Sportcom jeudi, 14 févr. 2013. 08:56

 Ariane Lavigne a non seulement atteint les manches finales d’une épreuve alpine de la Coupe du monde de surf des neiges pour la première fois de sa carrière jeudi, elle est également montée sur son premier podium après avoir fini troisième du slalom géant en parallèle à Sotchi, en Russie.

Toujours souriante, l’athlète de Lac-Supérieur l’était encore davantage après avoir gagné la petite finale contre la Kazakhe Valeriya Tsoy, qu’elle a poussée à l’erreur à chacune des deux descentes de leur duel.

« Je n’en revenais pas. J’étais juste super contente », a mentionné une Lavigne plus que soulagée, qui en était à son 34e départ en Coupe du monde.
« Même le commentateur de la course disait à chaque fois : What a surprise, what a nice day for Ariane. Aujourd’hui, j’étais la surprise. »

Sa meilleure performance était auparavant une 18e place, un résultat qu’elle a obtenu trois fois. « Ça fait quatre ans que je fais des Coupes du monde et il m’arrivait tout le temps quelque chose. »

Takeuchi et Sauerbreij ses premières victimes

Jeudi, au contraire, « la nutritionniste et l’athlète ont bien fait ça ».

Lavigne a tout d’abord atteint les huitièmes de finale après avoir obtenu le 14e temps des qualifications. « J’ai fait deux bonnes descentes. Ce n’était pas extraordinaire, mais c’était suffisant. »

La surfeuse de 28 ans a ensuite éliminé la Japonaise Tomoka Takeuchi en huitième de finale, avant de réserver le même sort à la Néerlandaise Nicolien Sauerbreij, championne olympique en titre.

Elle s’est cependant inclinée en demi-finale face à l’Allemande Amelie Kober, double médaillée de bronze aux récents Championnats du monde de Stonahem.

« Il y a une descente, en demi-finale, contre Amélie, où j’ai fait des erreurs, mais à part ça, je n’ai pas fait d’erreur majeure. Ça prouve que ce n’était pas de la chance. J’ai gagné toutes mes descentes, sauf une. »

Lavigne a terminé loin derrière Kober à leur premier face-à-face, mais elle est revenue en force à leur second affrontement. « J’avais la pénalité maximale (1,50 seconde), mais je l’ai presque rattrapée. À un moment donné, je pensais peut-être pouvoir la dépasser. »

L’Allemande a finalement devancé la Québécoise de 43 centièmes de seconde, avant de perdre contre l’Autrichienne Marion Kreiner en grande finale.
Qualifiée 13e, Caroline Calvé a pour sa part été freinée dans les huitièmes de finale par la Suisse Patrizia Kummer. L’athlète originaire d’Aylmer s’est classée au 13e échelon.

Marianne Leeson, 30e, et Ekaterina Zavialova, 35e, étaient les autres Canadiennes en lice.

Du côté des hommes, Jasey-Jay Anderson, 14e, a été le seul athlète du pays en manches éliminatoires. Le résidant de Lac-Supérieur s’est qualifié 13e, puis a été écarté par l’Autrichien Ingemar Walder.

Les autres représentants de l’unifolié en action jeudi étaient Michael Lambert, 19e, Matthew Morison, 22e, Indrik Trahan, 34e, Darren Gardner, 36e, Matthew Carter, 50e, et Steve Barlow, 53e.

Une belle réussite pour… Anderson

La prestation de Lavigne est aussi une petite victoire pour Anderson, qui est le fabriquant des planches qu’elle utilise.

« Jasey-Jay pleurait je pense. Je ne l’ai pas vu, mais tout le monde m’a dit qu’il pleurait. Toute l’équipe était tellement contente », s’est-elle enthousiasmée.

« Comme a dit Jim, notre médecin, il va falloir que je lui montre comment ça marche des plaques parce qu’elles fonctionnent ses planches », a-t-elle blagué.

Lavigne a par ailleurs apprécié le futur tracé olympique, même s’il est un peu plus long qu’à la normale. « Il y avait une partie du parcours où je sentais mes jambes en feu, mais je me disais non, non, je ne m’en vais pas à la maison. »

« En haut, dans la partie à pic, ça brassait un peu. Après, c’était beau et il fallait juste pousser. Dans la dernière section, c’était plaisant avec une petite inclinaison qui était parfaite. »

« Aujourd’hui, il faisait vraiment chaud, mais le parcours est resté super beau. La partie à pic était un peu plus raboteuse, mais c’était normal. Je n’ai rien à dire sur l’organisation. »

« C’est un long parcours, il va falloir s’entraîner fort cet été », a conclu la Québécoise.

Les spécialistes des épreuves alpines seront de retour en piste vendredi à Sotchi, pour la présentation des slaloms en parallèle.