jeudi, 21 févr. 2013. 18:52

Dès samedi soir 20 h, (sur les ondes de RDS2), vous aurez la chance de regarder l’un de nos matchs soit la finale de la Classique Pro Soccer Disney contre le Crew de Columbus.

Nous allons amorcer notre saison régulière le 2 mars à Seattle, mais cette partie vous donnera un aperçu de notre travail des dernières semaines. Notre premier objectif était d’atteindre la finale et le deuxième était de la gagner.

C’était important pour nous car nous voulons instaurer une mentalité gagnante dès le départ afin d’entamer la saison avec une grande dose de confiance. En général, notre équipe est formée du même groupe de joueurs, mais il faut remettre la machine en marche.

Jusqu’à maintenant, les choses se déroulent bien pour nous dans ce tournoi préparatif, mais nous devons encore peaufiner quelques éléments dont celui d’adhérer parfaitement au système que notre entraîneur veut déployer.

Au cours des derniers matchs, nous avons démontré que nous sommes efficaces défensivement en accordant peu de buts, mais aussi en limitant les chances de marquer. Offensivement, nous avons été très efficaces et nous allons dans la bonne direction sauf que nous devons créer encore plus d’occasions ce qui permettrait de devenir une équipe encore plus dominante.

En ce qui concerne notre entraîneur, nous continuons à le découvrir, mais nous avions déjà une bonne idée de sa personnalité grâce aux deux semaines d’entraînement à Montréal. Ce tournoi en Floride nous permet d’en apprendre davantage sur sa personnalité et sa vision pour l’aspect mental de notre équipe. Il veut qu’on comprenne l’importance de ce tournoi : c’est utile de gagner et de jouer à la hauteur de notre potentiel parce que ça envoie un message.

Bien sûr, on profite de cette expérience pour apprendre à se connaître encore plus dans le but de devenir un groupe soudé. On se rapproche aussi des jeunes que nous avons recrutés ou développés au sein de l’Académie.

D’ailleurs, nous avons participé à plusieurs activités amusantes dans ce sens à l’extérieur du terrain. Nous sommes notamment allés voir un match du Magic d’Orlando quand nous profitions d’une soirée de congé. Parmi les activités organisées par l’équipe, il y a eu du karting et nous avions joué au basket et fait une course à épreuves dans la neige avant d’arriver en sol floridien.

Bref, notre entraîneur ne met pas seulement l’accent sur le fait de former une équipe sur le terrain, mais aussi à l’extérieur. Tout le monde doit faire partie du groupe peu importe le statut des personnes en incluant les joueurs de renom ou les espoirs de l’organisation venant de l’Académie.

Au niveau tactique, on se dirige vers l’utilisation d’un schéma 4-1-4-1 ou 4-3-3 selon votre façon de l’appeler. Nous avons procédé à des expériences avec ce schéma et quelques joueurs dont Hassoun Camara, Collen Warner et moi avons joué à la position devant le groupe de défenseurs.

On continuer de travailler à roder ce système qui peut être fort efficace, mais qui contient aussi des failles. C’est donc important de le perfectionner pour mieux l’utiliser.

À ce sujet, l’entraîneur travaille encore pour trouver le meilleur onze partant ainsi que les combinaisons idéales aux différentes positions. Le but est que tout le monde puisse utiliser ses forces afin que notre formation partante soit à son sommet et que les remplaçants sachent quoi faire quand ils entrent sur le terrain.

Comme vous le savez, nous entamons notre deuxième année dans la MLS et nous pouvons percevoir certaines différences grâce à notre évolution. En premier lieu, nous avons tout de suite réalisé que nous ne repartions pas à zéro sur le terrain malgré le changement d’entraîneur. On ne devait pas tous apprendre à se connaître et on a plus de vécu et d’attitude.

De plus, on peut voir défensivement que nous sommes en mesure d’éviter des failles vécues l’an passé. On semble avoir une équipe un peu plus mature qui ne panique pas ou ne cède pas sous la pression.

Bref, on forme une équipe de saison 2 et non de saison 1. Pour vous donner une comparaison, nous sommes un adolescent en devenir et plus un enfant. On se connaît mieux et on souhaite pouvoir démontrer davantage notre vrai visage durant une saison complète.

Une belle expérience avec la MLS

La semaine dernière, j’ai eu la chance de participer à une expérience promotionnelle à New York avec quelques gros noms du circuit et j’ai grandement apprécié cette nouvelle expérience. En revenant à Montréal, j’ai été invité à une multitude d’événements médiatiques et autres choses reliées au soccer, mais pas seulement sur le terrain.

Cette fois, je suis allé à N. Y. avec des joueurs comme Thierry Henry, Robbie Keane et Dwayne De Rosario. C’était une occasion médiatique avec au moins un joueur par équipe et nous avons effectué des entrevues, des tournages vidéos et des séances photos pour des médias et des partenaires de la MLS.

Depuis que David Beckham - le visage de la MLS - est parti, nous avons pu comprendre que les dirigeants veulent étendre l’image de la ligue à plusieurs joueurs. Dans le fond, ils veulent mettre en valeur au moins un joueur par équipe pour que les amateurs découvrent plus les organisations au lieu de s’attacher à une seule vedette.

C’était une belle opportunité, j’ai eu l’occasion de rencontrer les autres joueurs qui sont normalement des adversaires. Je les ai connus sous un autre angle et ça me donnait une autre chance de rencontrer Thierry Henry. Je l’avais vu sur le terrain, mais cette fois j’ai pu jaser plus longtemps avec lui.

C’était une belle aventure et c’était agréable d’avoir été choisi pour représenter la ligue en tant qu’un des visages de la MLS.

Propos recueillis par Éric Leblanc.