RDS.ca, AFP dimanche, 24 févr. 2013. 09:18

PARIS  - La Slovène Tina Maze, encore une fois inaccessible dimanche dans le super-combiné de Méribel (Alpes françaises), a démontré qu'elle était bien la meilleure skieuse de l'année en s'adjugeant le grand Globe de cristal à neuf épreuves de la fin de la saison. La Québécoise Marie-Michèle Gagnon s'est illustrée avec une cinquième place, son meilleur résultat en carrière. 

Avec 1844 points, Maze ne peut plus être rattrapée au classement général de la Coupe du monde de ski alpin par sa suivante, l'Allemande Maria Höfl-Riesch (886 points), qui est sortie de la piste dans le slalom du super-combiné.

Dominatrice comme aucune skieuse avant elle, Maze succède au palmarès, à 29 ans, à l'Américaine Lindsey Vonn, qui avait remporté le grand Globe de cristal l'an passé.

Ce sacre récompense la polyvalence de la skieuse de Crna na Koroskem, qui a signé à Méribel son 8e succès cette saison, le 19e de sa carrière. En 2012-2013, elle est montée 18 fois sur le podium, dans toutes les disciplines.

Elle semble même bien partie pour battre au classement général de la Coupe du monde les 2000 points-record de l'Autrichien Hermann Maier, réalisés à l'issue de la saison 1999-2000.

Le meilleur total pour une skieuse avait été réussi l'an passé par Vonn, avec 1980 points.

Maze devrait également s'adjuger la Coupe du monde en slalom géant, super-G et super-combiné, puisqu'elle domine ces trois classements.

«Je vais rester concentrée et essayer de gagner tous les globes possibles», a-t-elle déclaré.

La Slovène, acharnée du travail et qui cultive la discrétion, a connu une progression constante ces dernières années. Elle avait fini 4e du classement général en 2010, 3e en 2011 et 2e en 2012.

Gagnon brille en 5e place

Gagnon avait sous-estimé son potentiel d’être une menace polyvalente aux médailles aux Jeux olympiques d’hiver de Sotchi en 2014 en remportant son meilleur résultat en carrière.

Gagnon, mieux connue pour ses talents en slalom et slalom géant, a eu la semaine pour s’entraîner en descente et se mettre sur la voie d’un record de saison toutes disciplines confondues après une solide manche de descente et le deuxième chrono du slalom.

« La cinquième place est formidable, » de déclarer Gagnon qui voit malgré tout place à l’amélioration dans ses manches de descente et de slalom après avoir obtenu un temps cumulatif de deux minutes, 1.36 secondes.

« Je pense avoir bien fait en descente. Il y a sûrement des choses à corriger, mais je me suis définitivement améliorée au cours de la semaine. La position de mon corps est meilleure en attaque.

« Je crois avoir mieux skié en slalom. Je ne suis pas parvenue à discipliner le haut de mon corps et je n’ai pas été cherché ainsi de surplus de confiance. Je demeure satisfaite du résultat. »

Gagnon a pris part aux deux séances d’essais chronométrés en descente durant la semaine et le Canada ne possédait qu’un seul quota pour la descente de Coupe du monde de samedi. Les entraîneurs ont décidé de l’offrir à Gagnon au lieu de la spécialiste de la vitesse Larisa Yurkiw afin de l’aider dans sa préparation pour le super combiné.

« Nous avions dit qu’avec une seule place, nous devions viser un bon résultat en super combiné, » de mentionner Hugues Ansermoz, entraîneur-chef de l’Équipe féminine du Canada. « Elle n’a pas bien skié lors des deux premières journées de descente, mais nous savions qu’il était possible d’améliorer certains éléments. Hier, elle partait 41ème et à part son erreur commise, a connu une très bonne descente. C’est exactement ce dont nous avions besoin.

« Je suis heureux que l’investissement ait rapporté. Elle aperçoit à présent le podium. Un peu plus de descente et de slalom et elle sera rendue à destination. »

La portion de la descente ayant été raccourcie en raison des conditions climatiques, Gagnon a obtenu une solide manche, mais finissait 26ème à 2.61 secondes du temps de Maze. En deuxième manche, Gagnon a creusé un important écart avec ses adversaires grâce à une solide prestation, uniquement battue par l’Autrichienne Michaela Kirchgasser. Plusieurs coureuses qui prenaient le départ sont des spécialistes de la vitesse et un top 10 était possible.

« Je ne faisais pas trop attention au début. Je ne pensais pas me hisser tellement au classement, mais nous observions le nom des filles défiler devant nous qui étaient toutes des habituées de la vitesse, » de dire Gagnon.

La course de dimanche représentait la deuxième participation de Gagnon à un super combiné cette année puisque la skieuse de 23 ans s’est principalement concentrée sur le slalom, le slalom géant et quelques supers G. Ansermoz a mentionné que la façon dont le calendrier de ski alpin avait été établi pour les Jeux de Sotchi, cela signifiait que Gagnon aurait de grandes chances de cibler une médaille tout en ayant le temps et l’énergie de se préparer aux épreuves techniques.

« Elle a eu une bonne descente et s’est montrée très solide. Elle est demeurée parmi les premières et son slalom est puissant, » de préciser Ansermoz. « En analysant Sotchi, le super combiné demeure une possibilité c’est certain. Le programme de Sotchi s’échelonne sur neuf jours. Ce serait un objectif de taille pour elle. »

Progrès en vitesse

Maze doit ce succès à ses énormes progrès dans les disciplines de vitesse. «Lors des deux dernières années, j'ai beaucoup travaillé l'été pour mieux les aborder. Je n'ai plus peur d'aller vite maintenant, j'ai confiance en moi», expliquait-elle en début d'année à Cortina d'Ampezzo (Italie).

Maze s'était révélée à 19 ans en 2002 avec une victoire dans le slalom géant de Sölden (Autriche). Mais elle avait ensuite peiné à confirmer, supportant notamment mal une rupture sentimentale.

Elle a finalement rebondi en créant sa structure il y a cinq ans avec l'Italien Andrea Massi, devenu son entraîneur personnel et compagnon. Depuis, elle a obtenu deux titres mondiaux (géant en 2011, super-G en 2013) et deux médailles olympiques en argent en 2010 dans ces deux disciplines.

Sur la piste du Roc de Fer à Méribel, la Slovène a écrasé la concurrence. Elle s'est imposée dans le temps cumulé de 1 min 59 sec 54/100e, avec 82/100e et 90/100e d'avance sur les Autrichiennes Nicole Hosp et Michaela Kirchgasser, alors qu'elle n'était pas au mieux.

«J'étais un peu malade et très fatiguée. J'étais tellement fatiguée que j'ai failli sortir deux fois dans le slalom et je ne sais toujours pas comment j'ai réussi à trouver l'énergie pour rester sur la piste», a expliqué Maze, qui a réussi le 4e temps en slalom après avoir assommé la concurrence en descente.

Höfl-Riesch, championne du monde de la discipline devant Maze à Schladming (Autriche) début février, et troisième à l'issue de la descente à 60/100e de la Slovène, a craqué dans le slalom.

Maze avait déjà remporté en décembre le premier et jusque-là seul super-combiné de la saison à Saint-Moritz (Suisse).