ne trouva pas la couleur, mais deux paires grâce à un tournant et une rivière miraculeux! Le meneur en début de journée s'incline au 3e rang et empoche ainsi 725 000$. C'était du coup l'heure de la pause souper avant que ne soit lancé le duel décisif. Avec 20.2M contre 8.9M en jetons, Micka avait un avantage notable afin d'espérer décrocher le titre.

Au retour, après du jeu en montagne russe, Micka eut une première occasion de sceller la victoire, trouvant AK et se retrouvant all-in contre 22 pour Danchev. Le tableau 6-Q-3-8-T eut toutefois l'effet contraire, permettant à Danchev de prendre la tête pour la première fois l'affrontement. À partir de là, ce fut tout sauf facile, mais Danchev augmenta progressivement son avance sur Micka, jusqu'à le pousser dans les câbles. Lors de la main ultime, Danchev relance à 400 000 du bouton et Micka 3bet du gros blind pour un total de 6.675M. Danchev appelle instantanément et ouvre AQ. Une autre situation de pile ou face alors que Micka ouvre 44!

Le flop apporta un As et aucun 4 ne se cacha sur les dernières cartes à être retournées du tournoi. Le Bulgare, lui qui avait débuté la journée au 7e échelon entre les deux Québécois, remporte ultimement les grands honneurs et la très alléchante cagnotte de 1 859 000$!

Grâce à ce résultat, Danchev triple presque ses gains totaux en carrière. La meilleure performance de l'homme remontait à l'automne 2011, alors qu'il avait terminé au 2e rang du tournoi principal EPT San Remo, pour une cagnotte totale de 600 000 euros.

Quant à eux, les Québécois rapportent près de 800 000$ en province, et ce, dès le premier tournoi d'importance de l'année 2013! Dion comme Roy jouent clairement du poker inspiré par les temps qui courent et il ne fait aucun doute que ce sont là des noms qui risquent de résonner encore longtemps sur la scène internationale de poker.