AFP,
dimanche, 21 avr. 2013. 08:13

KIEV, Ukraine - Sharon Fichman et Eugenie Bouchard ont pris la mesure des Ukrainiennes Lesia Tsurenko et Elina Svitolina 6-4, 6-3, dimanche, pour permettre au Canada de remporter son duel éliminatoire 3-2 et d'accéder au Groupe mondial II de la Fed Cup.

Cette série a connu son dénouement dans un match ultime, après que Bouchard eut entamé la journée avec un triomphe de 6-4, 7-5 contre Tsurenko.

« Eugenie, c'est une grande joueuse d'équipe », a dit Sylvain Bruneau, capitaine de l'équipe canadienne de la Fed Cup. « Honnêtement, avec sa blessure (à une cheville) durant son match hier, c'était assez sérieux, mais qu'elle revienne et qu'elle dise qu'elle veuille jouer, j'ai vu sa cheville, et elle était enflée et colorée, ce n'est pas rien.

« De la façon qu'elle a joué et de la façon qu'elle est allée chercher ses matchs, il y a de la graine de championne dans cette fille-là. » Eugenie Bouchard

Bruneau a d'ailleurs indiqué qu'il avait pris la décision, audacieuse, d'opter pour Fichman et Bouchard en double après la victoire de la Torontoise samedi. Bouchard, 93e joueuse mondiale, a démontré sa force de caractère et sa persévérance contre Tsurenko.

« Je me devais de m'accrocher à chaque point, car elle (Tsurenko) peut produire d'incroyables coups gagnants, mais elle peut aussi être imprévisible et il faut être prête à tout», a commenté Bouchard, qui présente maintenant une fiche de cinq gains et un revers à ses six derniers matchs en Fed Cup. « Je suis heureuse d'avoir réussi à rester forte mentalement et d'avoir profité de mes chances en attaques. »

Sa compatriote, Fichman, aurait ensuite pu sceller l'issue de la série pour le Canada, mais elle s'est inclinée 4-6, 6-7 (4) devant Svitolina sur la terre battue du complexe intérieur Sport Club Meridian.

« Je ne m'inquiétais pas d'avoir perdu mon simple, car je savais que nous avions une autre chance en double. Tout ce que l'on pouvait souhaiter était d'avoir une autre occasion, et nous en avons profité aujourd'hui (dimanche) », a déclaré Fichman.

Les rôles ont été inversés samedi lorsque Bouchard, qui est originaire de Westmount, a perdu son match contre Svitolina avant que la Torontoise Fichman ne ramène les deux équipes à la case départ avec un gain aux dépens de Tsurenko. La délégation canadienne à la Fed CupC'est d'ailleurs la victoire de Fichman samedi qui fut le point tournant de cette série contre l'Ukraine, a indiqué Bruneau.

« Nous étions beaucoup plus confiants à 1-1 qu'en retard 2-0 avant les rencontres de dimanche, a-t-il expliqué. Les filles ont fait un travail remarquable, surtout compte tenu du fait qu'elles n'avaient jamais joué en double ensemble auparavant et qu'on était sur le terrain (des Ukrainiennes). »

Le Canada est l'un des huit pays à se qualifier pour le Groupe mondial II en 2014. Il avait accédé au Groupe mondial II pour la dernière fois en 2011.

La Russie en finale

La Russie a quant à elle retourné une situation désespérée face à la Slovaquie pour accéder à la finale de la Fed Cup, la fin de l'autre demi-finale entre l'Italie et la République tchèque ayant été reportée à lundi pour cause de pluie.

Ce sera la huitième finale pour la Russie depuis l'éclatement de l'URSS en 1991. Elle en a gagné quatre (2004, 2005, 2007 et 2008) et perdu trois (1999, 2001 et 2011).

Menées 2-0 à l'issue des deux premiers simples samedi, les Russes auraient pu se résigner. Mais elles se sont révoltées, derrière une héroïne inattendue: Ekaterina Makarova.

La 24e joueuse mondiale ne devait initialement jouer que le double, mais elle a bouleversé la donne. Préférée à Anastasia Pavlyuchenkova dans le quatrième simple, elle a permis à son équipe d'égaliser en battant l'expérimentée Daniela Hantuchova (6-3, 4-6, 6-4).

Puis, associée à Elena Vesnina dans le double décisif, elle a apporté le point de la victoire contre la paire Hantuchova/Dominika Cibulkova (4-6, 6-3, 6-1).

Les Slovaques, qui espéraient retourner en finale pour la première fois depuis leur titre de 2002, peuvent nourrir d'immenses regrets, après leur brillante démonstration de la veille.

Mais leur leader Cibulkova est passée au travers dans le troisième simple face à Maria Kirilenko (7-5, 6-1). Puis Hantuchova a craqué contre Makarova, alors qu'elle comptait un break d'avance dans le troisième set.

Le suspense reste entier dans l'autre demi-finale, contrariée par les conditions climatiques. L'Italie mène 2 à 1 et reste en position de force pour faire tomber les doubles tenantes du titre.

Mais, peut-être trop sûre d'elle-même, la N.1 italienne Sara Errani a manqué l'opportunité d'abréger la partie, en s'inclinant dimanche devant Petra Kvitova (2-6, 6-2, 6-0).

Cette rencontre a débuté avec cinq heures de retard sur l'horaire prévu à cause de la pluie. Et le quatrième simple entre Roberta Vinci et Lucie Safarova, puis le double éventuel, ont été reportés à lundi.