RDS.ca mercredi, 13 févr. 2013. 17:58

Être entraîneur-chef pour une équipe de hockey féminin comporte son lot de défis... surtout pour un homme. Les Lawton surmonte ces embûches depuis 30 ans avec les Stingers de Concordia.

Lawton a remporté deux championnats nationaux avec les Stingers de Concordia, a passé le cap des 1000 matchs derrière le banc et a amassé plus de 600 victoires ce qui s’avère le record du hockey féminin. Même avec ces statistiques, l'étincelle est toujours présente.

«Aucun doute là-dessus. Le fait de miser sur de nouveaux visages à toutes les années et de voir ces filles se développer comme individu, c’est vraiment agréable», a-t-il expliqué.

Le pilote d’expérience a assisté à la transformation du hockey féminin depuis qu'il a pris les rênes des Stingers il y a 30 ans.

«La profondeur dans les équipes s’avère la plus grande différence. Avant, tu pouvais gagner avec une seule bonne joueuse. Maintenant, tu as besoin de 15 ou 20 bonnes joueuses pour y arriver», a-t-il précisé.

Et diriger 20 jeunes femmes, ce n'est pas toujours évident.

«Certaines ont besoin d’un coup de pied au derrière alors que d’autres ont besoin d’une tape dans le dos. Ce n’est pas évident de déceler l’approche qui fonctionne avec chacune», a convenu Lawton.

Mais, il y a une joueuse qui n'avait pas de secret pour lui: sa fille. Mallory porte l'uniforme des Stingers pour une cinquième et dernière année. Être la fille de l'entraîneur n'a pas que de bons côtés.

«Le plus difficile était d’entendre des joueuses être en colère après lui et dire qu’elles le détestaient. C’était le plus gros ajustement à faire pour moi. J’avais presque le goût de le défendre», a commenté sa fille.

«Ce fut très plaisant, nous avons séparé notre vie familiale et celle reliée au hockey. Elle est une excellente coéquipière ce qui me rend fier», a confié l’entraîneur.

Est-ce que Lawton suivra les traces de sa fille et quittera les Stingers à la fin de la saison?

«Il n’a jamais parlé de retraite. Je ne le vois pas quitter prochainement», a rassuré sa fille.

«Je travaille dans un environnement merveilleux et je ne crois pas que je prendrai ma retraite un jour», a-t-il confirmé.

Lawton ne voudra certainement pas tirer sa révérence après la présente saison. Son équipe est dernière de la conférence universitaire québécoise et ne participera pas aux séries éliminatoires.

D’après un reportage d’Anouk Grignon-L'Anglais.