Bill Beacon
vendredi, 29 mars 2013. 13:11

MONTRÉAL - L'entraîneur Marco Schällibaum a montré quelques signes d'impatience cette semaine pendant un entraînement de l'Impact de Montréal, toujours invaincu cette saison.

Un signe de suffisance, voire de complaisance, a peut-être gagné le club de la MLS, qui surprend en ce début de saison avec quatre victoires en autant de matchs (4-0-0).

Schällibaum a perçu le problème et il l'a fait savoir à ses joueurs avec quelques mots bien sentis.

L'impact a trouvé les façons de gagner et de s'installer au premier rang des 19 équipes de la ligue. Mais l'entraîneur a voulu s'assurer qu'il n'y ait aucun relâchement en vue du match contre le Sporting de Kansas City, samedi.

« Parfois, il faut le faire, a précisé le Suisse de 50 ans. Quand tout va bien, les joueurs ont peut-être tendance à prendre ça mollo.

« Nous devons donc être plus fort qu'avant. »

L'Impact disputera son premier match sur gazon naturel cette saison contre le Sporting (1-1-2), qui a fait match nul 0-0 à son dernier match contre la Nouvelle-Angleterre.

Le onze montréalais a entrepris sa deuxième saison en MLS avec des victoires à Seattle et Portland, puis il l'a emporté contre le Toronto FC et les Red Bulls de New York au Stade olympique, ce qui lui permet de présenter une fiche parfaite de 12 points après quatre matchs.

L'équipe a concédé seulement deux buts et en a marqué six.

Et si l'Impact a été la plupart du temps dominé dans la colonne des tirs au but et a revendiqué moins de temps de possession de ballon que ses adversaires, il a tiré profit au maximum de contre-attaques bien orchestrées pour concrétiser ses chances de marquer.

Schällibaum ne s'en plaindra guère.

« C'est mieux de mettre la pression que d'avoir à revenir de l'arrière, a-t-il déclaré. C'est une situation agréable.

« Nous sommes premiers. Nous sommes l'équipe à battre. Je préfère ça. Ça met de la pression, bien sûr, mais c'est mieux que toute autre scénario. »

Un excès de confiance est toutefois à éviter.

« Il nous rappelle à l'ordre, a reconnu le défenseur Jeb Brovsky. C'est bon de se faire rappeler que ce n'est pas parce que nous sommes au sommet qu'on est à l'abris de trébucher la semaine suivante.

« Le match à Kansas City s'annonce difficile. Si nous allons là-bas avec la grosse tête, nous risquons de revenir les deux pieds sur terre. »

L'Impact devrait utiliser la même formation qui a signé une victoire de 1-0 contre les Red Bulls le week-end dernier. Comme le défenseur Alessandro Nesta soigne toujours une blessure, la recrue de 20 ans Karl Ouimette, de Terrebonne, effectuera un deuxième départ comme centre-arrière aux côtés du vétéran Matteo Ferrari.

Le milieu de terrain Sanna Nyassi est de retour avec l'équipe après s'être aligné pour son équipe nationale, la Gambie, lors d'un match de qualification pour la Coupe du monde.

L'attaquant Marco Di Vaio sera par ailleurs en quête d'un but dans un troisième match d'affilée.

Dans le camp du Sporting, il y a plusieurs inconnus. Le milieu de terrain Graham Zusi et le défenseur Matt Besler ont joué pour l'équipe nationale américaine qui a fait match nul 0-0 à Mexico, mardi, et on ignore s'ils seront de la formation partante. L'équipe espère le retour au jeu de Chance Myers, lui qui a raté les deux dernières rencontres en raison d'une blessure à une jambe.

Le Sporting a terminé au premier rang de l'Association Est avec une fiche de 18-7-9 la saison dernière, mais les points sont plus difficiles à obtenir depuis la victoire de 3-1 aux dépens de Philadelphie en ouverture de la saison.

La perte de l'as marqueur Kai Kamara au profit de Norwich City a fait mal, et les attaquants Teal Bunbury et Jacob Peterson manquent également à l'appel en raison de blessures. Le nouveau venu argentin Claudio Bieler mène le club avec deux buts.