jeudi, 29 nov. 2012. 12:30

Le Dynamo de Houston a peut-être emprunté la plus difficile des routes, mais le voilà arrivé à destination. Le 1er décembre, les champions de l'Est renoueront avec le Galaxy de Los Angeles et tenteront alors de lui ravir la coupe MLS dès 16 h 30 sur les ondes de RDS.

« Je souhaitais plus que tout leur victoire face aux Sounders de Seattle afin qu'on les retrouve en finale. Maintenant que c'est fait, on obtient une deuxième chance après la défaite de l'an dernier, qui je dois l'avouer, passe encore de travers dans la gorge », confie le défenseur québécois André Hainault au RDS.ca.

Le 20 novembre 2011, un but du capitaine Landon Donovan à la 72e minute avait permis au Galaxy de l'emporter 1-0 et d'être sacré champion de la MLS sur son propre terrain.

« J'ai regardé ce match quelques fois depuis et c'est toujours un peu frustrant, renchérit Hainault. Oui, on n'a pas joué le plus beau des matchs, mais je suis encore convaincu qu'on avait tous les éléments au sein de cette équipe pour s'imposer. Peu importe le résultat du 1er décembre, ça ne nous ramènera pas ce championnat, mais on se doit cette fois de sauter sur l'occasion. »

S'il n'est qu'à une victoire de crier vengeance, le Dynamo le mérite pleinement. Avant d'accéder au match ultime pour la quatrième fois en sept campagnes, la formation texane a en effet trimé dur.

En concluant le calendrier régulier au cinquième échelon dans l'Est, le Dynamo a mis la main sur le dernier laissez-passer donnant accès aux éliminatoires et a d'abord dû écarter le Fire de Chicago lors d'un match à élimination directe.

« Cette victoire de 2-1 à l'étranger a été un tremplin pour nous. Même après le match, plusieurs d'entre nous dans le vestiaire avions de la difficulté à réaliser ce que nous venions d'accomplir sur le terrain du Fire », se rappelle Hainault.

Ayant ainsi fait le plein de confiance, le Dynamo a par la suite fait tomber la première tête de série dans l'Est, le Sporting Kansas City, avant d'éliminer le D.C. United en finale de l'Est.

En terre hostile

Après avoir disputé cinq rencontres en 19 jours, le Dynamo a maintenant rendez-vous avec le Galaxy en terre hostile, le Home Depot Center.

« Ça fait quatre ans que j'évolue avec le Dynamo et nous n'avons jamais vraiment obtenu de bons résultats sur la pelouse du Galaxy. Pas la moindre victoire ou le moindre match nul », se désole Hainault.

Le Dynamo s'est notamment incliné à deux reprises au domicile du Galaxy en séries. « S'il est aussi difficile de l'emporter là-bas, ce n'est pas en raison du stade ou des partisans, mais bien parce que le Galaxy mise sur une multitude d'armes en attaque », signale Hainault, dont l'équipe n'a remporté que trois victoires en 17 rencontres à l'étranger cette saison.

Robbie Keane, Landon Donovan, Juninho, Edson Buddle et bien sûr David Beckham, qui en sera à son dernier match dans la MLS, promettent en effet de mettre à rude épreuve la défense du Dynamo. Keane se veut particulièrement menaçant avec cinq buts à sa fiche depuis le début des séries éliminatoires.

« Quand des joueurs comme Beckham ou Jeninho sont en mesure d'alimenter les Keane, Donovan et Buddle, ça rend la tâche des défenseurs drôlement compliquée », analyse Hainault.

La solution? « Il faut mettre de la pression sur le ballon et ainsi réduire autant que possible le temps et l'espace dont ils disposeront. Avec ce genre de joueurs, on court à notre perte si on tente de deviner ce qu'ils vont faire. »

Si jamais la situation se corse, le Dynamo pourra toujours se rabattre sur le milieu de terrain Brad Davis, qui avait cruellement manqué à son équipe en finale il y a un an en raison d'une blessure.

« On peut toujours compter sur Brad et lui refiler le ballon. Il est toujours en mesure de calmer le jeu et nous permettre de respirer », indique Hainault, qui prendra part à sa deuxième finale de la MLS en carrière.

Le Québécois ne risque toutefois pas de faire partie du onze partant, contrairement à la finale de l'an dernier. Auteur d'un but depuis le début des séries, Hainault a participé à trois rencontres des siens, en remplacement de Jermaine Taylor, blessé. Ce dernier est toutefois de retour à son poste depuis le deuxième match face au D.C. United.

« L'équipe mise sur plus de profondeur que l'an dernier, alors que plusieurs joueurs peuvent s'amener sur le terrain et exercer un impact. Je suis prêt à tout pour aider l'équipe. »

Pas de doute, Hainault a soif de vengeance.