jeudi, 7 févr. 2013. 08:58

SCHLADMING, Autriche - Le Québécois Érik Guay a critiqué le parcours de la descente masculine des Championnats du monde de ski alpin, jeudi après l'entraînement, en qualifiant l'un des sauts de trop dangereux.

Le champion mondial en titre de la descente a indiqué qu'il s'est blessé au dos à l'atterrissage, après avoir entrepris le saut de 30 mètres.

« C'est ridicule, a lancé Guay après avoir inscrit le quatrième temps du premier entraînement chronométré tenu en vue de la descente officielle de samedi. Un parcours doit te permettre d'aller à une bonne vitesse dès la première descente d'entraînement, sans t'obliger à t'inquiéter de blessures comme celles-là. »

Ce n'est pas la longueur mais la hauteur du saut qui a causé des problèmes, les skieurs atterrissant sur une section plate de la pente, a indiqué le vétéran skieur de Mont-Tremblant.

« On décolle un peu trop », a ajouté Guay, qui a quand même qualifié le reste du parcours de « pas mal amusant ».

« Tant et aussi longtemps qu'on ne vole pas trop haut et que l'impact de l'atterrissage est relativement réduit, tu peux flotter sur une distance de 60 à 70 mètres sans problème _ ça existe ailleurs en Coupe du monde, a expliqué Guay. C'est juste qu'ici, c'est trop plat à l'atterrissage et ça fait en sorte que tes jambes et ton dos doivent absorber un trop grand choc. »

L'Américain Ted Ligety s'est dit d'accord avec Guay. Le champion du monde du super-G participera à la descente qui sera disputée dans le cadre du super-combiné de lundi.

« Il y a des très grands sauts suivis d'atterrissages sur plat, a-t-il noté. Je suis d'accord qu'il y ait des grands sauts, mais les grands sauts avec un atterrissage à plat, ça c'est moins drôle. C'est dur à encaisser. »

La plupart des skieurs étaient surtout insatisfaits des conditions du parcours lors de l'entraînement de jeudi, alors que l'Autrichien Hannes Reichelt a affiché le meilleur temps devant les Italiens Dominik Paris et Christof Innerhofer.

À la suite d'une averse de neige tombée pendant la nuit, le tracé glacé était partiellement recouvert de neige fraîche.

« C'était difficile, en raison surtout des conditions, a noté le Norvégien Aksel Lund Svindal, qui a enregistré le cinquième temps. C'était glacé à certains endroits et il y avait plusieurs endroits où il y avait encore de la neige fraîche qu'on aurait dû enlever. Ils auront beaucoup de travail à faire. »

Reichelt a complété le tracé de 3,3 km en deux minutes et 2,98 secondes. Paris a été plus lent de 0,11 seconde et Innerhofer, le médaillé d'argent en 2011, de 0,35 seconde.

Klaus Kroell, le champion de la descente de la dernière saison de la Coupe du monde, a inscrit le sixième temps. Le reste du peloton s'est retrouvé avec un retard de plus d'une seconde sur Reichelt, y compris les Canadiens Jan Hudec (23e), Manuel Osborne-Paradis (27e) et Benjamin Thomsen (33e).

Une deuxième descente d'entraînement est prévue vendredi. Le tracé sera alors écourté puisque l'entraînement se déroulera entre les deux manches du super-combiné féminin, qui utilisera la même aire d'arrivée.

 

À lire aussi ...

Biathlon : la Norvège s'impose aux Mondiaux

Maze est à l'aise en Autriche

Hirscher renonce au super-combiné

Vonn se fera opérer la semaine prochaine