Marc Tougas
jeudi, 17 avr. 2014. 12:47

MONTRÉAL - Tout indique que l'Impact de Montréal n'alignera qu'un attaquant, samedi, lors du match contre le Sporting à Kansas City.

Il faut dire que la situation s'impose à cet endroit puisque la façon dont le Sporting joue - et excelle - au milieu du terrain force l'adversaire à s'adapter à cette situation.

Sans dévoiler ses intentions en vue de la rencontre de samedi, l'entraîneur-chef Frank Klopas a d'ailleurs reconnu qu'il reste disposé, de façon générale, à aligner un seul attaquant lorsque la situation le commande.

« Oui... Et je pourrais aussi jouer sans attaquant du tout, on ne sait jamais!, a lancé celui qui est toujours en quête d'une première victoire depuis qu'il est à la barre de l'Impact. On pourrait donc faire comme Barcelone, et n'avoir aucun attaquant... »

Quoique justifiée, la situation est cocasse puisqu'elle survient deux semaines après que l'Impact eut transigé pour obtenir Jack McInerney. Celui-ci est principalement un attaquant, dans le même moule d'ailleurs que Marco Di Vaio - en ce sens qu'il n'est pas enclin à contrôler le ballon, cherchant plutôt à se démarquer et à tirer dès qu'un coéquipier lui fait une passe.

McInerney et Di Vaio ont joué côte à côte en pointe, samedi dernier, dans la nulle de 1-1 contre le Fire de Chicago au Stade olympique. Même si Di Vaio a alimenté McInerney sur le but montréalais, l'expérience n'a duré que le temps de la première demie. Klopas a préféré muter l'Américain de 21 ans au poste d'ailier après la mi-temps.

« Je trouvais, à ce moment-là, que l'équipe avait besoin d'une plus grande présence au milieu, a dit Klopas du match disputé contre son ancienne équipe. Nous voulions insérer Patrice (Bernier) et faire quelques ajustements en ce sens, et ça nous a effectivement permis de mieux contrôler le match et de dicter le tempo. »

« Malheureusement, nous avons accordé un but sur une phase de jeu arrêté et le momentum a changé. »

Klopas pourrait adopter un schéma semblable à cinq milieux à Kansas City. Avec McInerney, ou peut-être sans, si l'entraîneur préfère garder le jeune attaquant au banc afin qu'il vienne remplacer Di Vaio en fin de rencontre.

Car l'attaquant italien a reconnu, jeudi, qu'il n'est pas au sommet de sa forme après avoir raté les trois premiers matchs de la saison en raison d'une suspension.

« Il me faut encore du temps, mais ça s'en vient », a-t-il dit.

Il semble que l'Impact ait axé un bon nombre d'exercices, ces derniers jours, sur le jeu à un seul attaquant. Lorsqu'on les a invités à commenter le travail qui a été fait cette semaine pour favoriser la chimie entre Di Vaio et McInerney, Klopas et les deux attaquants ont cherché à éluder la question.

Di Vaio a quand même a levé le voile un peu plus que les autres.

« On n'a pas fait tellement de choses pour travailler ensemble, les deux. On a travaillé sur le match de samedi », a affirmé l'attaquant italien.

Klopas s'est dit confiant que la complicité entre Di Vaio et McInerney va venir, mais il a pris soin de noter que "chaque match est différent".

Par ailleurs, il est à toutes fins utiles assuré que les retours au jeu du milieu Hernan Bernardello et du défenseur Nelson Rivas attendront au-delà du week-end, même si ce dernier s'est joint à ses coéquipiers pour certains exercices, cette semaine. La réadaptation d'Adrian Lopez reste également un projet à moyen terme.

« Ils s'entraînent, à chaque jour ils s'intègrent de plus en plus à l'équipe », a dit Klopas de Rivas et Lopez, en laissant entendre que la situation est moins rose dans le cas de Bernardello.

« De jour en jour, (Rivas et Lopez) s'entraînent avec un peu plus d'intensité. Il s'agit d'exercices avec ballon dans le cas de Nelson », a indiqué l'entraîneur de l'Impact, dont la fiche est de 0-3-3 jusqu'ici cette saison.

Klopas a noté qu'il faut rester prudent avec les deux défenseurs en ce début de campagne, alors que l'Impact joue et s'entraîne régulièrement sur tapis synthétique.

« Et il faut être intelligent avec Nelson, parce qu'il veut y aller à 100 pour cent tout le temps, a indiqué l'entraîneur. Il s'agit de gérer son retour, de bien lui expliquer le plan et de suivre ce plan une étape à la fois. »

Bernardello a raté le dernier match de l'Impact en raison d'une blessure à la cheville, tandis que Rivas et Lopez n'ont pas encore joué cette saison - le premier à cause d'une blessure à la cuisse et l'autre, parce qu'il se remet toujours d'une opération au genou.

C'est donc dire qu'après n'avoir amorcé qu’un seul des six premiers matchs de l’équipe, le milieu de terrain de l’Impact Patrice Bernier sera du onze partant face au Sporting Kansas City, samedi.

Récemment, l’entraîneur-chef de la formation montréalaise, Frank Klopas avait préféré Collen Warner à Bernier.

Après six rencontres, l’Impact (0-3-3) est toujours à la recherche de sa première victoire.